Le pire c’est d’être ignoré

« we do find ourselves swimming in an electronic sea where we could
eventually be devoured — or ignored as an unnecessary anachronism. Our
goal, obviously, is to avoid getting boiled as the electronic
revolution continues. »

Bob Kaiser, Managing Editor du Washington Post dans un mémo  … de 1992.

Via CyberJournalist

Parmi les anachronismes les plus évidents à mon sens (et sans hiérarchie)

– l’absence de commentaires à la suite des articles
– l’absence de RSS
– intenter un procès pour « vol » d’articles à Google News
– l’absence de rubrique « articles les +consultés, les + commentés »
– l’absence de rubrique « cet article a été blogué X fois »
– l’absence de podcasts audio
– la consultation payante des articles après 24H
–  …. vous en voyez d’autres ?

Technorati Tags: , ,

Ce contenu a été publié dans Carnet de Bord, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le pire c’est d’être ignoré

  1. Francois dit :

    Les horaires de publications en ligne … liés aux horaires de bouclages impression.

    Le gaspillage de contenu préparatoire (vidéo, audio, textes, …) qui ne passerait pas dans un format papier (contraintes d’impression ou d’espace disponible) mais qui pourrait très facilement être utilisé en ligne.

    Les synthèses sur le contenu produit en périphérie des articles ou dossiers thématiques (discussions, commentaires, …). Parfois certains sujets de sociétés ou d’affaires politiques ou thématique ciblée rencontrent un intérêt partagé dans une communauté.

Laisser un commentaire