Blogs et journalisme: Collaborer avec les utilisateurs pour faire remonter l’info à la surface

Grâce, dans un premier temps, à Alex, qui a repéré le twist, et ensuite aux contributions des membres du forum adsl-bc.org, une grosse faille dans le système de sécurité/confidentialité de Télé 2 a été comblée ce week-end. De mon côté, j’ai mis ma carte de presse au service de « consommateurs »,  pour interpeller un « producteur » et le convaincre de la nécessité de réagir.  Résultat: un problème qui était latent depuis la mi-janvier a été réglé en trois jours.

A l’heure où chacun a désormais l’occasion de s’exprimer sur le web (forum/blogs même combat), une partie du métier de journaliste, tel que je le conçois, pourra consister à être un « porte-voix » éclairé qui mettra ses compétences et son geulophone à disposition des communautés on-line au sein desquelles il se sera « immergé », à pèrpet ou seulement pour quelques jours. Par affinité certes, mais aussi avec humilité, car on ne peut pas tout connaître sur tout.

Expliquer à votre audience comment vous procédez pour arriver à telle ou telle conclusion permet de pouvoir être reconnu comme un intermédaire crédible.  Ce retour aux sources donnera aux journalistes de demain une formidable opportunité d’indépendance par rapport à l’aspect financier de leur job.

Une info ne plaît pas, à priori, à des actionnaires ? Qu’importe, vos lecteurs/auditeurs/téléspectateurs discutaient beaucoup entre-eux à ce propos et vous feront savoir après coup qu’ils étaient satisfaits d’y avoir eu accès. Ils continueront alors à acheter votre « produit », conseilleront à d’autres de le faire et les actionnaires seront bien contents eux aussi, à postériori.

Voici ma dernière contribution, en guise de conclusion, au topic consacré à cette « affaire de modem » sur le forum adsl-bc.be

Je me dis quand même que dans une boîte 2.0, Télé 2 aurait eu un gars en interne chargé de monitorer ce forum. Mieux, elle hébergerait elle-même cette discussion dans un endroit dynamique (un blog !). Ca lui permettrait de garder un contact très rapproché avec ses utilisateurs les plus aguéris, donc les plus intéressés par son « produit ».

Les entreprises doivent soigner aux petits oignons tous ceux qui sont capables de leur faire de la pub gratos et de leur plein gré. Vous avez déjà fait le compte du pognon que les agences de pub leur pompent chaque jour pour Le slogan du siècle ? Le bouche à oreille numérique va plus loin, plus vite, et pour bien moins de thunes qu’une campagne radio-télé-papier qui sera de toutes manières considérée comme invasive.

Qu’elles le veuillent ou non, les sociétés sont condamnées à écouter leurs publics. « Vous savez qu’on parle de votre entreprise sur le web ? » Non ? C’est con, il y a parfois des belles conneries qui sont balancées mais il n’y a personne pour y répondre. Parfois aussi vos clients sont contents et ils le disent, mais il n’y a personne pour recevoir les bravos ni pour les remercier de la confiance qu’ils placent en vous.

Maintenant que le boss de Télé 2 a l’adresse de ce forum,
j’aimerais croire qu’il jugera utile de participer aux dialogues qui
tapissent le web.

En tout cas, merci à vous tous (et à Alex en particulier) pour tous
ces échanges de point de vue, j’ai appris plein de trucs ces derniers jours !

Technorati Tags: , , , ,

Ce contenu a été publié dans Carnet de Bord, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Blogs et journalisme: Collaborer avec les utilisateurs pour faire remonter l’info à la surface

  1. Ping : Denis au fil du web 2.0

  2. cactus dit :

    Les problèmes trouvent toujours des solutions plus rapidemment lorsque ils commencent à être exposé à la presse écrite, blog, tv, test-achats, …

    C’est lorsque l’image de marque est en danger que les gens bougent. C’est tout de même un peu injuste pour ceux qui n’ont pas de portes voix.

  3. damien dit :

    >Cactus: raison de plus pour que les journalistes s’intéressent aux discussions qui se tiennent sur le net et utilisent les outils à leur dipsoition (RSS) pour se tenir au courant de l’actu des « minorités » qui disposent d’une fenêtre sur leurs activités grâce au web (assoc, asbl, mouvement de jeunesse, etc.)

  4. cactus dit :

    Oui, mais je trouve que c’est une très bonne évolution. Seulement financièrement, je me demande comment pourrait vivre ces webjournalistes s’ils sont indépendants? Et je crois malheureusement que seule encore une petite partie peut s’exprimer sur le net. Et cela même si il y a de plus en plus de facilité d’accès (ordi moins cher et facilité à blogguer). A part çà, je suis optimiste mais je me pose des questions.

Laisser un commentaire