Bien entendu, c’est off !

"La vertu veut que la conduite des affaires publiques soit transparente
et que ceux qui en ont la charge assument leurs responsabilités. Mais
elle résiste mal aux réalités du marché" ( …) Il y a donc lieu de penser que les conditions restrictives dont
s’entourent les échanges entre les journalistes et leurs sources sont
de la nature du cache-sexe. On ne peut longtemps ignorer ce qu’il y a
dessous. Et la pratique enseigne que les hommes publics ne tiennent pas
vraiment rigueur aux journalistes d’avoir violé la confidentialité
qu’ils ont fait semblant de leur demander."

Extrait d’un billet de Claude Moisy, ancien patron de l’AFP,  publié
sur un nouveau blog dédié aux médias (aka: leblogmédias), un blog soutenu par l’organisation de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières et la revue Médias.

"Bien entendu, c’est off" est le titre d’un livre de Daniel Carton, journaliste au Monde puis au Nouvel Observateur. Un bouquin pour le moins intéressant qui aide à dédramatiser …

Ce contenu a été publié dans Carnet de Bord, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Bien entendu, c’est off !

  1. Hariane dit :

    … un peu comme dans « Voici », où des vedettes intentent des procès pour violation de vie privée puis où ces mêmes vedettes, durant un passage à vide, payent le même journal (euh, est-ce le mot???)pour effectuer des artciles sur eux pcq rien n’est pire que l’indifférence et le silence…
    Un peu…

  2. Mateusz dit :

    tout bon..; vais me le procurer… 😉

  3. damien dit :

    > Mateusz: je peux te le filer si tu veux.

Laisser un commentaire