« Arrêt sur Images » sur le web

Dégommée de France Télévision, l’émission « Arrêt sur Images » de Daniel Schneidermann prendra bientôt un nouveau départ sur le web. Utile et souvent très bien documentée, l’émission ne faisait pas que des heureux mais avait aussi tendance sur la fin à se mordre la queue. Comme le dit Vinvin dans son billet intitulé « Pourquoi je ne filerai pas 3 euros par mois à « Arrêt sur Images » ! : »A force de regarder la paille dans l’oeil du voisin, on finit par se prendre une poutre dans le cul (proverbe charpentier)« 

ASI

Du coup, Daniel et son équipe ont décidé d’investir le web, fort du soutien appuyé par une floppée de pétionneurs, afin de conserver une indépendance et une liberté de ton que le service public ne semblait plus disposé à lui octroyer. Smart move s’il en est, cette migration n’est toutefois pas chose aisée, tant techniquement que financièrement. Créer du contenu en télé ou sur le web, ça reste du boulot et il faut bien bouffer et payer les factures.

L’option qui a été retenue est celle d’un financement mi-pub mi-abonnement (30 euros/an) pour avoir accès aux archives et à quelques bonus (je simplifie). Là aussi, c’est loin d’être con, 3.000 personnes auraient d’ailleurs déjà manifesté leur souhait de mettre la main au portefeuille afin de bénéficier d’un service premium. Mais moi qui n’ai jamais eu accès à Arrêt sur Images que sur le web, la nouvelle mouture ne changera donc pas grand chose à ma consommation. Si ce n’est que ce coup-ci, j’aurai un flux rss et la possibilité de commenter. De là à raquer 30 euros … à voir.

De plus, comme le dit à nouveau Vinvin (Master,videturi te salutant), Schneiderman n’est pas le seul à pratiquer la critique téléphagique sur le web.

(…)Néanmoins, j’irai voir. J’irai voir, et si c’est bien, si je suis addicted, si ça vaut le coup, alors là je paierai. Dans ce sens là, il me semble que cela a un sens. Parce que je ne file pas 30 euros par an à Daniel Schneiderman sur le web sur le seul argument de sa gloire passée à la télévision. Le web fournit chaque jour, à travers les blogs que je lis, des dizaines de regards critiques sur la télévision et la politique. Son émission, unique en son temps, est aujourd’hui éparpillée partout, chez chacun de nous. Les images sont accessibles en un clic. Les détournements repérés. Ce qui change, c’est le regard de chacun sur ces manipulations, et la façon de l’exprimer. Et là, désolé, mais le regard de Daniel, pour le moment et sans avoir vu quoi que ce soit, ne vaut pas 30 euros.(…)(…)

Un commentaire sur “« Arrêt sur Images » sur le web

  1. VIVE ASI

    [b]Mais est-ce bien, une si formidable idée ?[/b]

    Car tout le monde sur INTERNET, bloggeurs et autres …, vont surement regarder si les abonnements suivent, histoire de voir si le modèle économique est valable !!!
    Car, en croire ce qu’on peut lire à propos des bloggeurs et de leur recherche d’une rémunération à hauteur de leurs statistiques d' »influences », c’est tout à fait le TEST grandeur nature qu’ils attendaient.

    l’INTERNET version 3.0, ou vers la fin du paradigme de sa gratuité ?

    La boite de Pandore est ainsi ouverte, à en croire l’ensemble des réactions déjà importantes de cette ouverture à la souscription pour la lecture d’un blog.

    j’en ai profité pour écrire une petite note sur mon blog.

    bien cordialement
    nouchema

  2. Une vendetta était-elle nécessaire ? La présence de Drucker dans les têtes à couper ? Non, c’est épuisant de parisianisme. L’article du jour de Mme Lévy est écoeurant. Un bain d’acide. Gageons que l’on sifflera bientôt la fin de la récréation pour que la bande à Schneidermann se mette à écrire autre chose que le fiel et la rancoeur… L’émission que je regardais sur « La Cinquième » quand j’étais ado était autrement moins Paris-centrée.

Laisser un commentaire