Michael Arrington et Om Malik, les nouveaux Ted Turner du web

Article initialement publié sur le RTBF Labs

A l’origine, Techrunch et GigaOm étaient juste deux blogs parmi tant d’autres, mis en ligne par des passionnés pour traiter autrement l’actualité économique des entreprises du secteur technologique. Aujourd’hui, ils emploient chacun plusieurs dizaines de rédacteurs disséminés aux quatre coins de la planète, traquant l’info avec un professionnalisme dont certains journalistes feraient bien de s’inspirer (même s’ils ne sont pas exempt de tous reproches), génèrent plusieurs millions de pages vues et des dizaines de milliers de $ de publicité tous les mois.

Ces entrepreneurs ne sont pas des philanthropes et connaissent sans doute bien plus que d’autres la dynamique et la puissance de la diffusion virale à l’oeuvre sur la toile. Pas étonnant donc de constater que ces plate-formes de pro-bloggeurs se soient muées progressivement en véritable networks distribués et accessibles partout dans le monde, contrairement à CNN et à ses autres ancêtres du 20ème Siècle.

Et à force de chroniquer sur les vertus du « Broadcast Yourself »,  il n’est pas surprenant non plus de voir Techcrunch et GigaOm investir désormais dans des équipements techniques capables de mettre en orbite de véritables émissions de télévision, la fraîcheur de l’énergie web en plus et les lourdeurs des coûts de production « à l’ancienne » en moins. (Allez jeter un oeil pour vous en convaincre définitivement à l’impressionnante couverture réalisée par Techcrunch de son dernier événement Techcrunch Disrupt« . Ils n’ont plus besoin des médias, ils sont le média !)

Vidéo: Erick Schonfeld à propos du lancement Techcrunch TV (la solution technique retenue est celle fournie par Brightcove)

Reste à voir maintenant avec quoi ils rempliront leurs grilles. Techcrunch prévoit en effet une diffusion 24h/24, sous la houlette de Paul Carr, un ancien du The Guardian réputé pour son franc-parlé, à la limite du NSFW . A voir aussi de quelle manière le bouillonnant Michael et le sage Om mettront en pratique les « conseils » qu’ils distillent au fil de leurs billets et de leurs critiques analyses sur les mouvements des géants du secteur. A l’heure où Google se positionne en tant que futur intermédiaire incontournable sur le support roi en terme d’audience et de masse publicitaire, ce mouvement apparaît en tout cas comme plus que pertinent.

0 réponse sur « Michael Arrington et Om Malik, les nouveaux Ted Turner du web »

Laissez un commentaire