En français dans le sous-titre

Le ministre flam(ingu)and des Medias, Geert Bourgeois (NV-A) vien de dégager 1 millions d’euros pour financer le sous-titrage de toutes les émissions diffusées sur les 10 télés régionales flamandes. Objectif: rendre ces émissions accessibles aux malentendants.

On notera, outre qu’il s’agit d’une vraie bonne idée, que le sous-titrage des interviews en langue étrangère (aka, en non-flamand) est une constante depuis des années sur les chaînes flamandes nationales VRT et VTM. A l’inverse des chaînes francophones qui se contentent de traductions à la grosse louche via un doublage forcément réducteur.

Le sous-titrage permet pourtant de capter les infos d’ordre non-verbal (la posture, l’intonation) et de comprendre ainsi ce que l’interviewé raconte vraiment.

Perso, je trouve qu’il s’agit pour les téléspectateurs d’un excellent moyen de se mettre une langue dans l’oreille et donne une occasion d’ouverture vers une autre culture.

Rien ne me fait plus râler qu’une interview de Bert Anciaux ou Filip Dewinter  doublée avec une voix lancinante (alors que le mec s’emballe manifestement) à l’aide de termes polissés (alors que j’entends très clairement des « franstalige » rageurs) et résumée en une seule phrase dénuée de tout nuance. Idem avec les interviews de Bush ou de Berlusconi.

Bref, si un petit million suffit pour équiper les télés, je propose qu’on inscrive tout de suite ce poste au budget « enseignement » de la Communauté Française. Peut-être que comme ça, les petits wallons auront un jour envie de s’essayer à l’indispensable (à défaut d’agréable) langue de Vondel.

On a déjà depensé bien plus pour bien moins utile…

Via VRT Nieuws

technorati tags: , ,

Ce contenu a été publié dans Carnet de Bord, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire