Retour sur le plancher des BHV

Complètement gejetlargeerd mais en un seul morceau. Accueilli par la flotte, comme de juste, et deux petites filles convaincues que je reviens du Carnaval (sic). Escale interminable hier à JFK et la furieuse impression d’être pris pour Hannibal Lechter quand j’ai demandé où se trouvait la smoking room (qui n’existe par ailleurs pas).

Une avarie et un aller retour taxiway-gate35 plus tard, nous avons fini par rattrapper le soleil (enfin, tant que nous restions au-dessus des 7.000 pieds, parce qu’en-dessous c’était du made in Belgium pur jus). Vivement que je sois au peu plus riche, question de pouvoir acheter  les 45 cm d’espace vital nécessaire pour caser mes guiboles.

Bref, j’ai donc eu 7 bonnes heures pour terminer de convertir le restant de mes vidéos et faire le point sur la manière dont laquelle j’ai « travaillé » les 5 derniers jours.

– Tweeter en live via gsm est franchement jouable, à condition que votre gsm tienne le coup. (Le mien me demande compulsivement d’insérer ma carte sim depuis mercredi soir. J’ai bien peur qu’elle soit HS.) En 5 jours, j’aurais pu en envoyer une bonne vingtaine si j’avais voulu être suivi à la trace (à 0,65 cent/tweet, le coût n’est pas exhorbitant comparé à leur valeur ajoutée)

– Tout filmer est impossible, cela demande des réflexes que je n’ai pas et surtout cela empêche de prendre des notes. Une bonne farde de presse peut compenser mais cela multplie les tâches et le temps de travail par autant. Dérusher, convertir, monter et publier n’est possible que sur des petites séquences (cfr. celle de l’Insi), un compte sur Seesmic me serait donc de la plus grande utilité … (oui, c’est un footcall en bonne et due forme). Pour les séquences plus longues, je suis obligé de les mettre au frigo et de laisser passer l’orage… tout dépend en fait si le programme est chargé ou non, et de mon endurance. J’ai dormi 6 heures/nuit et n’ai pas fait le tiers de ce que j’avais prévu. Mon laptop ne s’est décroché de mon dos que l’espace d’une soirée, vendredi (et un concert de folie de Sttellla … plaisir de chanter Torremolinos au milieu d’une bande de student en vadrouille, à 1m50 d’un Jean-Luc déchaîné).

– J’ai claqué en tout 270 euros de taxi. C’était le prix à payer pour enchaîner les rdv et perdre le moins de temps possible entre eux. Ca m’a permis aussi de sortir du programme établi, et de le réintégrer à ma convenance. Mais du coup, le bilan financier de ce trip overthere est largement dans le rouge.

Et je n’ai pas l’impression que je pourrai vendre que ce soit comme production après coup. Gros flop à ce niveau-là donc (sans compter que ça fait 5 jours pendant lesquels je n’ai pas gagné un balle avec une autre activité). A refaire, j’aurais dû essayer de « prévendre » ma couverture, ou en tout cas un ou deux billets, question de rentrer au moins dans mes frais. J’aurais pu aussi essayer de vendre un truc à Belga avec la remise de la croix de Léopold à un universitaire belge jeudi soir … j’étais trop occupé à networker pour m’en rendre compte. Et puis je ne suis pas certain que mon ancienne boîte aurait vu d’un bon oeil un come-back en one-shot, faut que je leur pose la question pour l’avenir (faut voir aussi ce qui serait le plus rentable comparé à un article en exclu pour un media dédié … je ne connais pas les tarifs en vigueur). J’ai aussi envoyé à la RTBF l’interview que j’ai réalisée avec la ministre des Relations Internationales. La qualité du fichier était plus qu’honnête, quant au contenu, …. will see ce qu’ils en feront, ou pas, et quel prix ils pourraient m’en donner (mais je ne me fais pas d’illusion)

– Au final, j’ai de la matière pour tenir un siège mais aller au-delà du billet d’humeur dans une couverture live est quasi impossible. Une piste à explorer serait d’avoir « un homme au pays » à qui envoyer la production brute et qui se chargerait de la publication. Les commentaires, eux, jouent à plein pot leur rôle. Se sentir soutenu est un vrai plus, qui booste le moral et donne envie de continuer à produire plus et mieux … c’était mon cordon ombilical.

– L’expérience était intéressante à plus d’un point. Humainement: avec les membres de la délégation et tout les gens rencontrés sur place. Techniquement: avec la gestion de la publication des texte/vidéos/photos, maîtriser sa chaine de production de A à Z procure un sentiment d’indépendance grisant mais aussi frustrant car le temps manque bigremment pour tout faire. Journalistiquement: avec la compréhension des réalités là-bas et leurs mises contexte. J’ai appris une foule de choses sur les rouages de la coopération instutionnelle dont je pourrai me reservir à l’avenir et mon carnet d’adresses s’est enrichi d’une bonne trentaine d’entrées, dont certaines pour le moins « valuable ».

– Au rayon « peut mieux faire ». Ce voyage, tout « offert » qu’il m’a été, m’aura finalement coûté un petit paquet de fric. Entre les bouffes hors protocole, les coups de fils, les taxi, les chopes au bar et le wi-fi payant à l’hôtel …. J’ai dépensé environ 500 euros. Dont 5X15 euros d’abonnement pour un wi-fi famélique à l’hôtel parce que la carte 3G de Proximus pour mon laptop n’a jamais fonctionné (j’y reviendrai parce que en dehors de ça, quand je suis en Belgique, ce service est vraiment nickel chrome et pile poil dans mes besoins pour un prix qui se défend). Heureusement, j’ai pu à plusieurs reprises me connecter sur des hotspots gratuits, à condition de s’enregistrer (sur le même principe que Wallfi), ou tout simplement non-protégés.

Il faut donc absolument que je réussisse dans ces cas-là à prévendre quelque chose soit en tranche, soit, à l’idéal, dans un package all-inclusive. (A un/des médias ? A vous, ô fidèles abonnés de mon blog ? … un mix des deux ? …) avant de partir pour que le déplacement se justifie économiquement. Je n’ai pas du tout su tirer parti financièrement du fait d’avoir été le seul journaliste du voyage … par contre, humainement et culturellement, il est évident que je suis bien plus riche qu’en partant mardi dernier. J’espère que vous de votre coté vous avez pris plaisir à suivre mes pérégrinations overthere.

Pour retrouver tout ce que j’ai produit jusqu’ici, suivez le tag. (ou ce flux RSS)

A venir:

– L’inteview audio de la ministre des Relations Internationales Monique Gagnon-Tremblay

The image “https://i0.wp.com/www.assnat.qc.ca/FRA/Membres/img/g-i/gagm1.jpg?w=1100” cannot be displayed, because it contains errors.

– Le podcast vidéo avec la directrice du Bureau International de la Jeunesse qui fait le bilan de l’année écoulée et des perspectives pour celle à venir dans le cadre de l’office Québec Wallonie Bruxelles.
– Le podcast vidéo avec Philippe Schnobb, de Radio-Canada, qui m’a montré comment il arrivait à faire grimper du contenu web à l’antenne.
– Un petit podcast « medley » avec de chouettes moments saisis à la volée.
– Une bordée de liens à propos de toutes les activités organisées autour du 400ème anniversaire de Québec l’an prochain, question de vous donner envie de tirer une pointe jusque là, et quelques autres en rapport avec les différentes organisations de jeunesse dont j’ai pu rencontrer les responsables.

J’espère que j’aurai le temps de mettre tout cela en ligne avant mercredi, date à laquelle je serai au salon ACF au Heysel, jusqu’au samedi 17, pour produire et réaliser des interviews netcastées pour le compte de la RTBF (plus d’infos bientôt). J’ai en effet pris pas mal de retard avec mes chroniques pour Victoire et pour celles de Matin Première et d’Au Quotidien …

Pour l’heure, je lâche l’engin et prend la soirée pour retrouver les miens.

Un commentaire sur “Retour sur le plancher des BHV

  1. Donc en bref le contribuable a payé un voyage à un journaliste peu rompus aux réalités du terrain et qui avoue ne rien connaître du pays de destination…

    On ne doit donc pas s’étonner qu’en guise de résultat, les généreux bailleurs de fonds doivent se contenter d’un décompte Visa douloureux, d’un article pour Test-Achat sur le WiFi à Montréal et une capsule sur Tweeter dans le mailing de fin d’année pour les clients Proximus…

    Mehmet, reviens!

  2. Bonsoir Duchmol. J’accepte la critique (pour aussi bête et méchante qu’elle soit) mais ait au moins le courage de signer ta généreuse contribution. La prochaine fois, je ne publie pas ton commentaire.

  3. Vas y doucement en reprenant contact avec l’actualité politique belge… Essaie de gérer au mieux cet espèce d’enthousiasme, de « you can do it » qu’ils ont de leur côté de l’Atlantique…

  4. J’ai suivi le fil tout au long du voyage et on en a même beaucoup parlé avec le chef de la délégation, Hughes Bayet (dir cab adjoint du ministre Tarabella et ex attaché de Van Cau … inutile de te dire que ce fut instructif). N’empêche, quand tu vois ça de là-bas, on vit vraiment dans un pays de cinglés qui se bagarrent pour des cacahuètes.
    Mais oui, je suis enthousiaste, plus que jamais d’ailleurs. Quand je vois ce que Philippe Schnobb est capable de faire, je me dis que le champ des possibles n’est pas si inaccessible que cela. Surtout si on s’y met à plusieurs 🙂

  5. Tu as offert des tournées aux filles de la rue Bleury pour découper une aussi grosse tranche de lard dans les budgets ? Au Château Frontenac, le wifi est gratuit mais j’imagine que depuis le départ de Van Cauwenberghe, on ne s’offre plus les mêmes douceurs de vivre qu’au temps jadis…

    A propos du Canada, je ne vois vraiment pas quelle leçon de fédéralisme et de tensions communautaires nous pourrions recevoir. La seule référence à un référendum donne déjà la diarhée à 4 millions de pauvres Wallons apeurés..

  6. Même si financièrement, ça fait mal, je suis sûr que c’est plutôt à considérer comme un invest sur ton avenir. Sans l’avoir fait, tu n’en aurais jamais tiré les bonnes conclusions; sans compter tout ce que tu as appris sur place. Au final, 500 sur la semaine, peut encore aller je trouve.

  7. @Prom’:Si tu fais le compte du billet d’avion et de l’hôtel, le contribuable wallon a dépensé pour moi environ 900 euros, soit à peu de chose près le montant d’une bourse octroyée dans le cadre des échanges de jeunes Wallonie-Québec. Disons que j’ai court-circuité le processus de sélection des projets … mais je pense que cela en valait la peine, comme le souligne Sam. (on m’a d’ailleurs fait la remarque de savoir pourquoi je ne cherchais pas à me faire aider pour réaliser mes expériences journalistico-bloguesques)

    @Sam: Je ne regrette rien du tout, que du contraire. Ce que j’ai pu apprendre là-bas valait bien 500 bouliches. Je m’en veux juste de ne pas avoir réussi à vendre ma production … mais ça vienra 🙂

  8. @Prom’:Si tu fais le compte du billet d’avion et de l’hôtel, le contribuable wallon a dépensé pour moi environ 900 euros, soit à peu de chose près le montant d’une bourse octroyée dans le cadre des échanges de jeunes Wallonie-Québec. Disons que j’ai court-circuité le processus de sélection des projets … mais je pense que cela en valait la peine, comme le souligne Sam. (on m’a d’ailleurs fait la remarque de savoir pourquoi je ne cherchais pas à me faire aider pour réaliser mes expériences journalistico-bloguesques)

    @Sam: Je ne regrette rien du tout, que du contraire. Ce que j’ai pu apprendre là-bas valait bien 500 bouliches. Je m’en veux juste de ne pas avoir réussi à vendre ma production … mais ça viendra 🙂

  9. Ce fut un plaisir de te recevoir Damien. Et je suis heureuse de lire tes bons mots à l’égard de la Délégation Wallonie-Bruxelles au Québec. Et je suis toute flattée de lire le petit mot à l’attention de mes valeureux efforts pour t’obtenir l’entrevue avec la Ministre Gagnon-Tremblay. En la réécoutant, je te le concède: la qualité sonore est plus qu’acceptable. Je te souhaite de la vendre à une station de radio le plus rapidement possible!

    Et entre-temps, si tu as besoin de quoi que ce soit (documents « officiels » parlant du 25ème anniversaire, etc.), tu sais où me trouver 😉

    Bon retour chez toi et avec ta famille! 🙂

  10. Ne te justifie donc pas sur la bonne gestion des deniers publics par les élus wallons, je dois concéder que les voies du progrès social me seront toujours inintelligibles.

    Pour revenir sur le fond, ma question est assez simple: quelle est l’information que tu souhaites vendre à des opérateurs médiatiques ?

  11. #Véronique: je me doutais que tu allais passer par ici 🙂 Merci à toi et aux membres de la délégation de m’avoir si gentillement accueilli. Désolé pour la partie du programme concocté par Cassandra que j’ai skippée mais, tu l’auras compris, j’étais déjà limite burned (oups, désolé .. j’étais déjà « cuit », c’est mieux, hein 🙂

    Je suis en train de monter les autres vidéos, elles arrivent. Je te fais signe si j’ai besoin d’aide 🙂

    @Prom’: « quelle est l’information que tu souhaites vendre à des opérateurs médiatiques ? » Il ne s’agit pas tant « d’une info » que d’un ensemble d’infos traitées d’une autre manière. Si tu prends l’ensemble de ce que j’ai produit ces 5 jours (la suite arrive), tu as, je pense, un « dossier » qui n’est pas inintéressant pour un media. Traditionnel ou non.

  12. parlons plutôt de « package ». Un ensemble de produits texte/photos/audio/vidéo à publier sur le web ET a faire remonter sur un support traditionnel. Ca te semble invendable ?

  13. @Damien : qu’est-ce qui distinguerait ton offre à un éditeur d’un rapport de stage amélioré, d’un retour à d’ascenseur à QBC et d’une tentative de récupérer ta mise à contrecoup?

    C’est à ça qu’il faut penser.

    Plutôt que d’interviewer ce ministre dont personne n’a ici à raison rien à foutre, tu aurais eu tout à gagner de prendre quelques heures pour pondre ne fut-ce qu’un article shopping/vacances sur Montréal ou Québec City. Tu piges chez Victoire, en plus…

  14. Vous voulez dire qu’au lieu de chercher des sujets un peu cérébraux il aurait du produire une bouse consensuelle du genre « top 5 places to be in Quebec » et la vendre à Cosmo ou à FHM ?

  15. @Serge: effectivement, j’aurais pu (dû) sortir encore un peu plus des sentiers battus et aller à la découverte d’autre chose question pour pondre de sexy papiers d’angle (notamment pour Victoire, c’eut été effectivement vendable). Il se fait que ce qui m’intéressait le plus se situait dans la rédac de Radio-Canada et moins dans l’expo Québec 3D/la hutte au caribous tenue par Ginette, immigrée belge de 3ème génération convertie au hockey sur glace et au sirop d’érable…. Je ne dois m’en prendre qu’à moi-même (quoique, ce que j’ai appris en discutant avec Philippe Schnobb risque de rapporter plus de pognon à l’avenir qu’une pige en one shot chez Victoire …)

    Qualifie ce que j’ai fais là-bas de ce que tu veux, je n’ai moi-même pas réussi à trouver d’étiquette adéquate (et tant mieux, ça veut dire que « Ã§a » n’existe pas encore). Pour l’accusation de récup et de renvoi d’ascenseur, je n’en n’attendais pas moins de ta part.

    @Prom: « d’un contenu que j’ignore jusqu’à présent… » ben, tant pis. Il n’y a pas pire chercheur que celui qui ne veut pas trouver.

  16. Je n’ai pas de qualificatif pour ton voyage, ni méprisant, ni admiratif : il m’est indifférent, de même que son mode de financement (je ne suis pas le troll libéral du début du fil, en d’autres termes).

    Je me suis simplement contenté de réagir à ton couplet sur la vente possible de quelques reportages en te faisant part de mon expérience personnelle : c’est trop spécialisé, ça ressemble à un retour d’ascenseur, certaines infos n’en sont pas et tu aurais eu tout à gagner à bichonner un machin passe-partout grand-public non-geek pour te financer les dépenses perso.

    Libre à toi d’interpréter cela comme une moquerie perso mais au bout du compte, c’est ce qu’on te dira probablement dans les rédactions démarchées et c’est cela que je voulais principalement partager, au-delà de tout jugement.

  17. @Serge: j’en suis conscient, comme je l’écris en début de ma dernière réponse: j’aurai dû produire autre chose si j’avais voulu vendre. Je ne l’ai pas fais, entrainé et emballé par d’autres découvertes. Dans la même situation, à l’avenir, je m’y prendrai autrement et assuerai au moins une pige, question de payer le taxar et la chope du soir.
    @prom’: je relis, je relis, et ne sers pas les poings 🙂 (au contraire de mon noeud de cravate qui lui en a bien besoin)

Laisser un commentaire