Quand la France abandonne le droit à l’information

Aslemauff_1La journaliste française Anne-Sophie Le Mauff, qui est en Irak depuis
plus d’un an et qui couvre le conflit pour Sud-Ouest, L’Humanité,
Radio-Montecarlo, Radio Canada, Radio Vatican, mais aussi pour le
journal belge Le Soir et la télévision publique belge RTBF, a fait part
mardi à Journalistes Sans Frontière du fait qu’elle avait reçu des
autorités irakiennes un ordre de quitter le territoire, effectif dès
demain/mercredi.

    RSF ajoute que les Irakiens lui ont dit qu’ils agissaient à la demande des autorités françaises.
    Le ministère français des Affaires étrangères a alors démenti immédiatement en
expliquant que cette décision d’expulsion relèvait d’une
"décision souveraine des autorités irakiennes", motivées pour des
raisons de sécurité.

Sauf que:

    Selon RSF, le Canard Enchaîné avait déjà révélé le 15 juin que
l’ambassadeur français en Irak, Bernard Bajolet, avait demandé à
Anne-Sophie Le Mauff de quitter le pays.

    "Comme vos confrères et vos
consoeurs, vous devez vous demander si la liberté et le souci
d’informer justifient une telle prise de risques, pour vous et pour les
autres, ainsi que la gravité des conséquences qu’un éventuel enlèvement
impliquerait pour notre pays. (…) Aucune excuse ne peut justifier la
poursuite de vos activités en Irak", avait écrit l’ambassadeur le 13 juin à la journaliste.

    Anne-Sophie Le Mauff avait aussi prévenu la rédaction du Soir
qu’elle s’était fait enjoindre par l’ambassade de France à Bagdad de
quitter l’Irak, sans quoi "il lui faudrait assumer l’entière
responsabilité de ce qui pourrait arriver", dixit Le Soir du 18 juin.

    En clair, la journaliste a été avertie par son ambassade que si elle voulait rester en Irak, se serait à ses risques et périls.

    Elle a en outre précisé mardi par téléphone à Robert Ménard, secrétaire
général de RSF, qu’"elle avait quitté son hôtel et qu’elle s’était
installée chez des amis irakiens", via l’AFP dans une deuxième
dépêche.

    Petite traduction personnelle: "Ces journalistes otages fouttent le
bordel dans nos affaires franco-françaises, nos hauts fonctionnaires ne
veulent plus se ridiculiser en traitant avec Julia et ses barbouzes, la
France a déjà raqué une fortune pour en ramener trois vivants et n’est
pas certaine d’ y arriver encore une fois si ça se reproduit"

    Conclusion: messieurs les journaleux, tirez vot’ plan. Et pour savoir
ce qui se passe en Irak, nous ferons désormais confiance aux
communiqués du CentCom américain, relayés gentillement par des agences de presse dépourvues de moyens et de temps pour vérifier quoi que ce soit.

(Tags: libertedexpression,Freedomofspeech,Medias,France,Belgique,USA,censure,LeSoir,RTBF)

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire