My Control Freak is Beautiful (but useless)

Le contrôle est une notion primordiale dans le management des entreprises. Contrôle de l’information diffusée en interne, contrôle de celle propagée en externe, contrôle de tout ce qui pourrait impacter l’image de la société, tant auprès de ses propres employés que de ses clients passés, présents et à venir.

Le contrôle de l’info comme levier de pouvoir, comme agent lubrifiant hiérarchique ou comme arme à double tranchant face au marché et aux médias qui n’hésitent pas à exploiter la moindre faille communicationnelle à leurs propres profits.

Flexos par vous

Alors, quand un logiciel promet de « surveiller » l’usage d’internet (cliquez sur l’image pour voir la vidéo), il est bien plus facile de payer la licence et de traquer les « mauvais » employés (aka, ceux qui perdent de leur productivité en passant du temps sur Facebook) que d’investir la moitié de cette somme dans une formation à la veille stratégique de l’activité des concurrents sur les réseaux sociaux, au partage des passions afin de récolter de la matière brute qui servira à nourrir le processus d’innovation bottom-up et horizontal, au respect de la plus élémentaire réserve d’usage qui, une fois clairement exprimée, donnera tout son sens à la transparence des échanges qui en découlent.

A nos actes manqués, yé-héhéhé-héhéhé …

Rejoindre la conversation

Aucun commentaire

  1. Magnifique! Interdisons aussi les pauses café, pauses pipi, les conversations autres que professionnelles, posters et décorations distrayantes, objets personnels… et puis fermons les fenêtres par lesquelles les regards peuvent s'évader.

    A l'entrée de la caserne on lira : « Chers employés… merci de bien vouloir déposer vos téléphones portables personnels dans ces casiers. Vous pourrez les récupérer à la fin de votre journée de travail » – Oui, parceque d'ici peu, quasi tout le monde aura accès à Facebook via son portable. ; )

  2. En fait, le système de contôle security-as-a-service permet au contraire beaucoup plus de possibilités et de souplesse que le simple fait de bloquer un site qui peut être fait avec d'autres systèmes plus anciens.

    Le concept de security-as-a-service de FleXos permet même d'attribuer des plages horaire ou des quotas de surf libre. Par contre, le fait de ne pas installer de protection risque de radiculiser l'employeur quand il découvrira la statistique de surf improductif !

    Il est donc préférable de mettre en place un système souple qui permettra même de différencier les règles de sécurité pour différents départements que de bloquer tout le monde de la même manière. D'autre part, il est aussi possible de scanner uniquement les pages web et d'éliminer les malwares tout en laissant libre l'accès avec éventuellement un message d'avertissement que le site visité n'est pas « utile » professionnellement.

  3. « radiculiser » l'employeur quand il découvrira la statistique de surf improductif ! Chouette lapsus 🙂
    Sur le fond, je ne doute pas de l'utilité d'un tel service à postériori. Mais il reste qu'à mon sens, une éducation en amont se révèlerait certainement beaucoup plus productve et moins couteuse qu'un soft qui, qu'on le veuille ou non et tout paramètrable qu'il soit, criminalise l'utilisateur et conserve (voir entretient) les relations top-down au sein de l'entreprise.
    Vous bossez pour Flexos Fred ?

  4. En fait, le système de contôle security-as-a-service permet au contraire beaucoup plus de possibilités et de souplesse que le simple fait de bloquer un site qui peut être fait avec d'autres systèmes plus anciens.

    Le concept de security-as-a-service de FleXos permet même d'attribuer des plages horaire ou des quotas de surf libre. Par contre, le fait de ne pas installer de protection risque de radiculiser l'employeur quand il découvrira la statistique de surf improductif !

    Il est donc préférable de mettre en place un système souple qui permettra même de différencier les règles de sécurité pour différents départements que de bloquer tout le monde de la même manière. D'autre part, il est aussi possible de scanner uniquement les pages web et d'éliminer les malwares tout en laissant libre l'accès avec éventuellement un message d'avertissement que le site visité n'est pas « utile » professionnellement.

  5. « radiculiser » l'employeur quand il découvrira la statistique de surf improductif ! Chouette lapsus 🙂
    Sur le fond, je ne doute pas de l'utilité d'un tel service à postériori. Mais il reste qu'à mon sens, une éducation en amont se révèlerait certainement beaucoup plus productive et moins couteuse qu'un soft qui, qu'on le veuille ou non et tout paramétrable qu'il soit, criminalise l'utilisateur et conserve (voir entretient) les relations top-down au sein de l'entreprise.
    Fred, vous semblez bien connaître ce soft, vous bossez pour Flexos ?

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire