Les 12 promesses de Mickaël Moore aux Républicains

Via John Paul Lepers, via le Courrier International

A la suite de la victoire des démocrates, le facétieux réalisateur à la casquette de base-ball s’est adressé aux électeurs conservateurs dans les colonnes du Los Angeles Times.

Je souhaiterais tendre un rameau d’olivier. Ceux d’entre vous qui se disent conservateurs et votent généralement républicain viennent de passer quelques semaines douloureuses. Faites-moi confiance, je sais ce que c’est. De fait, nous autres du camp adverse ne savons pas vraiment ce qu’est la victoire et, si nous n’avons pas l’air très à l’aise ces derniers temps, il ne faut pas nous en vouloir. Je sais que vous êtes décontenancés par les résultats du 7 novembre.
Ce que je ne veux pas, c’est que vous sombriez dans la même grande frousse qui nous a envahis, à gauche, pendant plus de vingt ans. Certes, c’en est fini de votre révolution républicaine, mais accrochez-vous quand même. Ne vous laissez pas abattre. Ni moi ni les millions d’électeurs qui ont voté démocrate n’avons intérêt à crier vengeance pour les douze dernières années. Bien au contraire, laissez-moi vous faire douze promesses quant à l’attitude que nous adopterons envers l’opposition dans les années à venir.
Voici donc mon Serment d’un progressiste à des conservateurs démoralisés :

1 – Nous vous respecterons toujours. Jamais, au grand jamais, nous ne vous traiterons d’ “antipatriotes” au seul motif que vous n’êtes pas d’accord avec nous. Mieux, nous vous encourageons à la dissidence et au désaccord.

2 – Nous vous laisserons épouser qui vous voulez (et cela bien que certains d’entre nous jugent le comportement républicain “différent”, voire “immoral”). Qui vous voulez épouser n’est pas notre affaire. Aimez, tombez amoureux – c’est un merveilleux cadeau.

3 – Nous ne dépenserons pas l’argent de vos petits-enfants pour nos caprices personnels ou pour enrichir nos amis. Ce sont vos comptes à vous aussi, et nous les équilibrerons pour vous.

4 – Bientôt, quand nous ferons rentrer d’Irak nos fils et nos filles, nous ramènerons aussi vos fils et vos filles. Nous nous engageons à ne jamais envoyer vos enfants dans une guerre fondée sur une présentation PowerPoint minable mitonnée par des types qui n’ont jamais fait la guerre.

5 – Quand nous ferons des Etats-Unis la dernière démocratie occidentale à offrir une couverture maladie universelle et que tous les Américains bénéficieront d’une aide en cas de maladie, nous vous promettons que vous pourrez vous aussi consulter un médecin, que vous puissiez le payer ou non. Et quand la recherche sur les cellules souches aura mis au point des traitements et des remèdes contre des maladies qui vous touchent, nous ferons en sorte que vos proches et vous ayez aussi accès à ces progrès.

6 – Quand nous aurons dépollué notre air et notre eau, vous aussi pourrez respirer cet air plus propre et cette eau plus pure. Quand nous aurons enrayé le réchauffement climatique, vous n’aurez même plus besoin de chercher votre future maison au bord de la mer à Yuma, au beau milieu de l’Arizona.

7 – Si jamais un meurtrier tue 3 000 personnes sur notre sol, nous consacrerons tous nos moyens à sa traque et à sa traduction en justice. Immédiatement. Nous vous protégerons.

8 – Nous n’irons jamais regarder ce que vous faites sous la couette ou ce qui se passe dans votre ventre. Ce que vous faites en tant qu’adultes consentants est votre affaire. Nous continuerons à calculer votre âge à partir de votre date de naissance, pas à partir de la date de votre conception [allusion aux militants antiavortement].

9 – Nous ne vous reprendrons pas vos fusils de chasse. Mais si vous avez besoin d’un fusil d’assaut ou d’un pistolet pour tuer un oiseau ou un cerf, c’est que vous n’êtes pas très bon comme chasseur et que vous devriez peut-être vous trouver un autre sport. Parallèlement, par souci d’équité, nous armerons le cerf.

10 – Quand nous augmenterons le salaire minimum, cela concernera aussi vos employés. Ils utiliseront cet argent pour acheter davantage, ce qui signifie que vous serez remboursés ! Et quand les femmes seront enfin payées comme les hommes, nous ferons en sorte que les femmes de droite en bénéficient également.

11 – Nous respecterons vos croyances religieuses, même lorsque vous ne les mettez pas en pratique. Nous allons même tout faire pour promouvoir les aspects les plus audacieux de vos croyances religieuses – “Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu”, “Aimez vos ennemis”, “Il est plus facile pour un chameau de passer par le chas d’une aiguille que pour un riche d’entrer au royaume de Dieu” et “Tout ce que vous avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait”. Nous ferons savoir aux peuples des autres pays que Dieu ne bénit pas seulement les Etats-Unis, qu’il bénit tout le monde. Nous découragerons l’intolérance et le fanatisme religieux – en commençant par balayer devant notre porte.

12 – Nous ne tolérerons pas les politiques qui sont corrompus et enfreignent la loi. Et nous vous promettons de mener notre chasse aux politiciens corrompus en commençant par notre propre parti. Si nous manquons à cet engagement, nous comptons sur vous pour nous rappeler à l’ordre. Le simple fait d’être au pouvoir ne nous donne pas le droit de fermer les yeux si notre parti se dévoie. Merci d’accomplir ce grand devoir qui incombe à une opposition loyale.
Si je prends tous ces engagements envers vous, c’est que ce pays est aussi le vôtre. Vous êtes aussi américains que nous. Et nous sommes tous dans la même galère. Merci pour ces années passées au service du pays et merci de nous donner l’occasion de voir si nous pouvons améliorer ne serait-ce qu’un peu le sort de nos 300 millions de compatriotes – et du reste du monde.
Et maintenant reprenez-vous, et allons boire un Frapuccino
Michael Moore
Los Angeles Times

Un commentaire sur “Les 12 promesses de Mickaël Moore aux Républicains

  1. Aaaaah, l’Amérique si passionnante et passionnée…

    Beaucoup de démagogie de la part du réalisateur même s’il a toute l’honnêteté (et le respect!) de n’avoir jamais prétendu être objectif ni posé dans son discours. Maintenant, pour qui connaît un tant soi peu la vie politique américaine, il y a une brochettes de très grosses erreurs factuelles et d’appréciation qui vont encore alimenter l’éternel ressenti « zeuropéen » et florilège de préjugés.

    Déjà, au titre du préambule, le parti démocrate n’est ni à gauche ni progressiste, c’est un parti d’obédience libérale qui ferait passer le MR de Reynders pour une obscure formation trotskyste de l’ancien bloc de l’Est. De plus, entre le partisan du parti de l’âne au Kansas et celui de la région de Boston, il y a autant de différences qu’entre un socialiste de Herstal et un frère social-démocrate à Oslo. Cela a énormément d’importance pour comprendre que des thèmes comme l’interdiction du mariage homosexuel, la libéralisation du port d’armes ou encore la question religieuse ne sont pas des exceptions du clan Bush…

    Dernier point, la farce de la « sécurité sociale ». Qui se souvient donc que Clinton fut copieusement giflé au sein de son propre camp à l’époque de Medicare ?

    Le jour où l’on parlera des « Blue dogs » (obédience Heath Schuler, Fritz Bolkestein à côté, c’est le Besancenot de l’UE!) qui sont de plus en plus nombreux au sein du parti démocrate et dont l’influence fut très importante dans la récente victoire à Capitol Hill, peut-être que l’on pourra envisager autrement les fantaisies de Moore.

  2. NB: pour l’anecdote, la Prava de Reyers annonçait aussi par le biais de son journaliste fétiche, au sourire COMECON et costume d’apparatchik bulgare (Melodius (c)), qu’une « majorité de progrès » avait pris place au Congrès. En sus du hold-up sur le plan de la terminologie, je me suis demandé si le prompter ne pouffait pas aussi de rire. J’imagine déjà bientôt un larbin encarté, en débat de prime-time, genre Tatayet et Fonck assis au banc des cachetonneurs, oser nous comparer Nancy Pelosi et Elio Di Rupo….

  3. Prom’, je t’adore :-))) Tu complètes mes billets avec des trucs que j’aurais voulu écrire mais à propos desquels je n’ai pas le tiers du quart de tes connaissances. As’naize 🙂

Laisser un commentaire