Calexico live & online @Ancienne Belgique

Bien belle expérience ce lundi soir par la salle de concert l’Ancienne Belgique, à Bruxelles. La diffusion, en HD et en direct du concert de Calexico sur le web. La qualité était vraiment bluffante ! (cfr. screenshots)

Calexico @ Ancienne Belgique.be

Kevin Mc Mullan, porte-parole de l’Ancienne Belgique, a expliqué à Pascal Claude le pourquoi de cette démarche.

« Non, nous n’avons pas peur que moins de gens ne viennent à nos concerts. L’expérience du live reste quelque chose d’unique. Par contre, le fait de pouvoir voir le concert sur le web, interagir sur notre (NDLR: nouveau) site et participer à la communauté des utilisateurs participe de notre volonté de faire apparaître l’Ancienne Belgique comme bien plus qu’une salle de concert »

[audio:http://podaudio.rtbf.be/pod/LP-MAP-NT_Nouvelles_Technologies_13-10-2008_6108713.mp3]

Que dire de plus … si ce n’est que c’est stratégiquement vachement bien joué.

RAQ#1: Débriefing sauvach’

Quelques réflexions en vrac à propos d’une émission de télé, d’une web-émission, d’une expérience enrichissante 🙂


Débriefing sauvach’ de RAQ#1 from Damien Van Achter on Vimeo.

La partie web de l’émission est disponible ici

Ils en parlent:

Répondez @ la question (Mademoiselle Monaco)

La blogosphère flingue la RTBF (Charles Bricman)

Répondez@la question monsieur De Wever (Mateusz Kukulka)

Ma (courte) question à Bart De Wever et “Répondez à la question”: ce que j’en pense. (Thomas van der Straten)

Bart De Wever: ten points (Diederick Legrain)

Bart @ R@Q? (I) etRAQ#1: Débriefing sauvach’(Himself)

Répondez @ la question ! Le bide total !! (Le Blog Politique)

“Répondez @ la question !” mais surtout “Fermez-la !” (Pascal Alberty)

La nouvelle et déjà vieille émission de la RTBF (Roulive)

Mauvaise foi de journalistes (François « Shoob » Lamotte)

Bart De Wever scoort op de RTBf (Peter’s Blog)

Répondez à la question, avec un peu de retard (Parenthese.be)

Et, bien sûr, le flux twittorsphérique qui a couvert la soirée et s’est poursuivi une bonne partie de la journée de jeudi. (Plus que jamais, l’info est désormais liquide, j’y reviendrai…)

Prochaine (s) étape (s): faire des liens vers tous ces contenus directement depuis le site de la RTBF, faire une émission 100 pc web en direct avec des moyens web, amener d’autres journalistes radio/télé à interagir sur la toile, réussir à faire grimper encore plus de contenus générés par les utilisateurs à la surface de ces médias traditionnels pour créer du sens et donner un max de raison aux gens de revenir chez nous, etc. etc. etc…. y’a du taf tant qu’on en veut 🙂

FriendsClear: La confiance comme sérum anti-crise

La première fois que j’ai eu l’occasion de discuter avec Jean-Christophe Capelli, c’était l’an dernier à l’occasion d’un Barcamp organisé ici à Bruxelles par Peter Forret. Jean-Christophe avait fait le déplacement depuis Paris pour nous expliquer ce qu’était la Tontine des bloggeurs, et, plus largement, le P2P Banking.

Si philosophiquement l’idée de pouvoir se prêter légalement de l’argent entre particuliers me semblait assez intéressante (le petit coté anarchiste de la chose n’étant pas pour me déplaire) j’avais toutefois un peu de mal à imaginer que ce genre d’activité pourrait un jour être suffisamment « mature » pour être mise en pratique à grande échelle.

Moins de 12 mois plus tard, et en pleine crise de confiance de marchés financiers, force est de constater que Jean-Christophe avait vu juste en creusant cette piste. Mieux. Il a tellement bien mené sa barque que depuis vendredi dernier, il est l’heureux co-fondateur de FriendsClear, un site entièrement dédié au « social banking », un mouvement qui, selon le Gartner Group concentrera, toutes plateformes confondues, 10% du marché mondial du secteur en 2010.

[audio:http://api.ning.com/files/2iasEXBuM7ckaM0Is4pdGST8ByOW7kBThhWnLufQTJW69INTfJXLeZx964JB6q4TNE2dTR5kScLnQj-4A45LcdHeEspRJob4/friendsclearUncut.mp3]

Voici le podcast « uncut » (7min.) de la discussion que nous avons mise en boîte ce mardi matin avec mon compère de Matin Première Pascal Claude. La version « masteurizée »  a été diffusée à l’antenne  ce mercredi (dans Matin Première, donc) dans le cadre d’une spéciale intitulée « Que reste-t-il de nos banques ?« 

(à lire aussi l’excellent article mis en ligne par Rue89 « Prêts : quand les bons amis font les bons comptes« 

Fortis: Leterme I fait du « daytrading »

(Article écrit par Charles Bricman. Vous connaissez désormais la méthode: la discussion se poursuit chez l’auteur)

Gagner des sous avec Fortis, c’est (encore) possible… Mais il faut s’appeler Leterme ou Reynders et diriger un gouvernement pour y arriver. La démonstration est depuis quelques heures sur le site du Tijd: en quelques jours, le gouvernement a engrangé une coquette plus-value latente de 1,6 milliard en revendant pour 8,25 milliards (en actions BNP-Paribas) les trois quarts de la participation acquise, en deux fois, dans Fortis Banque Belgique pour 9,4 mds au total. Ce qui valorise donc celle-ci à 11 mds (8,25/0,75), d’où la plus-value théorique de 1,6 md (11 – 9,4).

Ce type de transaction étant par définition un jeu à somme nulle (ce que gagne l’un, l’autre le perd, et vice-versa), demandez-vous qui est cocu dans l’histoire. BNP-Paribas? Pas forcément, on verra à l’usage si ces 11 milliards étaient le juste prix. Mais plus sûrement le groupe Fortis, et donc ses actionnaires (dont vous?) qui ont cédé il y a huit jours à 9,4 toute une banque un peu bancale, qui a pu être revendue hier à 11… Une plus-value de 17% en quelques jours? Pas si mal…

En attendant, c’est vrai, Fortis conserve les deux tiers de la “Bad Bank” constituée avec ses actifs “toxiques”, valorisés à leur valeur de marché du jour, c’est-à-dire au ras des pâquerettes. Ce qui donne donc à une ancienne valeur de “bon père de famille” toujours logée dans bien des portefeuilles paisibles et véhicules d’épargne-pension, une petite coloration de fonds hautement spéculatif pour rogue traders expérimentés, voire de billet de loto. Ce à quoi Leterme faisait sans doute allusion quand il évoquait la perspective de dividendes pour les actionnaires du groupe…

On voit de drôles de choses, quand même, au jour d’aujourd’hui…

{Matin Première} 06/10: Actu de la Semaine

[audio:http://api.ning.com/files/JJkCmxRb29y4EXPZ37arFFB*-pheXRhDHBSuIeiqCkitsFc9t4xxlSfgINODGiqsgPu-5QYiJ35YFNPl4VTUvHzi-LnTDZkx/LPMAPNT_Nouvelles_Technologies_6102008_6089599.mp3]

Chronique diffusée ce lundi 06 octobre à 6h20, sur La Première

–> Sur le web, le changement 2.0

« (…) Dès lors, davantage qu’un outil, Internet devient un lieu d’engagement, un espace de mobilisation où l’adhésion est accessible au moindre clic de souris, derrière un simple lien hypertexte. Certes cela participe à la construction d’une identité numérique de l’internaute. Mais cela dénote aussi une forme de rapport immédiat à cet engagement « à portée de clic ». Il s’en faudrait de peu pour qu’il prenne alors la forme d’un « engagement kleenex « , ausitôt cliqué. » Anne-Claire Orban

–> Current.TV et Twitter vont hacker le débat

–> This is really well done, kids

Quand une trentaine de stars hollywoodiennes vous disent de ne pas aller voter (enfin si, quand même)

— >> Répondez @ la question !: Bart De Wever

Auto-promo pour la nouvelle émission politique de la RTBF. 60 minutes de live en télé + 30 minutes de live exclusivement sur le web … 1ère émission le mercredi 8 octobre.

–>The 25 Most Influential People on the Web

Deux Français (Loic Le Meur et Jeff Clavier) et une tripotée d’entrepreneurs/euses mis à l’honneur par BusinessWeek.

Jef Ginsboer et la Brabançonne reggae

Après l’échec remarquable de sa lancinante reprise de « Deutschland über alles » en 1947, dont il dira plus tard que « le moment était mal choisi », il se reconvertit dans la pêche à la crevette à cheval et s’établit sur la côte belge, à Oostduinkerke. Il abandonne alors complètement la musique.

Son unique succès « La Brabançonne reggae », qui fit les grandes heures de Radio Manneken Pis vers 1932, ne se trouve plus que dans les bacs du Marché aux Puces de la place du Jeu de Balle… C’est à Ostende, la station balnéaire bien connue, que nous retrouvons ce sémillant centenaire sirotant une Rodenbach grenadine au « Juif Errant », son bistrot préféré …

L’interview intégrale de Jef est à lire chez Balthazar. Quant à La Brabançonne reggae, elle est à déguster chez TchacTchac.

{links} The New News Process (5/10)

Le journaliste « geek », journaliste de demain?

Le journaliste « new age » devait déjà savoir réaliser un reportage, une interview, une enquête, etc. mais aussi faire un son, tourner et monter une vidéo… Cela ne suffit plus. Aujourd’hui, il doit aussi avoir des notions de programmation et nourrir un formidable appétit pour la technologie.

(Marc Mentre)

Des textes de 12 mots

Plusieurs raisons me portent à croire que l’un des domaines d’avenir pour le journalisme, c’est de pouvoir résumer une histoire en 12 mots !

(Benoit Johnson)

L’avenir de la presse en ligne est-il dans le social ?

Quasiment tous les portails d’actualité ( Le Monde, Libération, Le Figaro, L’Express, 20 Minutes…) proposent un système de commentaires / notation. Si cette première étape de “socialisation” d’un site d’information est maintenant généralisée, il va falloir aller plus loin pour fidéliser les internautes. (Fred Cavazza)

Wikio, Cozop, Zutopik, SmallBrother (and else) : la France qui cherche, trouve !

Le paysage du tri et de l’éditorialisation de l’information online, à direction humainement assistée, est en pleine ébullition. A force de rdv (notamment en vue du lancement du PoliticLab et de réflexions concernant Webiw) je suis en mesure de témoigner d’une activité florissante. Réunions d’échanges, idées neuves ou réinventées, collaboration intelligente entre geeks, chercheurs, journalistes, compagnies et blogueurs…

(Nicolas Voisin)

Hommage appuyé de Dominique Janne en une de « Pan »

À la réflexion, je crois que je suis particulièrement flatté de cette pathétique autant que crapuleuse tentative de torpillage. Il y a même, si l’on y pense à deux fois, quelque chose de plaisant de se faire accuser d’être « aigri » — et d’être, excusez du peu, un politique raté, un écrivain raté, un cinéaste raté, un architecte raté, tout ça à 27 ans — par quelqu’un qui n’a pas l’air d’être en reste sur ce chapitre de la frustration. Quant à la déontologie ou à l’intégrité, il n’est même pas nécessaire d’en causer plus longuement tant il semble que le sens même de ces termes échappe à Citizen Janne.

(François Schreuer)

Mais aussi :

La SDJ de Paris Match condamne la retouche d’une photo du pape et de Sarkozy (AFP)

How the Web talks to us (Monday Report)

Nicolas Sarkozy aux Etats généraux de la presse

Difficile métier que celui de journaliste …