Wizzgo: La leçon de Napster n’a donc servi à rien ?

Est-on en train de vivre un de ces bis repetita dont seule l’Histoire a le secret ? Il est pourtant bien dit que même les ânes ne butaient pas deux fois sur la même pierre …  Et pourtant, la condamnation hier de Wizzgo (une société qui proposait aux internautes un service de « magnétoscope numérique personnel à distance ») me fait bigrement penser à celle de Napster en 2001.


p2p connection by ~SOL-EiL on deviantART

Alors qu’elle pensait avoir fait le plus dur, et plutôt que de chercher à évoluer et à mettre ses clients au centre de ses préoccupations, l’industrie du disque a mis 7 ans et crâmé plusieurs millions de $ pour tenter de supprimer une techonologie (le P2P) et empêcher l’avènement d’un bouleversement profond de la manière de consommer une musique désormais dématérialisée. Tout ça finalement pour venir pleurer derrière iTunes, inonder la toile de sonneries de téléphone pouraves  et, comble de l’ironie, tenter de faire revivre Napster.

Dans le cas de Wizzgo, les majors du programme télé M6 et TF1 ont eu sa peau (500.000 euros d’amende, vous appelez ça comment ?) en arguant de « contrefaçons des droits d’auteurs et des droits voisins ».

Ben oui, forcément … Un service où l’internaute choisi le programme télé qu’il veut enregistrer à distance et récupère ensuite le fichier pour le lire sur son ordi, son téléphone, son disque dur … ça a de quoi en défriser quelques uns.

Totalement disruptif par rapport au business model actuel du monde de la télé mais tellement en phase avec le mode de consommation d’utilisateurs plus que jamais actifs, Wizzgo est à mon sens condamné … à survire et à réapparaître ailleurs, autrement, sous un autre nom, sous une autre forme, avec encore plus d’utilisateurs déçus des pratiques dans lesquelles l’industrie de la télé à papa voudrait les enfermer, par sécurité, par contrôle, par peur du changement, par ignorance de ce qui se passe « en bas », …

Une industrie qui risque bien d’encore engloutir quelques milliards en DRM et autres crasses copyrightées empêchant le cross-media avant de se rendre compte qu’il vaut bien mieux « faire avec »  ses clients que « lutter contre » les vilains pirates ….

Une pétition en faveur du droit à la copie privée (ce qui n’est finalement rien d’autre que ce que Wizzgo propose)  a été mise en ligne. Elle a déjà récolté plus de 30.000 signatures.

(Thanx à Sam pour l’alerte)

Rejoindre la conversation

Aucun commentaire

  1. Ce qui m'éclate quand tu fais ce genre de billet c'est que, à côté de ça, quand un étudiant a repris un de tes billets sur son blog, tu avais hurlé aux non respect des droits d'auteurs, etc.
    Sur le fond, pour Wizzgo, tu as sans doute raison mais la réaction (crainte, incompréhension, putain d'jeunes) c'est humain.

  2. Tu as raison… L'industrie des media ferait beaucoup mieux de chercher a surfer sur la vague plutot que de tenter tout et n'importe quoi pour essayer de l'arreter… La meilleur facon de predire le futur est de le creer (P. Drucker), et ca date…

  3. Benoît … j'avais gueulé contre le fait de voir mes billets pompés intégralement, sans me l'avoir demandé et sans me sourcer. Tous ceux qui m'ont demandé pour reprendre un de mes billets chez eux ont eu mon accord, sans exception. Et puis, la situation est quand même 'achement différente … Ceci dit, il est fort probable qu'en 3 ans et demi je me sois contredis l'une ou l'autre fois .. ça serait même très sain vu la démarche exploratoire que je mène ici 🙂

  4. Merci d'avoir répercuté 😉
    Moi ce qui m'énerve, comme tu le dis, c'est que somme toute le service est clair… on « dématérialise » le bon magnéto VHS voire le graveur DVD, et on fait le truc en ligne. Bref, bien de notre temps. Et y a même un boni, le surfeur qui n'est pas « couvert » par la TNT pouvait malgré tout avoir accès au programme (ici, j'avoue qu'il pourrait y avoir souci si les chaînes proposées font partie d'un bouquet payant-à confirmer). On se libère de la contrainte qualité, de la contrainte longueur du support, alimentation électrique… wizzgo ne modifiait pas le programme (autrement dit la pub était incluse)…que du bon quoi…sauf que…ben oui, faut garder le trafic chez soi (la marque n'est donc pas liquide), et en plus on fait payer le pigeon de surfeur pour revoir les programmes…Pas bien…
    Ca m'amène à deux questions Damien..;
    1- connais tu des services similaires online non encore « touchés »?
    2-Quelle serait la position de la RTB face à un problème similaire, sachant que la maison cherche à développer la VOD also?

  5. @Benoit: y a une différence entre reprendre un billet, un programme (audio, video) ou des photos pour les rediffuser; et le fait de proposer au surfeur, non pas une diffusion, mais un enregistrement d'une telle chose, dans un usage privé.

    Wizzgo ne diffusait pas les programmes, elle enregistrait et les mettait à disposition via un fichier envoyer à l'utilisateur.

    Pour moi, c'est différent. A la limite, si wizzgo était une seule personne, on pourrait considérer le truc comme légal. Je fais mon petit soft (le magnéto online), je m'arrange pour programmer mes enregistrements, ni vu ni connu. je récupère mon fichier, et hop. Je suis dans la sphère privée.
    Non. franchement, j'dis heureusement que la France s'est dotée d'une loi sur le numérique. Ca aura au moins sauvé Fuzz. (hors sujet, sorry 😉 )

  6. @JF: et pourquoi les chaînes ne proposeraient pas ce type de service au lieu de faire du VOD payant (aka PPV)?
    Si l'ensemble des chaînes proposent un abo minime, pour le service, à la limite elles insèrent une pub en début de fichier en plus…et hop.

    Mais non. C'est un autre qui a eu l'idée en premier, donc on le casse. Moi je dis à tous les novateurs, installez vous dans une république bananière, lancez votre service…y aura jamais un tribunal compétent. Bref.
    Encore une occas' de manquée pour les majors.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire