Futur de la télé: qualité de la diffusion et disponibilité maximale des contenus

Mathieu Van Overstraeten signe dans La Libre une série de papiers sur le futur de la télévision, à l’occasion du congrès « TV Evolution Summit » qui a rassemblé les prinicpaux acteurs du secteur la semaine passée à Rome.

https://i2.wp.com/www.informatm.com/newt/l/broadbandtv/images/thumbs/odtv.jpg?w=640

De l’avis général, la télévision sur internet sera LA « big issue » des années qui viennent (suivie de la télé sur gsm et de la télé à la demande). Selon le rapport « TV Trends« , l’IPTV concernera 26 millions d’utilisateurs dans le monde fin 2010 (contre 2,7 millions fin 2005). En outre, 96 pc des foyers américains et 79 pc des foyers d’Europe de l’Ouest auront adopté la télévision numérique d’ici 2011.

« Tout le monde parle d’une révolution technologique, mais on ne se rend pas compte à quel point c’est aussi une révolution sociologique« , souligne Jean-Charles De Keyser, le boss de Belgacom TV, qui pense également que « la télévision classique va rester, mais qu’à côté de ça, il y aura une offre de télévision que chacun pourra organiser à sa guise et qui sera financée en partie par les consommateurs et en partie par les publicitaires ».

En novembre dernier, je relayais un article de Slate dans lequel Ivan Askwith, du C3@MIT ( Massachusetts Institute of Technology) déclarait que, outre la télé à la carte,  le mode de diffusion initié par iTunes pouvait aussi provoquer « a new age of television, one where fans have the power to keep their favorite series in production and producers have the opportunity to create more elaborate, controversial, and innovative programs » . Son calcul était simple: une heure de série coûte  1,5 million de dollars, il suffit donc d’un million de téléchargeurs payants pour dégager de premiers bénéfices. Et changer la logique de production…

Pour revenir au congrès de Rome et à la télé numérique, Philippe Lemmens, un des principaux responsables du câblo-opérateur flamand Telenet, estime qu’actuellement les utilisateurs de la télévision interactive regardent en moyenne 2 émissions à la demande par mois. Pour lui, le changement de mentalité donnera ses premiers résultats lorsque 15 pc des clients se seront équipés et que le buzz se sera propagé.

« Comme sur Internet, on constate que les consommateurs sont très influencés par les classements reprenant les films les plus regardés par les autres utilisateurs (…)  Nous devons donc plancher sur des nouveaux outils de visualisation, et sur des guides de programmes électroniques davantage personnalisés », souligne M.Lemmens.

Guider les télespectateurs où bien se laisser guider par eux ?
(petite réflexion perso)

Laissez les donc échanger leurs préférences, taguer leurs contenus auto-produits (comme sur YouTube) et les mettre à disposition des autres abonnés via les mêmes canaux que vos propres productions. Laissez-leur le contrôle et vous fédérerez alors une vraie communauté comblée et fière d’être écoutée. Ouvrez vos tubes dans les deux sens et laissez remonter tout le feedback ques les utilisateurs sont actuellement contraints de garder pour eux. Concernant la pub et le mode de financement, je vous renvoie à ce que je disais ici:

Je ferai épargner des millions aux annonceurs qui pourront arrêter de remplir les interminables tunnels de pubs télé pour consacrer toute leur créativité à pondre des messages qui me seront directement adressés, à moi et mes semblables. Je choisirai si je veux participer à telle ou telle campagne et serai rémunéré pour l’attention que j’y porterai. Vu qu’elles seront super bien foutues, j’en parlerai sur mon blog, à mes amis et encouragerai les communautés dont je fais partie à s’y intéresser. Ma playlist et les mots-clés associés seront ma carte de visite audiovisuelle, elle vaudra son pesant de cachuètes et je pourrai la léguer, sans frais de succession, à mes enfants.

Proportionnellement, je sortirai deux fois plus ma carte de banque et j’aurai dix fois moins l’impression de me faire encu*** qu’aujourdh’ui.
Du côté francophone, c’est la RTBF qui a fait le premier pas en matière de distribution de contenus à la carte, grâce à son offre radio en podcasting. Je serais vraiment curieux de savoir ce qu’attend RTL-TVi, l’opérateur privé, pour lui aussi se positionner sur ce créneau. Les startèges de l’Avenue Ariane ont certainement des idées dans leurs cartons mais son public cible est-il mûr pour cette révolution ?

Technorati Tags: , , , , , ,

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire