La politique (de) demain

Le Politc’Show de Nicolas et Julien est une formidable marmite créative qui donnerait des ailes au dernier des pachydermes. Ces mecs me filent la chaire de poule tant leurs podcasts « collent » à mon idéal du journalisme et à mon envie de parfois secouer ces quelques prétentieux qui nous mal-gouvernent. Chapeau à vous deux et à tout ceux avec qui vous êtes en train de créer ce génial bidule. Respect.

Rejoindre la conversation

Aucun commentaire

  1. C’est intéressant…
    Cet engouement pour le « web participatif » est largement répandu.. C’est un « idéal », comme tu le dis, Damien.. mais je pense que c’est surtout une utopie. (attention, un mec critique.. modérez, modérez !!)
    Je pense qu’internet conforte plus les idées qu’il ne les change.

    A deux niveaux :
    – Au niveau du bloggueur : qui sont actuellement les blogueurs influents ? Evidemment, toi, Damien (tu es journaliste à Belga, tu squattes souvent les studios de la RTBF), citons notamment Fabrice Grosfilley (RTL-TVI), au niveau musical Jérôme Colin (ex RTBF,).. Bref, ce sont des personnes qui ont déjà une légitimité grâce à leur profession ou via le système médiatique traditionnel. Le blog n’est ici qu’un canal supplémentaire pour ceux qui ont déjà la parole ailleurs. (Les blogs confortent davantage des positions qu’ils n’en dérangent).
    En plus, il y a déjà une sélection darwinienne du bloggueur, qui n’est pas démocratique (tous les blogs ne peuvent pas etre lus). Si par ailleurs un bloggueur acquiert de la légitimité uniquement grâce à son blog, c’est qu’il dispose de beaucoup de temps et de moyens techniques.. Ce qui est plutôt rare et non représentatif de la population.

    – Au niveau du lecteur
    On a du mal à lire quelque chose auquel on n’adhère pas. Imaginons, un supporter de sarko. Va t il vraiment se rendre sur le site de Royal pour voir ce qu’elle propose et éventuellement changer d’avis ? NON : on ne supporte pas être contredit. On aime ce qui conforte nos opinions. On va vers elles. C’est comme ca que commencent les rumeurs : une petite info va dans le sens de nos pensées, on aimerait qu’elle soit vraie autant qu’on en oublie de la vérifier.
    Donc la sélection de l’information par le lecteur est aussi problématique, elle ne favorise pas le débat.

    Si on observe la blogosphère, cela va dans ce sens : il y a beaucoup de blogs idéologiquement très prononcés : on défend ses idées, c’est génial. Mais ces petites blogosphères sont relativement étanches entre elles. Il y a peu de relations et d’échanges d’idées constructifs entre les gens d’opinions différentes. Et au milieu, il y a ces journalistes professionnels qui observent et qui font autorité, car plus crédibles.
    Voilà pourquoi je ne crois pas vraiment en l’utopie participative du web. D’une façon ou d’une autre, il subsistera des leaders d’opinions, des points plus importants que d’autres dans ce nouveau réseau de l’information..
    Dans le milieu journalistique, si on prend position, cela peut poser problème (surtout si l’on travaille à France 2).
    Dans le milieu web participatif, un bloggeur très important et très influent pourrait répondre à un appel du pied d’un politicien.. sarkozy par exemple.. (non, je ne vise personne). Et là, attention, car l’argument de la rationalité et du débat d’idée perd tout son sens..
    Tout ca pour dire, l’idéal de participation citoyenne c’est bien, mais : de un, c’est relatif, de deux, ça peut vite partir en cacahuète..

    Merci de m’avoir lu.. (même si cela ne confortait pas vos idées 😉 )

  2. intéressantes réflexions Niko … t’as loin d’avoir tort en parlant du fait qu’on cherche à conforter nos points de vue en allant sur le web.. on cherche ses « mêmes », question de ne plus se sentir trop seul. Je pense que ce sont nos médias traditionnels qui, justement, nous ont isolés. t’es tout seul devant ta télé, devant ton canard, ta radio … tu ne peux pas réagir, interagir parce que l’outil n’est pas fait pour. Avec le web, les choses changent, le tube devient à double sens et le discours des « parvenus » (entendez, parvenus « en haut du perchoir médiatique ») peut être remis en cause. Par M. et Mme Tout le monde, en one shot ou en ouvrant un blog . Pour ce qui est des bloggeurs « influents » (encore faut-il pouvoir cenrner ce que terme représente .. influenceurs de quoi ? de qui ?) sache que perso, je ne me suis jamais présenté comme « journaliste Belga » sur le web. Jamais je n’ai usé de cet argument d’autorité sur mon blog pour cautionner ce que je racontais .. sur mon ancien blog, le mot Belga n’apparaît pas une seule fois. Je voulais justement pouvoir dire ce que je voulais et être « reconnu » uniquement par mon activité sur la toile (où j’allais d’ailleurs chercher 99,9 pc de mes sources). C’était le choix d’une certaine humilité face à un web que je découvrais et où je voulais que mes relations avec les autres bloggeurs soient sincères. J’aurais pu jouer cette carte « je suis de Belga » et, peut-être, gravir les échellons de la notoriété plus rapidemment…. je t’avoue que je préfère 100 fois la situation actuelle où, certes, je suis loin de gagner ma vie platureusement (j’ai quitté belga il y a 2 mois) mais où je dispose de fenêtres de tir en radio et en télé avec une liberté éditoriale la plus grande possible et une certaine crédibilité. Si j’avais voulu rouler en rolls et sniffer du caviar, j’aurais choisi un autre métier 😉 (maintenant, c’est clair aussi qu’il faut que je bouffe et paie les traites de ma baraque … on verra dans les mois qui viennent à quels types de compromissions je serai réduit pour survivre)

    Pour en revenir aux politiques,je crois franchement que le web peut apporter des voies dissonantes, même si comme tu le dis, on aura toujours tendance à chercher à conforter ses points de vue plutôt qu’à en explorer d’autres. Qui sait, il y aura peut-être un jour un candidat 100 pc natif du web ❓

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire