Journaliste et militant pour un internet libre

Par définition, le journaliste professionnel doit tendre à l’objectivité, détailler les faits et se poser au-dessus de la mêlée afin de fournir une analyse la plus impartiale possible. Difficile donc de nier l’incompatibilité fondamentale à se revendiquer journaliste et, dans le même temps, à militer activement pour une cause, quelle qu’elle soit.

Net Neutrality from Flickrs Robin Dude

"Net Neutrality" from Flickr's Robin Dude

Mais pourriez-vous un seul instant imaginer un journaliste qui soit fondamentalement opposé à la liberté d’expression ? Un rédacteur en chef d’une radio ou d’une télévision qui défendrait la censure exercée par une dictature ? Un patron d’un journal qui accepterait sans broncher une injonction judiciaire dictée par une junte militaire ?

Autrement dit, peut-on être journaliste sans être viscéralement attaché à la liberté de la presse ?

Difficile de répondre autre chose que « Non !  » …

Alors pourquoi en serait-il autrement pour le web ?

Peut-on décemment se revendiquer journaliste et ne pas militer implicitement pour un internet libre, ouvert, non filtré, respectueux des droits et libertés fondamentales des individus à l’utiliser pour s’exprimer ? Peut-on user de cette liberté de parole pour gagner sa croute et feindre d’ignorer que certains veulent la surveiller de manière systématique et restreindre l’usage des supports via lesquels elle s’exprime à leurs seuls affidés ?

Est-ce qu’assumer ouvertement cette part de subjectivité rend moins crédible ou moins fiable un journaliste dans son traitement de l’information, qu’elle soit technologique, économique, sportive, musicale, cinématographique, …  ?

Ce qui rend le journalisme si nécessaire à la bonne santé d’une démocratie, n’est-ce pas le fait que son exercice-même soit conditionné par la défense de certaines valeurs ?

Comme une sorte de militantisme naturel en faveur de la liberté pour tous d’ouvrir sa gueule sur le mode de son choix …

MAJ: 20H00

Pour ceux que la discussion intéresse, L’Association des Journalistes Européens (AJE) organise mercredi prochain (le 31 mars à 11H) une conférence-débat sur le thème « Liberté de la presse, liberté numérique : deux combats inséparables ? », avecJean-François Julliard, directeur de Reporters Sans Frontières et Jérémie Zimmermann cofondateur et porte-parole de la Quadrature du Net.

Adresse:  Centre d’accueil de la presse étrangère
Grand Palais – Cours la Reine – Perron Alexandre III –  75008 Paris
métro : Invalides / Champs-Elysées Clémenceau
Confirmer via le groupe Facebook de l’AJE.

Ce contenu a été publié dans Carnet de Bord, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Journaliste et militant pour un internet libre

  1. Ping : Journaliste et militant pour un Internet libre ? | Owni.fr

  2. Ping : Liberté d’expression: défendre Le Monde, Twitter et Facebook ! | Owni.fr

  3. Gutterball dit :

    « Par définition, le journaliste professionnel doit tendre à l’objectivité, »
    Non ! L'objectivité n'existe pas, n'existera jamais, et vouloir l'atteindre à tout prix est même dangereux dans le cas du journalisme. Les journalistes doivent au contraire assumer et autant prendre conscience que faire prendre conscience à leur audience que tout ce qu'ils analysent, ils le font par leur propre grille de lecture, culturellement acquise.

    L'information est TOUJOURS subjective. Et même le jour où une machine parfaite sera capable de sélectionner et de traiter l'information sans la moindre passion humaine parasite, sa programmation en amont rendra son choix subjectif.

    Décrire la réalité par des mots, mais même par des images, ce n'est en réalité en montrer qu'une toute petite partie. C'est toujours un choix. Sur un discours politique d'une heure, quand vient le moment de sélectionner des phrases, des « moments forts », un article de libération ou du figaro ne font pas du tout les mêmes choix.

    Et c'est tant mieux ! Une actualité analysée par différentes grilles culturelles sera bien plus richement analysée que si elle ne passe que par une unique grille de lecture consensuelle.

    Bon, voilà, désolé pour ce hors sujet.

    Je vous conseille de lire le bouquin de Patrick Charaudeau : « les médias et l'information l'impossible transparence du discours ». Je vous conseille aussi « Le journalisme ou le professionnalisme du flou » de Denis Ruellan.

Laisser un commentaire