Attentats de Bombay: Twitter’s power

(Article initialement posté sur RTBF.be) Les attentats survenus à Bombay ce mercredi font l’objet d’une couverture médiatique très importante, en Inde bien sûr, mais aussi à l’étranger car de nombreux touristes font partie des personnes retenues en otage. Sur internet, une quantité phénoménale d’informations afflue au fur et à mesure que les événements évoluent. Sur place, les journalistes mais aussi les internautes utilisent tous les outils à leur disposition pour rendre compte de ce dont ils sont les témoins. En voici un tour d’horizon.

Depuis mercredi soir, les chaînes de télévision indiennes IBN (ici) et NDTV (ici) diffusent leurs programmes en direct et en continu sur la toile. Des dizaines de vidéo extraites de ces programmes télévisés ainsi que des vidéos prises par des personnes sur place ont déjà été mis en ligne sur Youtube (ici)et les autres sites de partage de vidéos.

Les sites de photos, comme Flickr, voient également leur trafic augmenter considérablement via la publication de photos venant directement de Bombay (par ex. ici)

De nombreux blogs (ici, ici, ici et ici, entre autres) parlent également des ces attentats. Une bloggeuse indienne, Sonia Faleiro, raconte (ici) comment elle fut prise en otage à l’intérieur de l’hôtel Gordon House, dans le secteur sud de Bombay

Une page Wikipédia dédiée au attentats a été mise en ligne (ici) et un site spécial a même été créé afin de relayer des messages que les réseaux téléphoniques surchargés ne peuvent transmettre (en anglais, ici). Une carte (ici) indique par ailleurs les endroits où les terroristes ont frappé.

Les sites de « journalisme citoyen » grouillent également de témoignages et d’analyses à chaud des événements. c’est le cas notamment de Global Voices (en anglais, ici), Now Public (en anglais, ici) et Ground Report (en anglais, ici)

Plusieurs grands sites technologiques comme TechCrunch (ici), BoingBoing (ici), Wired (ici) et TechMeme (ici) se faisaient jeudi l’écho de l’afflux considérable d’informations en provenance des réseaux sociaux.

Parmi ceux-ci, le plus utilisé au cours des dernières 24 h fut sans conteste Twitter (ici). Les internautes du monde entier se sont en effet rués sur cet outil de publication instantannée afin de s’alerter mutuellement des dernières nouvelles et les commenter en direct. Certains médias américains comme CNN (ici) et KCBS (ici)) ont d’ailleurs utilisés ce vecteur pour faire appel aux témoignages d’internautes présents sur place.

Vous pouvez suivre ce qui se dit sur Twitter à propos des attentats en vous rendant sur cette page (ici) (MAJ: ou sur celle-ci, qui est plus précise dans les résultats)

A noter aussi que l’importance de ces nouveaux outils dans le traitement de l’information fait également débat. Plusieurs personnalités du web comme Mathew Ingram (en anglais ici) et Ewan McLeod (en anglais ici) ont ainsi émis des réserves quant à la pertinence des informations récoltées par le biais des réseaux sociaux et leur utilisation parfois de manière brute à l’antenne des « grands » médias.

( Big Big Thanx to Gaurav Mishra’s Weblog )

Ce contenu a été publié dans Carnet de Bord, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Attentats de Bombay: Twitter’s power

  1. AC dit :

    plutôt que de devoir chercher sur search.twitter.com avec un mot clé donné et puis de devoir lire chaque message (ce qui peut être fastidieux voire impossible) il est possible d'utiliser http://www.tweetag.com pour avoir un apercu des sujets de conversations sur twitter.

    tweetag (développé par une startup belge par ailleurs) affiche un « tagcloud » comprennant les concepts ou tendances les plus populaires du moment, ce qui permet de s'informer sans rechercher quelque chose de précis.
    Le tagcloud est 'nested', on peut ainsi voir les concepts qui se rattachent au(x) concept(s) que le visiteur a séléctionné

  2. Sam dit :

    Damien, ce qui m'a « choqué », disons plutôt un peu déçu, c'est nos gros médias web: lesoir.be, dhnet. Très peu de réaction par rapport à ce que tu relèves. D'autant plus marquant avec lesoir.be. Là, je prends l'exemple de la thailande et l'aéroport de Bangkok, où une journaliste du Soir se trouvait bloquée avec des touristes belges. Il a fallu un certain temps, pour ne pas dire un temps certain, avant d'avoir du son sur le site. Et je ne parle pas de vidéo. Quid d'un bon N95, d'un compte…euh au hasard, seesmic, et hop on pouvait alimenter en vidéo. Avant même que les médias TV puissent envoyer des images. Caramba, raté…
    Ton avis?

  3. Sam dit :

    Un petit podcast avec Philippe Laloux?

  4. J'en dis que effectivement, si une journaliste était à l'éaroport, c'est dommage qu'elle n'ai pas eu le réflexe/lesmoyens/l'envie/le temps de faire « quelque chose ». Ceci état dit, ce n'est pas à moi de de donner des solutions au Soir pour avancer 🙂

  5. je lui envoie l'url de ce billet de suite

  6. Sam dit :

    nous sommes d'accord 😉

  7. PhilippeL dit :

    Bonjour Damien, bonjour Sam
    Analyse pertinente, une fois de plus 😉
    En ce qui concerne le bi-média, vous riquez d'être déçus par les explications. Faut-il y voir une incapacité d'une journaliste « traditionnelle » à s'emparer du Web pour jouer son rôle? Eh bien, non. Les raisons de ce bricolage sont toutes simples, voire bêtes.. En vrac:
    – Véronique K. était là-bas en tant que « touriste ». Elle accompagne un voyage lecteurs, tels que la Rue Royale en organise souvent. Le but du voyage est purement culturel. Elle n'est pas là en reportage…
    – Et puis, paratras, l'aéroport est pris d'assaut. L'accompagnatrice officielle du voyage, elle, n'est plus là (restée à l'escale précédente). Et voilà Véronique K transformée en GO de fortune. 22 personnes à coacher, materner, rassurer, etc (je vous dis pas la moyenne d'âge ;-). Nuit blanche, tracasseries administratives, contacts avec l'ambassade, etc etc . Des milliards de trucs à régler. Et, très sincèrement, prioritaires par rapport à l'alimentation du site. Je le dis et le répète avec force: dans ce cas-là, avec cette responsabilité-là, elle avait d'autres chats à fouetter.
    – Mais bon, Véronique est aussi journaliste. Et jusqu'au bout des ongles. Par la porte, par la fenêtre, elle arrive à faire passer quelques infos. Essentiellement par SMS (sa batterie est faiblarde, après une nuit blanche). Les infos sont relayés sur le site dès 5h du matin (heure belge)
    – Vers 9h, on tente un podcast. En vain. On tombe désespérément sur son répondeur. Il a fallu attendre midi pour enfin rentrer à nouveau en contact avec elle. Le temps de faire le montage et hop, c'était en ligne.
    – En attendant, elle avait déjà envoyé quelques papiers (pour le site et pour le journal). De notre côté, on a aussi pu recueillir quelques témoignages audio de toursites.

    Et voilà comment un réseau GSM saturé et une batterie à plat peut prêter à des interprétations sur les capacités bi-médias d'un journaliste 😉 L'envie, les rélfexes, la rage… tout y était, pourtant. Véronique a d'ailleurs réalisé plusieurs reportages à l'étranger où elle s'est avérée excellente journaliste bi-média.

  8. Sam dit :

    @ Philippe:
    réponse très pertinente 😉 je comprends bien les priorités. C'est d'autant plus rageant que LeSoir était, involontairement, en prise directe avec les faits puisque au coeur même de l'action!
    A la limite, je trouve même que cela aurait pu être signalé dans les articles postés. Je me suis posé la question, je présume que je ne suis le seul sur les 100 000 visiteurs du soir… Avoir une vue « insight » (thks CNN), ça implique le surfeur…

    Merci pour la rapidité dans la réaction à ce billet.

    Question subsidiaire: est ce que la vidéo mobile (seesmic par exemple) fait partie des pistes de dév du Soir.be?

  9. PhilippeL dit :

    la vidéo, le mobile, le micro-blogging… aucune porte n'est fermée et tout fait farine au moulin. Assurément, c'est dans la longue liste des chantiers, certains relativement bien avancés (vidéo), d'autres en cours (mobile) ou en labo (micro-blogging). Et le tout ensemble, ça m'exciterait bien. Pourquoi cette question? Des propositions?

  10. Sam Piroton dit :

    Propositions? Oooh non…J'ai déjà assez à faire 😉 Pas trop loin du Soir d'ailleurs. Non, j'suis juste un intoxiqué du web (j'exagère un peu); et vraiment curieux de ce qui se passe actuellement dans le monde des médias. Ca m'intéresse et m'interpelle. Heureusement pour les sites comme Lesoir.be (et les autres) les internautes belges moyens ne sont pas aussi acharnés que Damien et moi. J'explique: je me trouve parfois déçu du contenu: dépêches d'agence, présentes sur tous les sites d'actu belge. Quand je surfe et que je vois la même info sur tous les sites, je me dis: mais elle est où la différenciation? la valeur ajoutée?
    Alors je surfe, m'abonne à différents flux et in fine, j'ai l'info avant même qu'elle remonte sur le top4 belge. Bel exemple avec rtlinfo et la vidéo de Barack Demotte. 3 jours que je l'avais vue…avant qu'elle n'apparaisse sur rtl info. Des exemples comme ça, y en a à la pelle. Quand je vois l'article que Damien a pondu ci dessus, je dis: pourquoi il sort sur RTBf et par sur les sites des quotidiens?
    'tention, j'ai des critiques pour la RTBF aussi 😉 soirée électorale, y a un GSM à Chicago, avec notre ami Roberto aux commandes. In fine, rien n'en sortira durant la soirée (nuit ici). Alors oui, Roberto n'était pas là pour faire joujou avec son GSM, il devait s'occuper de bulletins pour la radio. Mais quand on commence à jouer le jeu…Ben il faut y aller. Damien a fait un peu de teasing, mais au final j'ai été déçu…
    Dur? oui…mais qui aime bien châtie bien ;))

  11. Hims Lapin dit :

    Petite question concernant la couverture des attentas : comment expliquez-vous l'absence d'une quelconque info sur votre site jusque passé 23h ? A part la RTBF ;-), DH, Libre et Soir ont réagi très très très lentement compte tenu de l'importance du truc. Les seuls journalistes dispo bossaient sur le foot ?

  12. AC dit :

    plutôt que de devoir chercher sur search.twitter.com avec un mot clé donné et puis de devoir lire chaque message (ce qui peut être fastidieux voire impossible) il est possible d'utiliser http://www.tweetag.com pour avoir un apercu des sujets de conversations sur twitter.

    tweetag (développé par une startup belge par ailleurs) affiche un « tagcloud » comprennant les concepts ou tendances les plus populaires du moment, ce qui permet de s'informer sans rechercher quelque chose de précis.

    Le tagcloud est 'nested', on peut ainsi voir les concepts qui se rattachent au(x) concept(s) que le visiteur a séléctionné

  13. Sam dit :

    Damien, ce qui m'a « choqué », disons plutôt un peu déçu, c'est nos gros médias web: lesoir.be, dhnet. Très peu de réaction par rapport à ce que tu relèves. D'autant plus marquant avec lesoir.be. Là, je prends l'exemple de la thailande et l'aéroport de Bangkok, où une journaliste du Soir se trouvait bloquée avec des touristes belges. Il a fallu un certain temps, pour ne pas dire un temps certain, avant d'avoir du son sur le site. Et je ne parle pas de vidéo. Quid d'un bon N95, d'un compte…euh au hasard, seesmic, et hop on pouvait alimenter en vidéo. Avant même que les médias TV puissent envoyer des images. Caramba, raté…

    Ton avis?

  14. Sam dit :

    Un petit podcast avec Philippe Laloux?

  15. J'en dis que effectivement, si une journaliste était à l'éaroport, c'est dommage qu'elle n'ai pas eu le réflexe/lesmoyens/l'envie/le temps de faire « quelque chose ». Ceci état dit, ce n'est pas à moi de de donner des solutions au Soir pour avancer 🙂

  16. je lui envoie l'url de ce billet de suite

  17. Sam dit :

    nous sommes d'accord 😉

  18. PhilippeL dit :

    Bonjour Damien, bonjour Sam

    Analyse pertinente, une fois de plus 😉

    En ce qui concerne le bi-média, vous riquez d'être déçus par les explications. Faut-il y voir une incapacité d'une journaliste « traditionnelle » à s'emparer du Web pour jouer son rôle? Eh bien, non. Les raisons de ce bricolage sont toutes simples, voire bêtes.. En vrac:

    – Véronique K. était là-bas en tant que « touriste ». Elle accompagne un voyage lecteurs, tels que la Rue Royale en organise souvent. Le but du voyage est purement culturel. Elle n'est pas là en reportage…

    – Et puis, paratras, l'aéroport est pris d'assaut. L'accompagnatrice officielle du voyage, elle, n'est plus là (restée à l'escale précédente). Et voilà Véronique K transformée en GO de fortune. 22 personnes à coacher, materner, rassurer, etc (je vous dis pas la moyenne d'âge ;-). Nuit blanche, tracasseries administratives, contacts avec l'ambassade, etc etc . Des milliards de trucs à régler. Et, très sincèrement, prioritaires par rapport à l'alimentation du site. Je le dis et le répète avec force: dans ce cas-là, avec cette responsabilité-là, elle avait d'autres chats à fouetter.

    – Mais bon, Véronique est aussi journaliste. Et jusqu'au bout des ongles. Par la porte, par la fenêtre, elle arrive à faire passer quelques infos. Essentiellement par SMS (sa batterie est faiblarde, après une nuit blanche). Les infos sont relayés sur le site dès 5h du matin (heure belge)

    – Vers 9h, on tente un podcast. En vain. On tombe désespérément sur son répondeur. Il a fallu attendre midi pour enfin rentrer à nouveau en contact avec elle. Le temps de faire le montage et hop, c'était en ligne.

    – En attendant, elle avait déjà envoyé quelques papiers (pour le site et pour le journal). De notre côté, on a aussi pu recueillir quelques témoignages audio de toursites.

    Et voilà comment un réseau GSM saturé et une batterie à plat peut prêter à des interprétations sur les capacités bi-médias d'un journaliste 😉 L'envie, les rélfexes, la rage… tout y était, pourtant. Véronique a d'ailleurs réalisé plusieurs reportages à l'étranger où elle s'est avérée excellente journaliste bi-média.

  19. Sam dit :

    @ Philippe:

    réponse très pertinente 😉 je comprends bien les priorités. C'est d'autant plus rageant que LeSoir était, involontairement, en prise directe avec les faits puisque au coeur même de l'action!

    A la limite, je trouve même que cela aurait pu être signalé dans les articles postés. Je me suis posé la question, je présume que je ne suis le seul sur les 100 000 visiteurs du soir… Avoir une vue « insight » (thks CNN), ça implique le surfeur…

    Merci pour la rapidité dans la réaction à ce billet.

    Question subsidiaire: est ce que la vidéo mobile (seesmic par exemple) fait partie des pistes de dév du Soir.be?

  20. PhilippeL dit :

    la vidéo, le mobile, le micro-blogging… aucune porte n'est fermée et tout fait farine au moulin. Assurément, c'est dans la longue liste des chantiers, certains relativement bien avancés (vidéo), d'autres en cours (mobile) ou en labo (micro-blogging). Et le tout ensemble, ça m'exciterait bien. Pourquoi cette question? Des propositions?

  21. Sam Piroton dit :

    Propositions? Oooh non…J'ai déjà assez à faire 😉 Pas trop loin du Soir d'ailleurs. Non, j'suis juste un intoxiqué du web (j'exagère un peu); et vraiment curieux de ce qui se passe actuellement dans le monde des médias. Ca m'intéresse et m'interpelle. Heureusement pour les sites comme Lesoir.be (et les autres) les internautes belges moyens ne sont pas aussi acharnés que Damien et moi. J'explique: je me trouve parfois déçu du contenu: dépêches d'agence, présentes sur tous les sites d'actu belge. Quand je surfe et que je vois la même info sur tous les sites, je me dis: mais elle est où la différenciation? la valeur ajoutée?

    Alors je surfe, m'abonne à différents flux et in fine, j'ai l'info avant même qu'elle remonte sur le top4 belge. Bel exemple avec rtlinfo et la vidéo de Barack Demotte. 3 jours que je l'avais vue…avant qu'elle n'apparaisse sur rtl info. Des exemples comme ça, y en a à la pelle. Quand je vois l'article que Damien a pondu ci dessus, je dis: pourquoi il sort sur RTBf et par sur les sites des quotidiens?

    'tention, j'ai des critiques pour la RTBF aussi 😉 soirée électorale, y a un GSM à Chicago, avec notre ami Roberto aux commandes. In fine, rien n'en sortira durant la soirée (nuit ici). Alors oui, Roberto n'était pas là pour faire joujou avec son GSM, il devait s'occuper de bulletins pour la radio. Mais quand on commence à jouer le jeu…Ben il faut y aller. Damien a fait un peu de teasing, mais au final j'ai été déçu…

    Dur? oui…mais qui aime bien châtie bien ;))

Laisser un commentaire