Defossé aux commandes de Questions à la Une

« Pour la
première émission, le 2 novembre, où l’on parlera
notamment du prix de la mort, je serai à la criée aux
fleurs où l’on vend les chrysanthèmes. » (via la DH)

Le ton de Questions à la une , la nouvelle émission que la RTBF s’apprête à diffuser en remplacement d’Actuel, est donné par Jean-Claude Defossé, qui en assurera la présentation.

Je suis vraiment impatient de revoir à l’oeuvre ce papy troublion de la chaîne publique. Que ce soit avec ses « Grands Travaux Inutiles », « Les pieds dans le plat » et plus récemment dans un reportage consacré à l’extrême droite, Defossé est un des journalistes les plus engagés que je connaisse.

Distributeur de poil à gratter, il mord à belles dents dans le gras du consensuel et n’hésites pas à alpaguer les politicos. Je me demande d’ailleurs comment il a fait pour ne pas monter au créneau sur l’affaire de La Carolo… Peut-être que Philippot l’avait-il bailloné au fond d’une cave du labyrinthe Reyers  😉

Le « trailer » diffusé depuis quelque jours sur antenne me met en tout cas l’eau à la bouche et le fait d’y retrouver Christophe Deborsu n’est pas fait pour me déplaire, loin de là.

Sans vouloir retourner le couteau dans la plaie, j’espère sincèrement que « Questions à la une » saura s’inspirer de l’esprit qui a fait de « Projet X » un des meilleurs programmes jamais diffusé par la Veille Dame à mon sens.

Rendez-vous mercredi prochain pour juger sur pièce

Technorati Tags: , ,

Ce contenu a été publié dans Carnet de Bord, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Defossé aux commandes de Questions à la Une

  1. cactus dit :

    C’est clair qu’il représente un des seul journaliste qui n’a pas peur de remuer un peu la ou ça fait mal. Avec peut-être les anciens de « Au nom de la loi » et « Projet X » vallait le detour aussi sans hésiter. Je vais peut-être devoir me procurer une antenne pour capter la rtbf si ça continue.

  2. damien dit :

    héhé, rien de tel qu’un bon vieux rateau ! Je m’en suis contenté pendant 7 ans … et j’arrivais même à capter canal en hertzien

  3. cactus dit :

    Ben oui c’est clair. Mais dommage pour Arte et France 5, m’enfin bon. Ou peut-être avoir la TNT avec un très GROS rateau de professionnel.

  4. Philippe dit :

    La RTB emet en TNT sur certaines zones

  5. Heukemes dit :

    le 19 mai 2006 je passe au tribunal de Marche pour un procès contre Fédasil
    Licenciement et harcèlement moral au travail
    Qu’est l’accueil des demandeurs d’asile en Belgique?
    Que deviennent les investissements des initiatives de quartiers dans les centres Fedasil?
    On peut en parler!
    on proces n’est pas personnel c’est tout un débat

  6. dhoest pierre dit :

    question sur le ch^teau de Noisy.
    connaissez vous ce chateau laissé a l’abandon par son propriétaire et qque l’on visite en payant unbillet combiné avec le châteaude Veves a Gendron -Celles
    Noisy est un merveilleux édifice sur la commune de Celles
    il serait heureux que l’on y jette un oeil pour que l’on s’aperçoive de sa dégradation, alors que tant de gens dorment das la rue.
    A mon avis, cette émission interresserai un grand nombre de cheminots,une dame de Zhonoven voudrait en faire un livre ,y étanr allée comme mes enfants en vacance

  7. A Monsieur Defossé
    Le reportage intitulé (si ma mémoire est bonne): « sevrage tabagique: une affaire juteuse? » m’a laissé très perplexe. Un dossier entièrement à charge cumulant des anecdotes pour pouvoir répondre « oui » à cette question. Journalisme ou sensationalisme? Un manque totale d’objectivité faisant perdre énormément de crédibilité vis à vis des connaisseurs!! Tous ses reportages sont-ils de la même trempe? J’en viens à me poser la question! Cela mériterait un reportage dans sa propre émission. Je suis convaincu qu’en procédant comme Monsieur defossé, un « bon » journaliste arriverait à la conclusion: « oui, ils sont tous de la même trempe ».
    Dès lors j’invite Monsieur Defossé et son équipe à la remise de prix de notre concours de dessins pour enfants sur le thème « Un hôpital sans tabac » le mercredi 30 mai à 16h à l’hôpital des enfants reine fabiola, la veille de la journée mondiale sans tabac (Voir notre site web http://www.huderf.be).Il n’y aura que des bénévoles et autres dévoués à la cause de la lutte contre le tabagisme. Absolument aucune affaire « juteuse » là-dessous, comme c’est le cas pour la majorité des gens qui s’impliquent dans cette démarche. Pourquoi ne pas parler de ces gens là? Parce qu’ils sont bien? Parce que ça ne fait pas monter l’audimat? Parce que ce n’est pas « juteux » pour les journalistes?
    Dr Thierry Schurmans
    Médecin chef
    HUDERF
    Membre du Comit̩ de Pr̩vention du Tabagisme du CHU-Brugmann РHUDERF, h̫pitaux membres du R̩seau-Europ̩en-H̫pital-Sans-Tabac

  8. Bonjour,
    suite à ma note du 16 mai 2007, je n’ai eu aucune nouvelle.
    Le remise des prix du concours de dessin « Un hôpital sans tabac » s’est très bien déroulée. Mémé Tchité (ex-RSCA Anderlecht) est venu bénévolement et en toute simplicité faire plaisir aux jenes participants. Pas de Defossé. Pas assez juteux probablement.
    La lutte non juteuse contre le tabagisme se poursuit.
    Le sensationnalisme, pardon le « journalisme » juteux aussi.

  9. Suzanne de Lannoy dit :

    « Comparer la RTBF à Radio Mille Collines et tout sauf une gaffe de la part d’Yves Leterme »

    Sans doute Yves Leterme a-t-il gaffé quand, pris au dépourvu par un journaliste, l’esprit ailleurs, il a confondu la Brabançonne et la Marseillaise. Cela aurait pu arriver à tout le monde, dans de pareilles circonstances et sans doute avons-nous eu tort de monter cet incident en épingle.

    Il en est tout autrement de sa déclaration à Libération sur l’incapacité intellectuelle des francophones à apprendre le néerlandais. Contrairement à l’affirmation précédente, cette déclaration était préparée. Elle était destinée à donner au terne Ministre Président flamand surnommé par les Flamands eux même  » le notaire « , un charisme de futur Premier Ministre fédéral. Cette déclaration à un hebdomadaire international et qui plus est, français n’était pas anodine. Tout comme Poutine a rendu aux Russes leur fierté, Yves Leterme par cette déclaration, a rendu aux Flamands leur fierté. Et le résultat fût à la clé : 800.000 voix.

    La déclaration assimilant la RTBF à Radio Mille Collines a également été faite dans le cadre d’un interview, préparé, à deux hebdomadaires néerlandophones. Elle n’a rien du hasard : en la faisant, Yves Leterme a fait d’une pierre…. quatre coups.

    1. A un moment extrêmement délicat pour Yves Leterme où le Roi a confié à Guy Verhofstadt une mission d’information qui mettait en exergue l’échec cuisant d’Yves Leterme dans la formation d’un gouvernement, un sondage du Standaard faisait apparaître que si l’opinion flamande voyait Yves Leterme comme l’homme le plus populaire de Flandre ( à 50% pour 49% pour Guy Verhofstadt ), cette même opinion publique voyait mieux Guy Verhofstadt au poste de Premier Ministre ( à 50% pour 49% pour Yves Leterme ). De plus, un gouvernement sans le CD&V-NVA est clairement envisagé.

    D’urgence, Yves Leterme devait refédérer autour de lui son électorat, tout en brisant la confiance naissante d’une partie de celui-ci envers Guy Verhofstadt.

    La question du Rwanda fera parfaitement l’affaire pour atteindre ce double but.

    En effet, le CD&V, qui s’appelait alors encore le CVP, avait été mis en cause, au moment du génocide du Rwanda, pour avoir soutenu le régime génocidaire.

    Cette mise en cause publique avait été extrêmement mal vécue par le CVP de l’époque qui était au pouvoir depuis des dizaines d’années – on parlait alors de l’Etat CVP en Flandre comme de l’Etat PS en Wallonie – et cette blessure d’amour propre de ce grand parti n’a jamais cicatrisé.

    Comparer la RTBF à Radio Mille Collines a dès lors eu pour effet, en quelque sorte, de renvoyer vers un tiers – francophone qui plus est – cette blessure honteuse, fédérant ainsi le parti autour d’Yves Leterme.

    2. Quant à la sympathie provisoire de certains électeurs du CD&V pour Guy Verhofstadt, gageons que le rappel à l’avant-scène de cette blessure narcissique y a mis un terme immédiat.

    En effet, cette déclaration d’Yves Leterme aura remis en mémoire des électeurs du CD&V-ex-CVP que Guy Verhofstadt s’était fort investi dans la Commission parlementaire sur les événements du Rwanda.

    Par cet investissement personnel sincère, Guy Verhofstadt avait participé à la mise en lumière du rôle contestable du CVP dans ces événements. Pire : Guy Verhofstadt avait présenté ses excuses au Rwanda au nom de la Belgique, formalisant ainsi publiquement le caractère contestable de l’attitude de la Belgique – et singulièrement de sa composante CVP – dans ce génocide.

    Voilà donc l’adversaire politique le plus dangereux pour Yves Leterme qui n’a plus un seul soutien à espérer au sein du CD&V.

    3. Comme pour toute personne qui a eu l’outrecuidance de critiquer sa politique ou de mettre en évidence ses lacunes, Yves Leterme va décrédibiliser la RTBF en la stigmatisant.

    La stigmatisation négative de ceux qui s’opposent à lui et la stigmatisation positive de ceux qui vont dans son sens est l’une des marques de fabrique d’Yves Leterme.

    Ainsi, Joëlle Milquet était  » Mme non  » avant même que les trois questions fatidiques ne lui soient posées, là où lui se positionne en  » Mr 800.000 voix « .

    De même, le Roi était sain d’esprit quand il l’a nommé formateur à deux reprises pour un terme exceptionnel de six mois sans aucune avancée, mais il est sénile quand il donne au Premier Ministre sortant appartenant à la famille majoritaire issue des élections une simple mission d’information limitée dans le temps, là où Pieter De Crem se positionne lui-même comme un
     » intégriste de la Constitution « .

    Interviewés avec acuité par l’excellente journaliste du journal parlé de la RTBF, des responsables CD&V n’ont pas accepté d’avoir été mis en difficulté, là où sur RTL ils ont pu s’en tenir aux phrases préétablies et vides de sens. La RTBF allait payer.

    De même, Yves Leterme estime n’avoir aucun compte à rendre, ni au Parlement puisqu’il n’y a pas encore de gouvernement, ni à la presse. C’est pourquoi les négociations étaient secrètes.
    Qu’une équipe de la RTBF mette à l’écran sa nervosité face à la présence d’un media francophone – au moment où une équipe de la VRT avait pu filmer également – est, aux yeux d’Yves Leterme, totalement inacceptable. La RTBF allait payer.

    Qu’une dénonciation de ses méthodes chaotiques de négociation apparaisse aussi clairement dans les media et que son double discours sur le contenu des négociations soit mis en lumière par
    Joëlle Milquet à l’occasion de  » Questions à la Une « , avec la crédibilité des images prises sur le vif, était totalement inacceptable pour Yves Leterme. La RTBF allait payer.

    En lançant une accusation aussi énorme à la face de la RTBF, Yves Leterme intimide la télévision francophone de service public et l’incite à s’autocensurer à l’avenir, pour ne pas donner l’impression de le diaboliser, comme il le dénonce.

    Et si la RTBF devait malgré tout garder sa liberté de ton, la crédibilité de ses propos serait dorénavant entachée d’un manque d’objectivité eu égard au contentieux créé de toute pièce par Yves Leterme.

    Voici donc un média dérangeant hors d’état de nuire.

    4. Enfin, il fallait absolument éviter que la RTBF fasse un événement médiatique de l’anniversaire de l’émission  » bye bye Belgium  » qui a dénoncé à la face du monde  » le séparatisme rampant de la Flandre  » comme l’a appelé Daniel Coehn Bendit quand il a été l’invité de la rédaction du Soir.

    En effet, comme l’indique le dernier sondage du Standaard, les électeurs CD&V ne sont pas séparatistes à 89%. L’alliance du CD&V avec la NVA qui a été prise à l’initiative d’Yves Leterme est donc de nature à inquiéter l’électorat CD&V.

    Yves Leterme doit constamment rassurer son électorat sur son absence de volonté séparatiste comme le prouve le million de toute-boîte que le CD&V a cru devoir adresser en Flandre dans le courant du mois d’octobre pour réaffirmer qu’il n’était pas séparatiste.

    Or, si l’alliance du CD&V avec la NVA pouvait se justifier jusqu’ici par l’arithmétique comme étant incontournable dans la configuration de l’orange bleue, cela ne serait plus du tout le cas dans la configuration élargie de la tripartite prônée ce week-end par Yves Leterme. Il a pourtant réitéré sa détermination à maintenir le cartel.

    L’émission anniversaire de bye-bye Belgium remettrait en lumière les vélléités séparatistes de la Flandre.Yves Leterme risquerait, à cette occasion, de devoir s’expliquer auprès des électeurs CD&V sur son maintien de la NVA au sein du cartel, au moment même où cette alliance est critiquée ouvertement par certains ténors du parti.

    Comparer la RTBF à Radio Mille Collines et accepter un entretien avec l’Administrateur de la RTBF lui donne une chance de faire annuler, d’ici-là, cette émission anniversaire  » dans le souci de préserver de bonnes relations entre les communautés « .

    La question brûlante du séparatisme ne serait plus alors à débattre.

    Bien loin dès lors d’être une  » gaffe « ,  » un manque de communication « , ou un  » lâchage de nerfs  » d’Yves Leterme, cette accusation gravissime tant pour la RTBF ( quoi de pire pour un media que d’être accusé de détourner l’information pour en faire un instrument d’incitation au génocide ) qu’aussi et surtout pour les victimes passées et présentes de l’horreur ultime que fût le génocide du Rwanda, n’est rien d’autre, dans le chef d’Yves Leterme, qu’un moyen cynique de s’assurer le pouvoir. Et c’est à ce titre qu’il doit être dénoncé unanimement par tous les démocrates de ce pays et d’ailleurs.

    Yves Leterme doit se justifier sur cette affirmation gratuite, retirer ses propos et, au minimum minimorum, présenter ses excuses à la RTBF mais aussi et surtout aux victimes du génocide.

    Enfin, une analyse rigoureuse de la rhétorique d’Yves Leterme devrait faire l’objet d’une étude approfondie de la part des media, dans la droite ligne du contrôle démocratique élémentaire du pouvoir par la presse.

Laisser un commentaire