Chronique RTBF: « Interdire Facebook au boulot, Netlog engage un ex-DG de Google, Kinepolis en odorama »

Synthèse de la semaine écoulée, diffusée chaque lundi à 6h20 dans Matin Première (RTBF)
[audio:http://api.ning.com/files/-yuXOZwOu5MXDCMx7*3qbxxYD9rmpnYptI9mWvo4-brmy2niD8uc35t9tAHHbvMM5PVLd9qRn2j4qBw8TwpjA3S-ffDNKB3O/LPMAPEUR_Nouvelles_technologies_2332009_6640063.mp3]

L’usage de Facebook n’est pas toujours le bienvenu dans les entreprises belges, Plus d’1 sur 3 en interdisent même tout simplement l’usage à leurs employés durant le temps de travail. C’est ce que révèle une étude menée auprès de 250 entreprises belges par la revue spécialisée Smart Business Strategies.

Ce sont surtout les grandes organisations publiques et les entreprises des secteurs bancaire et de l’assurance qui sont les plus restrictives. Au point même de bloquer techniquement l’accès au réseau social.
On apprend ainsi que la banque KBC a récemment interdit l’accès à Facebook à ses employés mais aussi, et c’est beaucoup plus surprenant Belgacom et le groupe de presse Roularta, deux entreprises dont le business est quant même en grande partie tourné et dépendant d’internet.

Evidemment on peut comprendre le souci des employeurs qui peuvent constater une perte de productivité lorsque leurs employés surfent au hasard sur la toile mais supprimer l’accès à Facebook c’est comme interdire la machine à café dans le couloir ou les lunchs de midi qui s’éternisent. Ca infantilise les utilisateurs et puis surtout ça n’empêchera jamais les glandeurs de ne rien faire.

Un autre réseau social qui cartonne, c’est Netlog. Premier réseau social européen ave 40 millions de membres, l’entreprise belge, basée à Gand, a engagé la semaine dernière Ned Walley quil a travaillé 12 ans chez Google en tant que responsable de la stratégie des partenariats au niveau européen.

C’est avec la fonction de Global Director Strategic Partnerships qu’il a été engagé chez Netlog afin de développer des accords avec les plus grandes sociétés et de continuer à faire croître ce réseau social en dehors de nos frontières.

Pourquoi est-ce que je vous en parle ? Et bien tout simplement parce que l’on constate ces derniers mois que sur la toile aussi les petits belges commencent à se faire connaître et reconnaitre. Il y a 15 jours se tenait une compétition de startup européennes à Bruxelles, dans le cadre de la conférence Plugg et à cette occasion deux jeunes entrepeneurs belges (Dries Buytaert et Bart De Crem) sont venus expliquer comment et pourquoi ils avaient fait le grand saut pour tenter leur chance aux USA.

On remarque aussi que de nouvelles startups belges avec des concepts très intéressants sont en train de pointer le bout de leur nez, c’est le cas notamment de Microplaza, de Commentag ou de Storytlr, mais ça on vous en reparlera une autre fois.

La technologie met tous nos sens en alerte, la preuve: on reparle de la projestion de vidéos en odorama. Tout d’abord avec le concept SMELLIT, du designer portugais Nuno Teixeira. Environ 20 seconds avant qu’un personnage mange du popcorn, par exemple, un appareil équipé de la Digital smell technology (DST) va propulser dans l’air une odeur de popcorn grâce à l’une des 118 cartouches disposée dans l’appareil et qui est capable d’identifier les informations contenus dans un dvd.

Ca va même plus loin encore puisque depuis mercredi dernier, certaines salles du groupe Kinepolis à Anvers, Bruxelles et Liège sont équipés d’un système comparable qui diffuse des odeurs durant certaines publicités. C’est notamment le cas pour une marque de déodorant mais le groupe cinématographique avait déjà réalisé des expérience en 2008, lors de la projection du concert de U2 en 3D. « Une odeur de gazon avait été diffusé dans les salles, pour rappeler l’ambiance de festival », dixit une porte-parole de Kinepolis

Et c’est vrai qu’une odeur d’herbe dans un festival, c’est somme toute assez banal 🙂

<

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire