Les dernières heures de la télé à papa

Le modèle développé par iTunes, soit la vente à l’unité de chansons et d’épisodes de série télé, est en train de révolutionner la manière de consommer les produits culturels, et en particulier ceux qui seront offerts à l’avenir par les télévisions. J’avais déjà abordé ce sujet sous l’angle du matériel utilisé pour regarder ces vidéos (Archos, iPod, etc.) ici

https://i1.wp.com/www.economist.com/images/20020413/1502SU1.jpg?w=640

Comme le souligne Ivan Askwith, analyste média pour le C3@MIT (le Consortium sur la culture de la convergence du Massachusetts Institute of Technology qui trace les intersections entre le divertissement, la culture et le commerce) dans un article publié sur Slate « That could potentially usher in a new age of television, one where fans have the power to keep their favorite series in production and producers have the opportunity to create more elaborate, controversial, and innovative programs »

Si on estime qu’une heure de série coûte quelques 1,5 million de dollars, il suffit d’un million de téléchargeurs payants pour dégager de premiers bénéfices: « Pour les fans: plus de pouvoir; pour les réseaux plus de profits: c’est un ticket gagnant pour tous »

Bref, maintenant qu’on a une petite idée de comment la distribution va pouvoir se faire, il ne reste plus qu’à inventer des contenus suffisamment intéressants pour donner envie aux consommateurs de sortir leur portefeuille. Et à faire comprendre aux publicitaires qu’ils doivent cesser de prendre les gens pour des crétins finis. Parce que désormais ce sont eux qui mènent la danse.

Via InternetActu

Technorati Tags: ,

Rejoindre la conversation

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire