Un pas en avant, trente-deux en arrière

https://i1.wp.com/webpri.wmaker.net/rewics/photo/552743-675021.jpg?w=1100

Alors que nous sommes en train de nous féliciter de la 1ère République des Blogs bruxelloise, l’un des pionniers de ce journalisme engagé sur la toile, Mehmet Koksal, nous annonce sa décision d’arrêter son blog. Mehmet évoque son ras-le-bol des pressions, parfois même physiques comme ce fut le cas lors des dernières manifs à Saint-Josse, auxquels il est soumis au quotidien dans la pratique de son métier pour expliquer son choix.


(…) De mon côté, la situation est devenue insupportable. Menaces et insultes, pression familiale et procès à charge dans les associations et cafés turcs, j’en ai marre de devoir expliquer des principes de base d’une société démocratique à des personnes qui refusent tout dialogue. (…)

(…) L’immobilisme politique, ou l’a-politisme, des dirigeants belges n’a effectivement que renforcé les discours autoritaires, les valeurs antidémocratiques et les propos négationnistes sur le terrain bruxellois. Un exemple : alors que la pénalisation des propos négationnistes a été bloquée au Sénat (par le PS et le CDH), sur le terrain bruxellois ce sont ceux qui reconnaissent le génocide arménien qui ont été punis manu militari.(…)

(…) Les dirigeants se rendent-ils compte des « modèles » politiques qu’ils sont en train de promouvoir pour de simples calculs électoralistes à court terme ? Par ailleurs, je ne suis toujours pas convaincu du gain électoral qui découlerait d’une campagne communautariste dans la niche ethnique et je suis prêt à faire le pur calcul électoraliste pour argumenter sur l’expérience contraire.(…)

(…)Bref, la classe politique et le système clanique empêchent donc l’émergence d’un journalisme d’investigation totalement indépendant des groupes de pression (…)

Je suis tout bonnement sidéré de le voir poser ce constat. Moi qui pensais qu’il y a avait de la place sur internet justement pour ce type de journalisme bien plus proche de la réalité du terrain que celui engoncé dans les fauteuils des Press Room feutrées …

Merde ! Dans quel genre de pays vivons-nous pour que la liberté d’expression soit à ce point mise en danger ? Messieurs et Mesdames les RESPONSABLES politiques que faitez-vous de vos discours une fois qu’ils ont été prononcés ? Toutes vos envolées lyriques sur notre société de droit (ne parlons même pas du terme « démocratie » que vous vous offusquez de retrouver dans la bouche de Deubelyou mais que vous vous empressez d’utiliser à toutes les sauces) ne seraient-elles que des effets de manche ?

J’ai toujours énormément apprécié le franc-parlé et l’emballement de Mehmet pace que je sais que dans sa pratique, il a l’honnêté de se remettre en question et surtout, le courage d’offrir aux non-turcophones (et donc une grande partie de la population belge) une fenêtre de débats sur les agissements (ou les non agissements) de certains politiques. Et c’est cette fenêtre qui vient de se refermer, notamment à cause de vous et de votre inertie délibérée. La Justice lui donne raison face à Emir Kir ? Vous n’avez que faire ! Il révèle la présence d’un extrémiste de droite sur une liste électorale ? Rien n’a foutre, c’est lui qui s’en prend plein la tronche ! Pareil dans les affaires Top, Köse, Oztürk  …. personne ne bouge et lui, sur le terrain, déguste.

J’espère sincèrement que Mehmet trouvera d’autres terrains propices pour médiatiser le fruit de son travail, que des rédactions enfin auront les couilles de le soutenir et de lui offrir à lui et à ses proches, la sécurité matérielle et financière minimum pour qu’il continue à déranger et à gratter là où d’aucuns préfèrent remblayer. A moins que tout le monde, politiques et médias, ne se contentent plus à l’avenir que de communiqués d’ambassades et de traductions officielles pour éclairer la population ?  Et parce que je ne suis pas loin de m’imaginer que c’est effectivement le cas, la fin du blog de Mehmet me fout les boules grave !

Un commentaire sur “Un pas en avant, trente-deux en arrière

  1. Tu ne vas quand même pas me faire croire que depuis le temps que tu es censé bosser dans le monde des médias, tu crois encore à l’existence d’une véritable caste de « journalistes » dans ce pays (passablement) pourri ? Certes, il y a encore des exceptions mais tu ne me feras quand même pas croire que tu découvres seulement, aujourd’hui, que les plumes incisives et indépendantes sont peu appréciées.

    Si tel est bien le cas, je te conseille vivement de ne pas t’en prendre à la politique mais bien de te demander si ce qui se passe dans ce pays, n’est pas en partie la conséquence de ce que le 4e pouvoir n’exerce plus son rôle.

    Le hasard du moment fait que j’ai sous la main un article rédigé par un plumitif du Swouaire, à propos de l’avenir de Bruxelles. Heureusement que je sais qui était le (grand)père de la demoiselle parce que sinon, je me serais demandé comment elle est entrée à la rue Royale…

  2. Je ne parlerais pas de naïveté avec la découverte de ces procédés. Plutôt comme Promethee le fait remarquer, je ressens plutot une frustration de plus devant des médias qui ne jouent pas (plus ou vaguement de temps à autres) un rôle critique. Et devant le fait qu’un individu aussi courageux que Mehmet ne sache pas résister seul face aux machines que sont les partis politiques et des organisations extrémistes.

    C’est une évidence que de le dire … mais cela ne m’empêche pas moi aussi d’être amer devant autant de gabegies et de connerie humaine à l’exponentielle infinie.

    Sinon à part devenir cynique et générer sa part de chaos qu’est-ce que vous proposeriez?

  3. @Serge: L’âge de mes artères nourrit sans doute un brin de naïveté que le tien t’a peut-être hélas déjà enlevé, mais ne me prend quand même pas pour né de la dernière drache. Je ne me fais en tout cas plus d’illusions grand angle depuis un bout de temps.

    @Prom’: grâce au web, je n’aurai peut-être pas à physiquement déménager mes meubles pour m’alimenter, mais ça m’emmerderait de ne plus pouvoir parler de ce qui me touche moi et mon boulanger. Et je persiste à croire que ce 4ème pouvoir à encore la possibilité de jouer son rôle, mieux, différemment et surtout, que ceux qui le financent ont tout intérêt à oser changer leur fusil d’épaule !

    @François: cynisme, c’est le mot. Et tu peux aussi rajouter nausée et plein le cul, mais c’est moins chatoyant

  4. je ne regarde plus le JT depuis des années, Je lis de moins en moins la presse (sauf Metro que j’attrape pour passer le temps), je tend à peine l’oreille quand c’est l’actualité à la radio… Et j’ai finalement l’impression d’en être mieux informé qu’avant et de me poser vachement plus de questions que mon voisin de pallié.

    Et après y’a des guignols qui viennent nous dire qu’un blog, c’est pas du journalisme…

  5. @damien: idée…A toi de voir si ça vaut la peine d’être creusé. Pourquoi ne pas faire le tour des rédactions de la DH et la Libre avec Mateusz, du Soir, podcaster le tout, et leur demander clairement en face: A quoi jouez vous, vous les médias historiques? De quoi avez vous peur?

    non? Je suis plus jeune que toi, donc sans doute encore plus naif. Mais pourquoi ne pas remuer tout ça?

    Pourquoi, dans le cadre de vos podcast sur les politiques qui bloguent, ne pas poser la question qui fâche également? Pourquoi ne pas les mettre face à leur responsabilité?

  6. @Sam : Les médias historiques disent qu’ils ont pas le temps, pas la place, pas l’argent ou que t’es un emmerdeur… et que de toute façon, il faut pas aller sur les plattes-bandes des tes collègues plus âgés 🙁

  7. « Et je persiste à croire que ce 4ème pouvoir à encore la possibilité de jouer son rôle, mieux, différemment et surtout, que ceux qui le financent ont tout intérêt à oser changer leur fusil d’épaule ! »

    Et qui crois-tu qui finance le JT de la RTBF chaque soir ? Je doute que les contribuables qui payent le salaire de certains plumitifs, soient toujours contents de la manière dont l’actualité politique est couverte. Le principe de neutralité s’entendant.

    Alors c’est bien d’applaudir comme des « zivereres » le podcast de De Gerlache et la production de Valérie Druitte mais qui sont les encartés ? Qui a bénéficié du régime des mandats à la RTBF, savamment négocié entre les partis ? Qui entretient toujours des contacts actifs avec les cabinets ?

    Pour paraphraser Coosemans, « no mo’ jokes, lad! »

    La révolution des blogs ? L’actualité citoyenne ? C’est de la bonne couille dont on parle depuis des années et pour laquelle on a toujours rien vu. Le seul actif était Mehmet Koksal, le reste, c’est du pipeau, de la brosse à reluire et de la confrérie des visus IRC avec 10 ans de retard…

  8. @Damien, pourquoi plus coton pour les rédactions?
    @Mateusz: pas le temps, foutaise, c’est pas eux qui bossent, c’est le journaliste; pas la place, mensonge aussi; emmerdeur peut-être mais encore une fois c’est pas eux qu’on emmerde mais ceux à qui on pose les questions dérangeantes (in fine le politique); et si vraiment on empiète sur les plates bandes de quelqu’un, alors il faut se tourner vers ce même quelqu’un et lui dire: êtes-vous tombé si bas?
    Je ne suis pas d’accord. Si on part comme ça, c’est niveler par le bas. Ce débat mérite mieux que ça…

  9. @Damien :

    3 choses

    1. Je rejoins tout à fait le dernier commentaire de Prométhée et quand je parle de naïveté à ton égard, je pense plus à ton regard sur le net, les blogs et leur soi-disant pouvoir qu’à tes positions (variables selon ton implication perso, hé oui…) par rapport aux médias traditionnels.

    2. Mehmet Koksal est peut-être très bon dans son domaine, ça n’en demeure pas moins un drôle de pistolet, assez fantasque sur les bords. Bref, avant d’en faire le premier martyr de la blogosphère genre deux secondes après l’annonce de la fin de son blog, vaut peut-être mieux attendre quelques jours et voir ce qui va bondir ou rebondir de la boîboîte. Avis perso, basé sur rien de concret sinon une vague intuition digne d’une ziverderae de comptoir.

    3. Alors que toi et tes potes avez beau déblatérer à longueurs de posts sur les limites des médias en Belgique francophone, je trouve ça à la fois très paradoxal mais aussi très éclairant de lire cash que ni toi, ti Matteuz n’êtes prêts à aller exiger des explications podcastées à ceux que vous suspectez ou jugez coupables de cette médiocrité de fait. Voilà ce qui serait pourtant la définition même du journalisme citoyen et autrement plus costaud et noble que toutes vos couillonnades avec ou sans politicien en short dedans.

    Si tu me réponds, « on ne peut pas parce que ça serait se mettre professionnellement en danger et on a des gosses à nourrir », tu gagnes ton chicon d’or et ta carte de presse à vie. Tu rejoins alors également les 80 à 90% de journaleux dont c’est la principale et inamovible excuse pour produire de la merde le doigt sur le pli du froc.

  10. @Serge: chaque chose vient à point à qui sait attendre. Je n’ai effectivement aucune envie d’y aller en frontal .. qu’aurais-je à y gagner ? Une bravarde et puis ? Oui, je suis convaincu que nos medias ont un fonctionnement obsolète, oui je suis convaincu qu’il y a moyen de faire évoluer le schmilblick en proposant de nouvelles pistes, de nouvelles méthodes, mais que je ne peux le faire qu’en étant un minimum de l’intérieur. Le facteur tutune joue en effet son rôle. Tu le sais mieux que moi, un blog ne paie pas les factures, donc je vais chercher le pognon là où il est (où il est censé être) et essayant d’apporter la preuve de l’utilité de certaines démarches. Ca fait 2 ans que je blogue, j’ai écrit 1.500 billets pour que dalle, pareil pour 80 vidéos et presque autant de podcats audio. Il est temps maintenant de passer à la mise en pratique. Cela suppose que je vais plus que probablement me planter à certains moments. Tant pis, au moins je continuerai à apprendre. Pour le reste, attends peut-être de voir ce qui peut ressortir de ce genre d’initiative avant de la condamner (comment faire pour changer les choses si on ne tente jamais rien ?), participes y à ta manière (même si ce n’est que pour me mettre mon nez dans mon caca, c’est déjà ça de gagné) et agis à ton tour. Je n’ai pas la prétention de connaître LA bonne manière de procéder. J’expérimente et apprends tous les jours un peu plus comment j’ai envie de pratiquer mon métier, et ça ça me plaît. So …

  11. @Sam Piroton: j’ai pas dit que c’étaient mes réponses, mais celles qui viennent des rédactions. C’est la réalité au quotidien.

    J’ai déjà eu des discussions avec un supérieur, lui demandant d »Ã©crire moins, pour approfondir des sujets : il m’a répondu que c’est pas ce qu’on me demandait et qu’il fallait que je propose beaucoup de sujets. Quitte à ce qu’il y en ait des plus faibles, il voulait avoir du choix…

    Maintenant avec mon blog, je fais un peu plus ce que je veux… mais je perds mon temps à d’autres choses, malheureusement.

  12. @Serge: regarde ce qui se passe dans les medias américains et aussi un peu en France. Le métier change. « c’est la lutte finale à dos d’escargots », comme tu le dis mais c’est la lutte quand même. Et si tout ce que je fais ne devait servir qu’à prouver, in fine, que blogger, podcaster, faire des photos, des vidéos et écrire des articles de qualité en même temps est strictement impossible à faire faire à seul gus envoyé en reportage, tant mieux ! La prochaine fois, ils seront deux.

  13. La DH a des défauts, je n’en disconviens pas du tout. Nous n’avons jamais eu la prétention de faire le meilleur journal du monde. Mais j’estime qu’il a des gens qui font du bon boulot. Avec peu de moyen malheureusement.

    Certainement, il y aurait moyen de faire mieux. Nous sommes tout à fait d’accord. On essaie de changer les choses en interne. Cela donne parfois des discussions houleuses. Il y en aura d’autres.

    Un avantage de la présence de la DH dans la sphère médiatique : cela permet à un paquet de gens qui en ont de besoin de cracher dessus 😉

  14. @Damien :
    1. Je te pose officiellement la question, vu que je prépare un truc à ce sujet sur mon blog. C’est quoi ton but ? C’est quoi ton grand plan ? Comment concilier tes grands rêves révolutionnaires avec ta réalité pro la plus visible, à savoir chroniqueur télé geek avec moins de liberté de ton que les chroniqueurs du Canal+ de 1990 et éditorialiste dans un supplément de journal qui aurait laissé la plume à un guignol snul-rock de mon style il y a 5 ans et la donnera à un Kid Paddle dès la prochaine mode média ?

    2. Permets-moi de douter que « la prochaine fois, ils seront deux ». L’expérience montre plutôt que la prochaine fois, ils te demanderont en plus la confection des sandwichs et du kawa pour le tiers de ce que tu es actuellement payé (en retard).

  15. @Matteuz :
    Toi ket, le jour où tu oublieras tes réponses de Normand, ta putain de langue de bois et que tu te mouilleras un peu à titre personnel dans un débat, fais-moi donc signe, j’irai photographier les dents des poules pour la une de ton torchon d’employeur.

  16. é bé…tout ça prouve une chose: débat il y a, mais tant que l’on sera tenu par la bourse, creusé il ne sera pas… Mais il ya au moins la passion au bout du clavier, d’un côté comme de l’autre. Je suis trop honnête, ça doit être ça, accompagné d’un brin d’idéalisme. Poser des questions empoisonnées à un employeur potentiel, pour autant que celui-ci soit intelligent, ne devrait pas empêcher collaboration ultérieure… Dommage, vraiment…

    @mateusz: j’ai lu sur le politiqueshow les 2 billets, me semble que ça constitue une bonne base d’approfondissement…

  17. « Poser des questions empoisonnées à un employeur potentiel, pour autant que celui-ci soit intelligent, ne devrait pas empêcher collaboration ultérieure… »

    Sam, Sam, Sam… Tu aimes vendre des mocassins?

Laisser un commentaire