Les bons liens de la veille ( 21 octobre au 23 octobre )

Voici quelques articles dont la pertinence/l’intérêt m’ont marqué au cours des derniers jours. Faites-en bon usage ! 🙂

  • Play #NHLPick15 on Twitter – NHL.com – News – La NHK organise son propre système de paris via Twitter.
  • L’internaute engagé et bavard ne fait pas forcément le leader d’opinion (via @narvic) – Sur les blogs et réseaux sociaux, la majorité des conversations est souvent tenue par des individus ayant des opinions très marquées. Une monopolisation qui leur donne l’impression – parfois fausse – d’être en majorité.
  • The Los Angeles Times has 2,300 Kindle subscribers, which means $97,200 a year in revenue (via @NiemanLab ) – The Times believes its real breakthrough will come when an e-reader is developed that will achieve iphone-like acceptance by the public. Stanton said Times publisher Eddy Hartenstein is keenly interested in this arena, and likens it to the way, in a previous job, Hartenstein shook up the cable industry with DirecTV. Stanton, by the way, said the Times has 2,700 Kindle subscribers.
  • Comment les Business Schools ratent le train de l’économie de la collaboration (@JeanYves ) – « Demandez à un diplômé de MBA de formuler une autre vision du monde économique qu’un univers concurrentiel, il vous récompensera d’un regard vitreux, lance Charles Green (…) Or, dans un environnement connecté et plat comme le nôtre, où les coûts de transaction sont faibles, il serait simplement plus économique de ’se fier à’ plutôt que de ‘concourir contre‘. »
  • Arsenal launches iPhone app – sports media beware | @guardiantech – Traditional sports media publishers: be afraid, be very afraid. In the latest example of English football clubs enhancing their own position as digital media providers, Arsenal has this week launched an iPhone app, priced £2.99. It has exclusive pictures, video, scores and news designed to keep Gunners fans happy. But what should have mainstream digital publishers worried is the sheer size of Arsenal’s new media operations…
  • “Le Net est la plus grande saloperie” – BUG BROTHER – Les ennemis de l’internet sont des trolleurs. Et il faut aussi savoir sourire aux trolleurs : à défaut de les désarmer, cela permet généralement de rehausser le débat, de rappeler qu’ils sont en train de péter un plomb, et de montrer où se trouve la voix de la raison.Rien ne sert de s’énerver : il faut juste les ignorer, se battre pour qu’ils ne changent pas trop la loi, et continuer à programmer du code comme nous le faisons depuis 20 ans maintenant : nous avons le matériel, les logiciels, la bande passante, la culture, les talents…
    Nous n’avons besoin de rien, ni de changer la loi, ni d’en faire adopter de nouvelles, ni de détruire ni de créer quoi que ce soit, ni de “venture capitalists“, ni de position monopolistique… La beauté de notre position tient au fait que de toute façon nous gagnerons, alors laissez-nous tranquille. La seule chose que nous demandons, à l’Etat, c’est d’éviter de créer des injustices au bénéfice de quelques-uns.
  • Sous le règne du buzz, malaise dans la politique et l’information | slate (par @narvic) – C’est à se demander si les médias traditionnels n’ont pas trouvé, enfin, avec internet, cette réponse de leur audience, après laquelle ils courraient tous depuis longtemps. Internet semble en effet fournir une température en temps réel des attentes de l’audience autrement plus rapide et efficace que l’observation du nombre d’invendus dans les kiosques à journaux, de l’observation quart d’heure par quart d’heure de l’audience des émissions télévisées, et des autres moyens marketing.
  • Excellent billet de @eni_kao ! « Pourquoi Internet agace Finkelkraut, Séguéla et les autres » – Cette élite en déliquescence ne pratique pas Internet et n’en comprend ni les codes, ni les habitudes, ni les pratiques, ni les enjeux. Aussi, elle ne maîtrise pas du tout sa présence sur Internet car elle n’y est pas proactive : pas de site personnel vraiment animé, pas de blog ou de profil Facebook, et sans doute pas d’expérience numérique personnelle, les on-dit et les étonnements de l’entourage leur suffisement peut-être. Pour des professionnels du personnal branding, avouons que rater le virage de la e-reputation est bien dommage…
  • Alex Payne, Twitter API : “Nous voulons être le bus des messages du web” | ReadWriteWeb France – Nous voulons que Twitter soit le bus de messagerie du web, « the message bus of the web« , et je pense que nos utilisateurs et les développeurs doivent avoir la plus haute exigence vis-à-vis de notre service. Nous avons besoin de cette pression pour nous guide
  • Comment l’audience du HuffPo a dépassé celle du Washington Post. Interview du CEO E. Hippeau. (via @lmauriac ) – The news spread quickly, aided by PR and the characteristic web glee anytime an online property appears to be leaving old media in the dust: the September numbers for comScore and Nielsen showed Arianna Huffington and The Huffington Post beating WashingtonPost.com in unique visitors for the first time.

Toute la vérité sur le buzz de Kimberley !

On va arrêter de déconner deux secondes. Tout cette histoire d’étoiles tatouées sur la tronche, c’est pas juste un buzz orchestré par une agence de pub (depuis quand d’ailleurs les agences de pub savent orchestrer de VRAIS buzz ?).

En fait, c’est tout simplement une jeune ado qui s’est rendu compte, mais un peu tard, qu’elle avait déconné grave en demandant à un tatoueur en congé pénitentiaire de lui graver pour perpet la voie lactée sur la face cachée de la prune.

Elle était pourtant rentrée gonflée à bloc dans le salon d’encrassage du piércé, rapport à son père torché à mort qui lui avait répondu « t’es pas cap' » quand elle lui avait dit » Papa, t’es qu’un naze, avec les pieds 6 fois trop sur terre. Moi j’me projette dans l’avenir, j’ai des rêves de Starac et d’Susan Boyle, tu vas voir ta gueule quand je planterai mes mains dans l’tonbé d’Sunset Boulevard ».

Je n’ose pas vous le faire en flamand parce que ça risque de casser le mythe, mais je vous jure que Kimberley était sincère. Elle voulait juste sortir du cadre, ne pas faire comme toutes ces connes qui votent NVA ou Vlaaams Belang pour dire « Fuck The World ».

Après, évidemment, faut assumer. Et c’est là que ça se complique.   

Faut dire que le forcené à l’aiguille encrée n’avait pas fait les choses à moitié. A coté d’elle, Dora l’Exploratrice sous excta liquide aurait l’air de Candy dans la Petite Maison dans la Prairie E01S01 …

Du coup les choses se sont emballées. Kimberley a fait la fièrche évarouchée et a juré croix d’bois croix d’fer qu’elle voulait juste ressembler à Cindy Crawford, version points de beauté au coin de l’oeil. Hulk, lui, n’en n’a eu cure et lui a tendu la facture. Ce qui a mis Dark Vader de mauvaise humeur.

Et pour cause. Le fruit de ses couilles était parti en titrailles (<– super fier de celle-là !)

Bon, après, c’est juste une question d’agenda. Habitué à voter tous les 13 et 26 du mois, au 17 le Belge moyen s’emmerdait déjà. Alors quand s’est présenté l’occaze de faire passer pour des génies tous les crétins qui s’étaient vautrés aux exams de juin, La Presse a plongé à pieds joints.

Le reste, c’est une agence de com’ qui flaire le bon coup et ressuscite une url parquée chez OVH pour en faire un appli flash, une fin de semaine pourrie par la saison 3 de Secret Story et des fermiers qui se croient tout permis en squattant le square Montgomery.

Moi j’vous l’dit, le destin de Kimberley était écrit dans le maroille, fallait pas déconner avec les étoiles !

Les « Frites de Bruxelles », contre-buzz parodique de « Baby, bay, baby »

Ok sur le principe … mais pourquoi « Les Frites de Bruxelles » et pas « Les Rillettes du Mans », « Les Bétises de Cambrai », « Les Cons de Parisiens » ?