Belgique: « T’en veuuuuux ? » (ou pas ?)

Je n’ai pas assisté à la marche de ce dimanche. Je fêtais les 86 ans de ma Grand-Belle-Mère. Entre l’entrée et le plat principal (2h, environ, sans rire), j’ai eu droit à l’un de ses couplets favoris (elle en a plusieurs, ça fait dix ans que je la connais et je peux vous dire que leur nombre est particulièrement impressionnant). Ce dimanche, c’était celui « les SS qui gardaient le Broeck avec des barbelés en 40 ». (le « Broeck » étant l’espace qui englobe l’école, la maison communale et le centre sportif, à Hélécine)

Et puis ce soir, je reçois un twit de Kooolman vers cette vidéo de Thierry Van Cauberg (alias François Pirette), réalisée en 2005. On n’aime ou pas le bonhomme, mais là, je dois reconnaître que ce sqwetch reflète pile-poil mon interrogation post-électorale initiale. Laquelle demeure toujours à l’heure actuelle.

C’est-à-dire: « Comment imaginer former un gouvernement fédéral avec un parti dont le programme-même est de tout faire pour empêcher qu’il s’en forme encore un ?

On nous annonce aux JT « des ouvertures » et des « signes de bonne volonté ». Cool. Vous, quelles « ouvertures » ou « quels signes de bonne volonté » voyez-vous qui de chaque côté de la frontière linguistique vous sembleraient suffisament forts ?

Perso, je pense que si l’on commençait par obliger la NV-A et le FDF à faire « un pas de côté » en acceptant, par exemple, de ne pas avoir de ministre dans le futur gouvernement, cela calmerait un peu les discours haineux. Ils pourraient avoir des ministres dès lors que, comme tous les partis du futur gouvernement, ils auront signé La Charte d’Union, qui stipule comme chacun sait que :

1) « Ne pourra former de gouvernement à l’échellon fédéral qu’un parti ayant inclus dans son programme l’unicité du territoire de la Belgique tel que en l’état à la date du 19 novembre 2007.

et

2) « Tout qui portera atteinte à la liberté des individus de s’exprimer librement dans une des quatre langues officielles du pays (le Français, le Néerlandais, l’Allemand ET aussi désormais l’Anglais) se verra déchu de sa nationalité belge. Par ailleurs, toutes les administrations fédérales ET locales produiront désormais tous leurs documents dans les 4 langues. »

On passerait même à 150 que ça ne changerait rien. On s’en fout, tout sera sur le web ! Avec de bons serveurs, de bons softs de traduction et un système d’authentification fiable, on n’enverra même plus ces satanées « convocations » pour aller voter. Les citoyens viendront les chercher eux-mêmes, dans la langue de leur choix. Toutes les administrations belges auront désormais l’obligation de répondre dans la langue choisie par eux parmi les 4 langues officielles.

Et le jour où plus aucun parti n’acceptera de signer cette charte (or whatever the name), là, on pourra dire que la Belgique est vraiment morte. Pas avant. Et rien n’empêchera un parti de ne pas la signer et de gouverner à l’échellon régional s’il le souhaite. Mais pour accéder au Fédéral, il faudra aimer ce pays en entier et pas juste une part de sa population.

Si vous avez d’autres idées, ne vous privez pas, y’a pas de raison qu’on se gêne d’y aller d’un petit brainstorming de démocratie ludique sur le minimum minimurum que doit à l’avenir représenter l’Etat Belge … si on en veut encore.

Un commentaire sur “Belgique: « T’en veuuuuux ? » (ou pas ?)

  1. Y’a aussi la circonscription électorale unique qui me semble une excellente idée. C’est très logique d’un point de vue démocratique (tout le monde n’est pas 100% wallon ou flamand, pourquoi devoir choisir ?) et en plus, cela obligerait les « faiseurs de voix » à adoucir leurs discours pour les deux côtés !

  2. €Ploum : J’approuve ! D’autant qu’on choisit rarement…

    Moi, par exemple, je n’ai jamais décidé d’être 100% Wallon, mais je peux difficelemnt imaginer de changer pour devenir 100% Flamand (déjà que je ne parle pas néerlandais). J’aurai tant voulu être 100% pur belge, mais est-ce que ce label existe encore ?

  3. Je crains que les Flamands poursuivent inlassablement un but que, reflexion faite, je trouve légitime: l’indépendance.
    Je pense que les francophones ont plus intérêt à dire aujourd’hui ok, comment on partage? Parce que à l’heure actuelle, Bruxelles ne peut pas échapper aux francophones.

    La récupération de Bruxelles a commencé en 1961 quand les Flamands ont refusé de faire un recensement pour savoir quelle commune serait attribuée à quelle région. Si on avait fait cela à l’époque, les communes à facilités seraient aujourd’hui Bruxelloises ou Wallones.
    Or les francophones (déjà minoritaires à l’époque ont accepté la répartition actuelles… avec des garanties pour les soi-disant « minorités » (plus de 80% de francophnes dans plusieurs communes à facilités) garanties qui aujourd’hui sont jetées de force à la poubelle par les Flamands.

    Soit la Flandres continue pas à pas de détricoter la Belgique tout à son avantage puisqu’ils sont majoritaires (ça fait 37 ans qu’ils ont commencé le travail)
    Soit on ouvre les yeux et on dit ok, on split mais on négocie ferme. La flandre prone le droit du sol. Les francophones le droit de la population.
    Notre chance c’est que l’Europe prone aussi le droit de la population.
    Si Bruxelles et la Wallonie disent: La flandre veut son indépendance? Ok Elle l’a prend. Bruxelles et la Wallonie reste la Belgique (finalement c’est toujours la plus grande partie du territoire Belge) Dans ce contexte de profond changement, chaque commune aura la légitimité de demander son rattachement à la Belgique. Et dans les communes à facilités, le choix sera vite fait.
    Les chômeurs wallons trouveront peu à peu du boulot à Bruxelles aux emplois désertés par les flamands.
    Ca coûtera cher mais un divorce coûte toujours cher.

    Mieux vaut être fauchés mais dans une bonne dynamique pour construire qu’à la guise d’un peuple (qui ne veut plus de ce qu’il estime être son boulet) mais sous baxter financier.

    Et si on a besoin d’argent pour investir, l’Europe fermera-t-elle ses vannes financières à un pays emputé contre son gré, pays qui héberge sa capitale?

  4. C’est pas si troll que ça, Damien.

    Te rends-tu compte que malgré ta revendication d’un certain bon sens, tes propositions faussement décontractées et ludiques lorgnent en fait ni plus ni moins vers l’appel à des solutions dictatoriales, comme de refuser ou conditionner l’entrée au gouvernement de partis pourtant élus par un pourcentage significatif de la population ?

  5. 1°
    Il faudrait quand même que l’on m’explique de manière rationnelle comment on peut demander à des élus de cartels victorieux des élections de se retirer, alors que leurs partis ont occupé ou occupent toujours des sièges au niveau régional, communal et provincial. Cela n’a absolument guère de sens. Il faudrait peut-être cesser de vouloir appliquer des mini « cordons sanitaires » pour un oui ou pour non, en tentant de faire oublier qu’il y a des milliers d’électeurs qui n’ont pas voté comme des ânes mais de manière pleine et assumée.

    Quant à la question des discours « haineux », c’est mal connaître son pays pour croire qu’ils s’évanouiraient sans ministres de la NVA et du FDF. Les Flamingants se moquent bien de ce genre de détails lorsque claironnent les trompettes des morts à Dixmude, depuis des décennies…

    2°
    A propos de la déchéance de la nationalité au motif de la langue, pourquoi ne pas demander le rétablissement de la peine de mort tant qu’on y est ? Je ne sais pas si vous l’avez réalisé mais vous vivez dans un Etat fédéral. Bonjour les condamnations et les astreintes à la cour de Strasbourg, zeg !

    3°
    « Ne pourra former de gouvernement à l’échellon fédéral qu’un parti ayant inclus dans son programme l’unicité du territoire de la Belgique tel que en l’état à la date du 19 novembre 2007 »

    C’est avec ce genre de conservatisme que la Belgique ne vivra pas une année de plus, à force de ne pas comprendre que le système survit parce qu’il évolue dans le temps depuis 1830.

    4°
    Le quadrilinguisme ? Avec des documents sur le web ? Quand 50% des Wallons n’ont même pas une connexion Internet à domicile et quand l’Arabe est plus parlé que la langue de Aunt Maggie ? Come on…

    Allez, vive Bruxelles indépendante, tant qu’on en est à rire grassement…

  6. >Allez, vive Bruxelles indépendante, tant qu’on en est à rire grassement…
    Mais quelle bonne idée, Bruxelles ville franche ! Et le retour de la Principauté de Liège !

  7. J’ai très envie que les jeunes parent d’une nouvelle-née aille la déclarer à la maison communale sous le prénom de « Belgique » (et que ce soit filmé, histoire de rire un coup).

  8. Plutôt que de parler de séparation, ne serait-il pas judicieux d’essayer de réfléchir à une solution fédérale qui convienne à tous? Certains (selon le modèle suisse) ont proposé de faire un état fédéral sur base des provinces et non plus des communautés linguistiques. Cela éviterait ces éternelles confrontations entre flamands et francophones. En fonction de spécifités locales, les provinces voisines se trouveraient des intérêts communs sur d’autres thèmes que l’aspect linguistique. Le pays aurait un statut multilingue (français, néerlandais, allemand voire anglais) où chacun pourrait s’exprimer dans la langue qui lui convient.
    Les réformes sont nécessaires, on voit bien que la situation actuelle n’est plus tenable. Il est temps que nos constitutionnalistes et autres spécialistes se mettent au travail pour nous trouver une réforme de l’état qui soit profitable à tous.
    Voilà ce que j’en dis…

  9. Somebaudy –> Déjà que tu t’appelles Baudouin, c’est pas mal dans le genre… Mais ça serait pas plutôt België qui serait intéressant(e) ?

    Hélène –> Hélène ?

    Mongolito –> Âh nôôn, pâs Liééége !

Laisser un commentaire