GP de F1 à Francorchamps: sans fond, la caisse !

« Dans le privé, un patron qui aurait signé un contrat aussi mauvais aurait déjà reçu son C4 depuis longtemps », s’exclamait ce matin un auditeur de la RTBF radio à propos de la convention liant la Région Wallonne et la Formula One Administration.

L'image « https://i1.wp.com/www.ardennes-etape.com/images/Evenement_img/SpaFrancorchamps.jpg?w=640 » ne peut être affichée, car elle contient des erreurs.

Ce contrat, signé en décembre 2003, venait récompenser les efforts des deux principaux partis politiques wallons  (MR et PS) pour faire réintégrer le Grand Prix de Belgique dans le calendrier de la Formule Un. Un Grand Prix supprimé un peu plus tôt par Bernie Ecclestone en raison de l’application précoce de la loi européenne sur l’interdiction de la publicité sur le tabac votée à l’initiative du parti Ecolo.

Cette décision, vilipendée par les afficionados du raidillon spadois et les multinationales pétrolières, allait être l’objet d’une passe d’armes entre partenaires du gouvernement, les deux « grands » saisissant l’occasion pour taper allègrement sur la tête du « petit » et lui faire passer le goût de s’immiscer dans leurs chasses-gardées.

Durant tout l’été 2003, d’inter-minables séances parlementaires allaient monopoliser toute l’attention et l’énergie des représentants du peuple afin de trouver une solution, forcément de l’ordre de la rustine, pour sauver cette « vitrine de la Wallonie », vache à lait supposée des nos finances et capable nous disait-on d’assurer la subsistance de toute une région. Les Ecolos, dindons de la farce, furent in fine cloués au pilori pour avoir osé anticiper une mesure de santé publique au détriment d’un « panem et circenses » bien plus vendeur électoralement.

Aujourd’hui, la faillite de la société privée organisatrice du Grand Prix a révélé que l’engagement signé il y a deux ans par le gouvernement wallon, via le truchement d’une société d’investissement, engageait la Région à verser à Bernie Ecclestone l’équivalent de 14 millions d’euros par an (faites le compte) au cas où les GP ne pourraient se dérouler normalement …  Avec ou sans organisateur privé, avec ou sans sponsors et qu’ils le veuillent ou non, les Wallons financeront donc de leur poche les prochains tours de roues de la F1 en Belgique. 

En attendant que les visionnaires qui ont ainsi contribué au redressement économique de la Wallonie se fassent connaître (les signatures au bas du dit contrat semblent malheureusement illisibles), jamais la gloriole de quelques uns n’aura coûté si cher au quidam qui, lui, n’aura sans doute jamais l’occasion d’aérer ses mèches
rebelles en safety car, de se bourrer la gueule tout le week-end en
business seat ou de se taper une pépée Malrboro …

UPDATE 16/11: Un extrait, révélateur, du Jt de la RTBF (Journaliste: Frédéric Deborsu)

L'image « https://i0.wp.com/www.bloggingthenews.info/videos/jtRTBF1611.JPG?w=640 » ne peut être affichée, car elle contient des erreurs.

(la qualité de l’image n’est pas optimale, il s’agit d’un enregistrement réalisé en « filmant » la télé)

Technorati Tags: , , ,

Rejoindre la conversation

Aucun commentaire

  1. Cela confirme, à nos dépens, qu’il ne suffit pas d’être au PS pour être un piètre gestionnaire de l’argent public.

  2. Pourquoi ne pas mettre la Région Wallonne en faillite et en liquidation ? C’est tout ce qu’ils méritent.

    Il faut impérativemment faire des actions contre ce grand prix. On va tous s’enchainer au raidillon avec des inscriptions a la chaux sur la piste : NON, on ne payera pas pour les riches !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire