Les voix du Seigneur étaient téléchargeables

Chronique publiée dans le magazine Victoire du 12 janvier

J’ai loupé la messe de minuit cette année. Non pas par anti-cléricalisme primaire (je m’accorde très bien d’un Au-Delà Salvateur), mais plutôt par pragmatisme éclairé. Pourquoi aurais-je en effet dû sortir de (la très bonne) table à laquelle j’étais convié pour aller anôner des bribes de récitations oubliées depuis longtemps dans une bâtisse même pas design 2.0 et à peine chauffée ? Bon d’accord, on remplace difficilement la chaleur humaine que dégage une eucharistie bien foutue, mais la tentation du Godcasting a été la plus forte.

Oui ma bonne Dame ! La « Religion On Demand » vous lavera de tous vos pêchés, et plus si affinités, à condition d’avoir un lecteur mp3 et de le faire bénir par Benoît XVI (naon, je blague, l’aspergage à l’eau bénite est déconseillé pour vos bidules électroniques). N’empêche, certains bergers ont très bien compris comment les nouvelles technos pouvaient les aider à ramener leurs e-brebis égarées dans le droit chemin. On savait les Américains (ah, ces Américains !) friands de maxi-messes high tech télévisées, voilà désormais que vos sermons préférés rappliquent à vos oreilles en différé ! Allélouia !

Radio Vatican l’a d’ailleurs bien compris, depuis juillet 2005, ses podcasts font fureur auprès de la communauté chrétienne, tout comme la série « God’s iPod » du prètre canadien Shane Anderson ou encore ceux du « Catholic Insider« , du prélat allemand Roderick Vonhögen. Grâce au web, les curés branchés peuvent désormais diffuser leurs homélies « all around the world », au même titre que Britney Spears ou Radio Free Satan (il en faut pour tous les goûts hein !)

Le son c’est bien, mais avec l’image c’est encore mieux. LA référence en la matière, le saint chrême de la vidéo catho en ligne, c’est sur Godtube que vous le trouverez. Se repasser en boucle les meilleures processions pascales, des gospels endiablés ou les dernières infos croustillantes en direct des JMJ, voilà qui devrait vous réconcilier avec l’Ancien Testament. Quitte à se faire peur. Une enseignante américaine a ainsi été suspendue de ses fonctions pour avoir montré à ses élèves « A Letter to Hell« , une vidéo dénichée sur Godtube, sorte de parabole ultra-démago sur l’importance de connaître Dieu avant de se crasher en bagnole avec 2.5 grammes d’alcool dans le sang, sous peine de gagner un aller simple vers Lucifer.

Bien sûr, vous pouvez toujours vous lever le dimanche matin et aller rejoindre les 5 autres grenouilles barbotant dans le bénitier de votre paroisse, génuflexer à loisir sur les marches froides de l’autel 4 étoiles de votre chapelle perso ou confesser trois fois semaine vos écarts aux dogmes à un prêtre congolais ou polonais …. mais c’est moins fashion.

Laissez un commentaire