Gilles Klein, nouveau rédac’ chef de Pointblog

Cyril Fievet a passé ce matin la main à Gilles Klein  à la tête du magazine Pointblog. Gilles a une longue expérience en tant que journaliste et est un vrai passionné des blogs, si vous avez l’habitude de lire ses billets sur Pointblog vous avez dû vous en rendre compte. Gilles nous avait par ailleurs fait le plaisir d’être l’un des orateurs qui ont participé à la conférence sur les blogs que nous avons organisée avec François et Denis en octobre dernier à Bruxelles. Il participe également à l’aventure papier de Netizen (le numéro 2 sort demain, j’y signe un papier consacré à Vox, le podcast de Jérôme Colin)

L'image “https://i2.wp.com/gklein.blog.lemonde.fr/68691331733_0_ALB.jpg?w=640” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Je trouve personnellement très rassurant de voir un journaliste de cette trempe être à ce point impliqué dans la blogosphère (son blog perso a des stats à tomber). Cela me conforte dans l’idée que seuls les journalistes incapables d’écouter ce que leurs audiences ont à leur raconter et de se mettre à leur service, doivent craindre pour leurs miches avec la montée en puissance des blogs et du journalisme participatif. Refuser cette évolution, c’est se condamner à une pré-retraite anticipée et certains semblent plus pressés que d’autres 😉

A l’inverse, les journalistes qui saisiront l’opportunité de diversifier leurs pratiques et d’intégrer cette composante collaborative verront leur rôle renforcé. Plus que jamais, la sphère médiatique va avoir besoin de « sélectionneurs » de qualité, d' »aiguillonneurs » futés, de « relanceurs » habiles et de « discuteurs » perspicaces afin que le grand public puisse profiter qualitativement de cette évolution.

Se contenter d’ouvrir les commentaires après un article ou de balancer du son en MP3 sur son site ne serait qu’une sorte de capitulation face à la vague. Les médias traditionnels, et je pense plus particulièrement aux journaux papiers, vont devoir innover  et adopter une stratégie basée sur la multimodalité à long terme pour éviter de sombrer. C’est une question de moyens à débloquer, d’alchimie à trouver et de patience à cultiver. 

Technorati Tags: , , , ,

Rejoindre la conversation

Aucun commentaire

  1. L’ère des pères de la blogosphère ne fait que commencer …

    Invasion belge dans le Netizen #2, il me semble ! car j’y contribue également. J’y signe quelques portraits de blogueurs ados..
    Pour vous servir…

  2. >Olivier: Qu’entends-tu par « probant » ? Une affaire qui roule et où les admins gagnent de l’or en barre ? En effet, il n’en n’existe pas encore.
    Par contre, si on observe la croissance de concepts comme Digg et plus encore comme Newvine (mélange de dépêches d’agence et d’articles d’internautes lambda), on peut raisonnablement penser qu’un modèle économique viable va pouvoir se mettre en place.

    S’il ne fallait te donner qu’un seul exemple « Ã©clairant », je te citerai le Coréen OhMyNews, qui compte plus de 40.000 « citizen reporters » dont certains articles se sont déjà glissés plusieurs fois en Une de journaux papiers tradtionnels. OhMyNews vient en outre de lever $11-million pour développer son concept au Japon, intégrer la vidéo et améliorer son édition en anglais pour parvenir à son objectif final: la création d’un OhMyNews International.

  3. Si « on » te sert OhMyNews à chaque fois, c’est peut-être qu’il y a de bonnes raisons… Je ne te présente donc pas Agoravox, qui risque d’être bien trop calorique pour toi. Saint François se disait aussi « tout prêt à croire au phénomène », attendras-tu que la veille presse te montre ses stygmates pour réagir ?

  4. > Si « on » te sert OhMyNews à chaque fois, c’est peut-être qu’il y a de bonnes raisons…

    A ce jour, c’est le seul et unique exemple concret de la chose. On peut donc difficilement en tirer une généralité, d’autant qu’un modèle n’est pas transposable d’un pays à l’autre.

    > Je ne te présente donc pas Agoravox, qui risque d’être bien trop calorique pour toi.

    Attaque ad hominem aussi gratuite que médiocre.

    > Saint François se disait aussi « tout prêt à croire au phénomène », attendras-tu que la veille presse te montre ses stygmates pour réagir ?

    En tant que journaliste, je ne m’arrête pas à ce type de slogan et je pratique le doute méthodique sur tout ce que je vois, entends ou lis. Jusqu’à présent, je n’ai pas trouvé d’élément suffisamment convaincant pour affirmer que les blogs vont transformer le métier de journaliste. Il y a d’autres menaces bien plus sérieuses qui pèsent sur l’exercice de notre métier et qui invitent à une profonde remise en question.

  5. Ah non ! je trouvais justement ma métaphore culinaire très à propos ! Tu me parles de tarte à la crème pour OhMyNews, j’osais donc à peine imaginer ce que tu pensais d’Agoravox. Punt. Je me contrefout de ton taux de cholesterol !

    Ce ne sont pas les blogs en eux-mêmes qui vont changer le métier de journaliste mais bien toute la dynamique insuflée par la possibilité d’interactivité entre producteurs et consommateurs d’infos. Les blogs sont la partie immergée de l’iceberg

    Quant aux menaces qui pèsent sur notre profession, je suppose que tu fais allusion à la gangrène des communiqués de presse copiés-collés, aux publi-reportages alimentaires et aux autres baronies copains-copains qui cadenassent des pans entier de secteurs spécialisés ?

  6. OK, j’aime pinailler, je me permets quelques commentaires :
    – C’est pas Saint-Thomas qui voulait des preuves, et non Saint-François ?
    – Je pense que tu as voulu dire partie émergée (hors de l’eau), et non partie immergée (sous l’eau).

    Sinon, perso, je dois bien dire que « la gangrène des communiqués de presse copiés-collés, les publi-reportages alimentaires et les autres baronies copains-copains » me poussent à chercher d’autres sources d’infos que les journalistes « de métier » (envers qui, en général, j’ai assez peu ce considération – rien de personnel, ne me bouffez pas).

    Le succès des blogs et du journalisme citoyen (dont je reste un peu douteux quand à la viabilité long terme, mais après tout pourquoi pas) n’est il pas quelque part une conséquence de ces autres maux plus importants ?

  7. Dans le même genre, j’aurais du dire « au sujet desquels je reste un peu dubitatif quant à… » et non « dont je reste un douteux quant à… ».

    Bon allez, je cesse de faire du bruit.

    N’hésitez pas non plus à commenter le fond de mon intervention, à savoir : défaut de journalisme ==> recherche d’autres médias ==> journalisme « citoyen ».

  8. >Quant aux menaces qui pèsent sur notre profession, je suppose que tu fais allusion à la gangrène des communiqués de presse copiés-collés, aux publi-reportages alimentaires et aux autres baronies copains-copains qui cadenassent des pans entier de secteurs spécialisés ?

    Entre autres. Je pense aussi au poids grandissant de l’industrie publicitaire sur la ligne éditoriale des organes de presse.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire