Razwar.com : « Shaving As A Service »

Quand David Hachez a annoncé en mai dernier lors d’un Betagroup qu’il se lançait dans la vente de lames de rasoir,  je dois bien vous avouer que l’idée m’avait fait sourire (et je ne suis pas le seul, cfr. la video). A l’heure où toutes les start-up se focalisent sur leurs API géolocalisantes et autres realtime web-whatever-ries, j’ai pensé l’espace d’un instant avoir là la confirmation que le boulot en agence de com’ était vraiment mauvais pour la santé 🙂

Le temps d’une gestation plus tard et Razwar s’apprête pourtant à attaquer lundi prochain le marché européen.

Comment David et ses associés ont-ils réussi à construire une marque sans engager de handballeur ou de pornstar professionnels ? Comment la dynamique des réseaux sociaux modifie-t-elle les notions de contrôle et de transparence très « politiquement correctes » à l’oeuvre dans le marketing tradtionnel ? Pourquoi ce type de business, inspiré du monde du software et axé sur un profit raisonné et raisonnable, a-t-il in fine un très bel avenir devant lui ?

Certaines réponses, et quelques autres aussi, dans le netcast ci-dessous {NDLR: freestyle inside}

La game des produits Razwar

Le Shavingbook

Razwar sur Twitter et Facebook

Une remarque, une question, des exemples à partager ? Les commentaires sont à vous !

Rejoindre la conversation

Aucun commentaire

  1. Aime beaucoup cette notion d’entreprise et d’e-commerce.
    Enfin un site sur lequel il ne faut pas perdre son temps à créer un profil pour passer une commande.
    Et quel service !
    Commandé lundi après-midi, reçu mercredi matin
    Chapeau messieurs !
    Demain matin, test du rasoir 😉

    Je rêve d’avoir un jour une idée aussi simple et géniale à la fois, mise en Å“uvre d’aussi belle manière.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire