Bruxelles consomme 1,5 kg de cocaïne par jour

C’est la conclusion à laquelle sont arrivés des chercheurs de l’université flamande de la KUL en analysant l’eau de la Senne, la rivière dans laquelle se déversent les égoûts de la capitale belge.

Les concentrations de résidus de cocaïne et de benzoylecgonine (une substance que le corps produit apprès assimilation de cocaïne) qui ont été retrouvées dans l’eau établissent que Bruxelles abrite environs 10.000 consommateurs quotidiens, soit 1pc de la population.

Des analyses similaires dans le Pô et la Tamise révèlent que Bruxelles n’est pas la seule à ainsi se poudrer le nez. Je serais curieux de voir ce que ça donnerait à Paris …

Via la DH
(thanx Kaos pour l’info)

Technorati Tags: ,

Ce contenu a été publié dans Carnet de Bord, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Bruxelles consomme 1,5 kg de cocaïne par jour

  1. promethee dit :

    Eeeeuh…tu as un peu de blanc sous la narine.. :))

  2. damien dit :

    Ben, hum … c’est parce que je prends du lait en poudre avec mon café … hé

  3. cactus dit :

    Beurk les égoûts qui se deversent dans la Seine. Des fois on se demandent si les chercheurs n’ont rien d’autres à chercher mais bon. C’était sans doute pas ce qu’ils s’attendaient à trouver.

  4. Ju dit :

    On ne trouve que ce qu’on cherche. Est-ce que par hasard, il n’y pas moyen de refaire de la cocaïne avec ce qu’on trouve dans les égoûts? Ca ferait un beau recyclage. 😉

  5. damien dit :

    >Ju: »on ne trouve que ce qu’on cherche », ça me fait penser à un article du Figaro début de semaine qui disait « Près de 40 pc des jeunes tués dans un accident de la route en 2003 et 2004 en France avaient consommé du
    cannabis. 28,9 pc des tués présentaient
    encore du THC (la substance active du cannabis) dans le sang, ce qui prouvait qu’ils avaient consommé du cannabis dans les heures précédant l’accident ».
    Ce qui est complètelment faux puisque le THC est décelable dans le sang plus de 6 mois après sa consommation. Evidemment, quand on sait la politique répressive que la France mène à ce niveau, il ne faut pas s’étonner de voir des « Ã©tudes scientifiques » venir la cautionner à l’occasion.

Laisser un commentaire