3 questions- 3 réponses

Alain Gerlache m’a invité cette semaine à répondre à son questionnaire hebdomadaire et c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai tenté de ramasser ma logorrhée en quelques lignes claires et consises 🙂

Tant que je suis dans le registre « About me, Myself & I », voilà aussi le fichier vidéo de ma keynote au Congrès de l’UCPF le 18 janvier, qui avait pour thème « Quels journalistes et quel journalisme en 2020 ? ». (cliquez ici et appuyez sur « espace » pour faire avancer la vidéo)

Je ne m’y suis pas fait que des potes … mais j’ai aussi eu l’occasion de chouettement discuter avec Philippe Laloux (big boss du site du journal Le Soir) et Jean-François Dumont (chargé de conférences à l’UCL et en charge de la réflexion sur les « Rémy Bricka de l’information » au sein de l’AGJPB). 

Ce dernier m’a d’ailleurs appris que chez Vers l’Avenir, un système de rémunération des droits d’auteurs pour les journalistes avait été trouvé via la SAJ sur base du nombre de visionnages des vidéos produites et diffusées sur le site du journal …. si vous avez des infos sur cette clé de répartition, je suis vachement preneur.

C’est une info très importante à mes yeux car elle permet enfin d’envisager une diffusion la plus large possible pour leurs contenus. Plus ils sont vus, plus les ayants droits gagnent d’argent. Donc ils vont tout faire pour supprimer les freins à la consommation (code à embedder, flux rss, présence sur plusieurs plate-formes youtube-like, etc ….) Ce qui veut sans doute dire aussi que l’éditeur a trouvé un moyen de rentabiliser ses vidéos … via la pub notamment.

Cela enterre par ailleurs le vieux réflexe du: « c’est mon contenu et moi seul décide qui, où, à quel moment sur quel support, a le droit de le consommer « … 

Un commentaire sur “3 questions- 3 réponses

  1. Si j’ai bien compris, au plus la vidéo est vue, au plus le journaliste est payé. Par conséquent, l’intérêt du journaliste est maintenant d’attirer le plus possible de lecteurs (ou de spectateurs).
    Je ne suis pas certain que ce mode de rémunération nous conduise vers un journalisme d’une meilleure qualité : ce systeme risque de tenter le journaliste à succomber aux sujets populaires, voire à émettre une opinion populaire. Ce qui, une fois de plus, nous amènera à un journalisme basé sur la séduction et non l’argumentation.

    Quid du journalisme de fond ? Un journaliste qui fait le compte rendu du match Standard РAnderlecht sera t il mieux pay̩ que celui qui propose un article de fond ?
    Le site Skynet nous permet de voir quelles dépeches belga sont les plus regardées. Ce sont souvent les sujets les plus populaires qui arrivent au sommet de la hiérarchie (les soldes, la famille Royale, le 2 mai ferié, le foot, …). Ce sont vraiment ces journalistes qui vont être le mieux payé, au détriment de celui qui propose un vrai contenu intellectuel ?

Laisser un commentaire