Mon nouveau mantra professionnel: « On ne peut mesurer un phénomène sans l’influencer »

Si je ne devais retenir qu’une seule rencontre de mon récent voyage dans la Silicon Valley, il s’agirait sans aucun doute de celle avec David Nordfors, docteur en physique quantique et directeur du Research Center of Innovation Journalism à l’université de Stanford. J’ai bu ses paroles et, en toute modestie, je dois bien avouer qu’il est particulièrement réconfortant, intellectuellement, de voir certains de mes tirages de plans sur la comète être « validés » par un bonhomme de sa trempe. Genre: « l’objectivité journalistique est un leurre, mais fait le maximum pour être le plus droit possible dans tes bottes ,en relatant les faits le plus honnêtement possible »…

Bref, deux heures sur un petit nuage, avant d’en retomber très vite, son principal message étant « Journalistes, remettez-vous en question en permanence. Car les innovations que vous apporterez à votre métier pousseront les politiques à réinventer leur manière de gérer la chose publique »

Priceless … isn’t ?

Je vous laisse découvrir l’intégralité de l’interview qu’il a accordé à Jean-Yves Huwart (Entreprise Globale) lors de notre passage à Palo Alto. Jetez-vous aussi sur le blog de David Nordfors et prenez le temps d’y relire les minutes de la conférence qu’il a organisée à la mi-mai sur le thème « Journalism succeeding with innovation » (avec, notamment, Vint Cerf, Doug Engelbart etr une impressionnante brochette d’autres intervenants)

0 réponse sur “Mon nouveau mantra professionnel: « On ne peut mesurer un phénomène sans l’influencer »”

  1. @Damien: C’était un temps où les idées s’exprimaient à travers un genre littéraire appelé « Essai ». Il fallait lire, souvent prendre des notes et synthétiser pour dégager l’essentiel. Ce travail n’a jamais tenu en 140 caractères. Rapport à votre « Mantra », le titre de l’essai était « Le Macroscope » de Joël de Rosnay, 1975, Ed. Seuil, Coll. Civilisation (si si!). Prévoir 6-8 heures pour l’exercice. « If you can’t wait », go to wikipédia.

Laisser un commentaire