Les Télévisions Publiques Francophones en congrès à Paris

(billet rédigé dans le Thalys Namur-Paris, lequel ne dispose pas encore du wi-fi, contrairement à ses petits frères bruxellois. La dorsale wallonne est une nouvelle fois spoliée. Debout camarades !)

Le monde de la télévision a davantage changé en quelques mois que pendant les vingt années qui ont précédé. Et ce mouvement n’est pas prêt de ralentir. Tout concourt à bousculer nos repères. Rien n’échappe aux remises en question les plus radicales. Le temps des certitudes est révolu.

Voilà les quelques phrases qui introduisent le congrès de la Communauté des Télévisions Francophones, qui débute ce mercredi et se tient jusqu’à samedi à Paris. Alain Gerlache, qui en est le secrétaire-général, m’a prévenu: « Nous serons quasiment 200, Français, Suisses, Canadiens et Belges. Ca va être passionnant ! » Du coup, quand il m’a proposé de venir blogguer ces 4 jours d’intenses discussions autour de l’avenir de la télévision de service public, comment vouliez vous que je dise non ? 🙂

Donc, si vous avez des questions à poser aux boss des télés publiques francophones, allez-y, j’essayerai de les alpaguer entre deux portes. Perso, à l’instar de Narvic, il me brûle iconoclastement de leur demander « à quoi ça sert un journaliste aujourd’hui ?« 

Le congrès se déroule au Novotel Vaugirard, c’est assez central d’après ce que j’ai vu. Si vous êtes aussi sur Paname, on peut bien sûr aller se boire un godet ensemble (il y a d’ailleurs République des Blogs ce soir, avec une surprise, d’après Versac …)

MAJ: on en parle sur Twitter



    T’as ta carte ? T’es de la Police ?

    Il s’en passe des choses en province (pour les Bruxellois et les Français, passé le Ring à Overijse on est à deux doigts de Perpète-les-Bains, donc je précise). A Charleroi, à Liège mais aussi à Namur.

    C’est donc là que Diederick Legrain pratique son métier. Mais, parce qu’il sort des clous, remet en cause les poncifs tortueux (et torturés) du « journalisme de qualité », qu’il a un blog, qu’il fait des vidéos (parfois pas toujours super) drôles et qu’il les met sur Youtube, qu’il fait gagner des pleins de bagnoles (alors que d’autres se contentent de filer des DVD), qu’il ose des trucs et en réussit certains, qu’il donne son avis et offre la possibilité à ses lecteurs de donner le leur, Diedrick a récemment été convié à un diner de confraternels.


    Continuer la lecture de « T’as ta carte ? T’es de la Police ? »

    Twitterade de la veille

    • Hello World. Paraît qu’Hillary a mis un contrat sur la tête d’Obama … #
    • @Mateusz ça va être short … :-/ tu y vas ? #
    • Retweeting @francoisL: @LapinLove404 TechCrunch ils cherchent à faire de l’audience à tout prix. C un media broadcast banal .. #
    • A ce qui paraît, on foncerait vers une pénurie des adresses ip, ça vous dit quelque chose ? #
    • @eMich @janosizoltan @tvanderstraten @Cyril_Guichard @LapinLove404 @jegoun Thanx guys ! #
    • Dans la série “comment se mélanger les pinceaux dans les fuseaux horaires”, voici un bel exemple. La sonde est au sol et moi au tapis 🙂 #
    • Retweeting @ploum: http://www.openparliament.eu/ : signez la pétition pour les standards ouverts au parlement européen ! #

    Actu de la semaine du 19 au 26 mai

    [audio:http://api.ning.com/files/WdsTJgUPR9y2juCpnYLgVQpjCIZWPJihhFOY22*9shQaOU2H7qfYS0bkctSzT7iN2V6aluCD8i3q7sT3bcgnrqaJeISq2Vto/MP260508.mp3]

    Podcast diffusé le lundi à 06h25 sur La Première (RTBF)

    Liens

    Autres liens repérés cette semaine

    Mars Attack !

    EDIT: Dans la série « comment se mélanger les pinceaux dans les fuseaux horaires », voici un bel exemple. La sonde est au sol et moi au tapis 🙂 EDIT

    La Nasa diffusera en live l’amarsnissage (?!) du robot Phoenix. Ca se passera vers 2h du mat’ la nuit prochaine, mais vous pouvez déjà écouter les scientifiques discourir de ce nouveau petit pas pour l’homme but a geant leap for mankind. Je diffuse ici le flux Ustream, question de pouvoir dire à mes petits enfants que j’y étais moi aussi un peu.

    Le « journalisme en réseau » pour sauver le monde !

    Un bouquin au titre éloquent que celui publié la semaine dernière par Charlie Beckett, le directeur de POLIS (« a joint initiative from LSE and the London College of Communication ») « SuperMedia: Saving Journalism So It Can Save The World« .

    Supermedia: Saving Journalism So It Can Save the World

    Si j’en crois le pitch du bouquin, l’auteur se base sur des débats, des sondages et un étude en profondeur du paysage des nouveaux médias pour proposer une vision optimiste du métier de journaliste. Une sorte de manifeste en faveur du « Journalisme en réseau », qui réinvente la relation entre les médias et le public.

    Inutile de vous dire que vu le paquet de tirages de plan sur la comète dont j’ai pu vous abreuver depuis que je blogue (ça fera pile-poil 3 ans la semaine prochaine), ce genre de concept me plaît énormément !

    Voici une traduction libre du synopsis.

    « Peu de sujets sont aussi brûlants que le sort du journalisme et des nouveaux médias dans notre monde en rapide mutation. Vif et sujet à contreverse, ce livre explore le potentiel d’un tout nouveau type de journalisme qui provoque ces changements, discute de l’impact des réseaux sociaux et des blogs sur le journalisme traditionnel et prend comme postulat que le journalisme pourrait être le catalyseur des changements nécessaires pour résoudre bon nombre des problèmes du monde. En se basant sur son expérience, Beckett propose une feuille de route pour identifier les problèmes et les solutions pour offrir aux générations futures des médias ouverts et fiables. Vivant et engagé, « SuperMedia » propose une discussion éclairée sur l’importance et l’avenir d’un journalisme « libéral » comme part prépondérante d’une société florissante ».

    L’introduction et les deux premiers chapitres sont disponibles au format PDF.

    Introduction: « TheDailyPlanet.com »: Why We Must Save Journalism So that Journalism Can Save the World.
    1. « Help! Help! Who Will Save Us? »: The New Media Landscape.
    2. « Is It a Bird? Is It a Plane? No! It’s SuperMedia! »: Networked Journalism.

    3. « Will Nobody Do Anything to Help? »: Networked Journalism and Politics.
    4. Fighting Evil: Terror, Community, and Networked Journalism.
    5. We Can All be Super Heroes: Networked Journalism in Action: Editorial Diversity and Media Literacy.

    Supermedia: Saving Journalism So It Can Save the World (15£, sur Amazon)