Les blogs au secours des féministes islandaises

Salvor Gissurardottir est responsable de la stratégie web de la Feminist Association of Iceland. Elle blogue depuis 2001 et était présente à la conférence LesBlogs 2.0 à Paris la semaine dernière. Rencontrée via nos photos taguées sur FlickR, nous avons discuté un peu et je ne lui ai pas laissé le choix: la règle n°9 de la charte des féministes islandaises stipule en effet qu’elles doivent  » inform males about feminism ».

Au début des années 2000, la capitale islandaise Reykjavik est cernée par les sexshops et les bars à danseuses. La prositution de jeunes femmes venues du continent avec un passeport d’artistes constitue un commerce lucratif dont personne ne semble s’offusquer, au point que des partis politiques ou des grandes banques n’hésitent pas à faire de leur publicité sur les sites internet de ces lupanars.

Les touristes du sexe, essentiellement venus de Grande-Bretagne, sont nombreux, alléchés par les « A one night stand in Reykjavik » et les « Fancy a dirty week end » proposés par les catalogues spécialisés. La libéralisation de plusieurs secteurs clés de l’économie islandaise (comme la pêche) accroît la précarité de bon nombre de ménages et les violences envers les femmes connaissent une hausse importante.

En février 2003, quelques femmes islandaises se levent pour combattre cet état de fait et rendre aux gonzesses la place qu’il leur revient dans toute société qui se dit démocratique. Une liste de diffusion est créée sur internet et très vite le nombre d’abonnés explose. En mars, la Feminist Association of Iceland est portée sur les fonds baptismaux et en mai, la liste compte déjà plus de 600 personnes, qui participent pour la première fois à visages découverts au défilé du 1er mai.

En juin 2003, elles organisent un évènement baptisé  « Paint the City Pink » à travers lequel elles dénoncent les inégalités entre les sexes et encouragent les citoyens islandais à afficher leur désaccord en s’habillant tout de rose.

Aujourd’hui, grâce à Internet et particulièrement aux liens tissés avec d’autres organisations féministes via les blogs, la Feminist Association of Iceland est devenue l’un des principaux groupes de pression de ce petit pays de 300.000 habitants, perdu aux confins de l’océan Atlantique et de la mer du Groenland. Un de leurs combats actuels porte sur l’égalité homme/femme dans les big company. Inutile de dire que la récente élection de Unnur Birna Villhjalmsdottir au titre de Miss Monde ne leur a pas fait spécialement plaisir

Voici le podcast que nous avons réalisé ensemble (20min). Ne parlant pas un traître mot d’Islandais, la conversation s’est faite en anglais. Je vous la livre brute de décoffrage, tout l’intérêt résidant à mon sens dans le fait que ce soit une discussion et non une interview radio.

Podcast

1’15″/70: Historique de la Femminist Assosiation of Iceland. 3’20″/200: Les évènements qui ont poussé les femmes islandaises à s’unir
7’15″/435: Ce que Salva a retenu de la Conférence LesBlogs
8’15″/510: L’information en Islande
9’50″/590: Les femmes en politique
11’30″/690: Les luttes actuelles au sein de la population islandaise, notamment à propos des concours de beauté.
14’15″/775: Les femmes dans le monde de l’entreprise
15’30″/930: Comment les blogs ont permis aux femmes de s’informer et de s’unir
17’15″/1025: Les progrès engendrés grâce au net, la couverture médiatique accrue.
19’/110: Le future
20’/1190: Conclusions

Technorati Tags : , , , Agoravox

Ce contenu a été publié dans Carnet de Bord, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Les blogs au secours des féministes islandaises

  1. Ping : Quelle époque épique !

Laisser un commentaire