Les bons liens de la veille ( 3 novembre au 7 novembre )

Voici quelques articles dont la pertinence/l’intérêt m’ont marqué au cours des derniers jours. Faites-en bon usage ! 🙂 lire la suite « Les bons liens de la veille ( 3 novembre au 7 novembre ) »

L’iPhone en data illimité pour 4,5 euros/mois !

Soit 7$/mois. C’est ce que propose l’opérateur canadien Rogers. Et il semble que les détenteurs d’iPhone, grands gourmands en la matière, pourront bel et bien y avoir accès dès sa sortie le 9 juin.

Pix: Sangiev for deviantArt

Chez nous aussi, en Belgique, le précieux sera donc aussi en vente libre à cette date, via Mobistar et une entourloupe d’exclusivité temporaire destinée à contourner l’interdiction de vente couplée.

Reste à voir s’il s’agira de la version 3G (probablement) et à quel prix Mobistar tentera de refaire son retard sur Proximus (13.000 personnes utilisent déjà leur iPhone sur ce réseau, contre seulement 5.000 chez Mobistar). Ce n’est pas gagné d’avance, surtout si c’est la version 3G qui débarque (Proximus ayant, je crois, la meilleure couverture à ce niveau, et Mobistar seulement du EDGE)

(EDIT (Thanx Ced) Mobistar couple EDGE à de la 3G (HSDPA/HSUPA). Base n’a pas de 3G, pour l’instant.
La couverture 3G chez Mobistar est nettement moins dense que chez Proximus, notamment en indoor, parce que Mobistar a voulu déployer un réseau 100 % EDGE avant de passer à la 3G. Chez Proximus, on n’a déployé EDGE que dans des coins « reculés » du Sud du pays)

Et puis, si le cours du dollar reste aussi bas, le petit jeu du « t’en ramènes trois de là-bas, le tien est gratos » risque bien de recommencer de plus belle … bref, will see.

Pour en revenir aux prix des connexions data (et au titre fouchtrement accrocheur de ce billet :-), il y a fort à parier que nos opérateurs vont se lancer dans une jolie guéguerre des prix .. mais de là à arriver à 4,5 euros/mois pour de l’illimité, je n’y mettrais pas ma main à couper :-).

NB: Au Canada, les communications téléphoniques sont facturées séparement de celles réalisées en data …

Retour sur le plancher des BHV

Complètement gejetlargeerd mais en un seul morceau. Accueilli par la flotte, comme de juste, et deux petites filles convaincues que je reviens du Carnaval (sic). Escale interminable hier à JFK et la furieuse impression d’être pris pour Hannibal Lechter quand j’ai demandé où se trouvait la smoking room (qui n’existe par ailleurs pas).

Une avarie et un aller retour taxiway-gate35 plus tard, nous avons fini par rattrapper le soleil (enfin, tant que nous restions au-dessus des 7.000 pieds, parce qu’en-dessous c’était du made in Belgium pur jus). Vivement que je sois au peu plus riche, question de pouvoir acheter  les 45 cm d’espace vital nécessaire pour caser mes guiboles.

Bref, j’ai donc eu 7 bonnes heures pour terminer de convertir le restant de mes vidéos et faire le point sur la manière dont laquelle j’ai « travaillé » les 5 derniers jours.

– Tweeter en live via gsm est franchement jouable, à condition que votre gsm tienne le coup. (Le mien me demande compulsivement d’insérer ma carte sim depuis mercredi soir. J’ai bien peur qu’elle soit HS.) En 5 jours, j’aurais pu en envoyer une bonne vingtaine si j’avais voulu être suivi à la trace (à 0,65 cent/tweet, le coût n’est pas exhorbitant comparé à leur valeur ajoutée)

– Tout filmer est impossible, cela demande des réflexes que je n’ai pas et surtout cela empêche de prendre des notes. Une bonne farde de presse peut compenser mais cela multplie les tâches et le temps de travail par autant. Dérusher, convertir, monter et publier n’est possible que sur des petites séquences (cfr. celle de l’Insi), un compte sur Seesmic me serait donc de la plus grande utilité … (oui, c’est un footcall en bonne et due forme). Pour les séquences plus longues, je suis obligé de les mettre au frigo et de laisser passer l’orage… tout dépend en fait si le programme est chargé ou non, et de mon endurance. J’ai dormi 6 heures/nuit et n’ai pas fait le tiers de ce que j’avais prévu. Mon laptop ne s’est décroché de mon dos que l’espace d’une soirée, vendredi (et un concert de folie de Sttellla … plaisir de chanter Torremolinos au milieu d’une bande de student en vadrouille, à 1m50 d’un Jean-Luc déchaîné).

– J’ai claqué en tout 270 euros de taxi. C’était le prix à payer pour enchaîner les rdv et perdre le moins de temps possible entre eux. Ca m’a permis aussi de sortir du programme établi, et de le réintégrer à ma convenance. Mais du coup, le bilan financier de ce trip overthere est largement dans le rouge.

Et je n’ai pas l’impression que je pourrai vendre que ce soit comme production après coup. Gros flop à ce niveau-là donc (sans compter que ça fait 5 jours pendant lesquels je n’ai pas gagné un balle avec une autre activité). A refaire, j’aurais dû essayer de « prévendre » ma couverture, ou en tout cas un ou deux billets, question de rentrer au moins dans mes frais. J’aurais pu aussi essayer de vendre un truc à Belga avec la remise de la croix de Léopold à un universitaire belge jeudi soir … j’étais trop occupé à networker pour m’en rendre compte. Et puis je ne suis pas certain que mon ancienne boîte aurait vu d’un bon oeil un come-back en one-shot, faut que je leur pose la question pour l’avenir (faut voir aussi ce qui serait le plus rentable comparé à un article en exclu pour un media dédié … je ne connais pas les tarifs en vigueur). J’ai aussi envoyé à la RTBF l’interview que j’ai réalisée avec la ministre des Relations Internationales. La qualité du fichier était plus qu’honnête, quant au contenu, …. will see ce qu’ils en feront, ou pas, et quel prix ils pourraient m’en donner (mais je ne me fais pas d’illusion)

– Au final, j’ai de la matière pour tenir un siège mais aller au-delà du billet d’humeur dans une couverture live est quasi impossible. Une piste à explorer serait d’avoir « un homme au pays » à qui envoyer la production brute et qui se chargerait de la publication. Les commentaires, eux, jouent à plein pot leur rôle. Se sentir soutenu est un vrai plus, qui booste le moral et donne envie de continuer à produire plus et mieux … c’était mon cordon ombilical.

– L’expérience était intéressante à plus d’un point. Humainement: avec les membres de la délégation et tout les gens rencontrés sur place. Techniquement: avec la gestion de la publication des texte/vidéos/photos, maîtriser sa chaine de production de A à Z procure un sentiment d’indépendance grisant mais aussi frustrant car le temps manque bigremment pour tout faire. Journalistiquement: avec la compréhension des réalités là-bas et leurs mises contexte. J’ai appris une foule de choses sur les rouages de la coopération instutionnelle dont je pourrai me reservir à l’avenir et mon carnet d’adresses s’est enrichi d’une bonne trentaine d’entrées, dont certaines pour le moins « valuable ».

– Au rayon « peut mieux faire ». Ce voyage, tout « offert » qu’il m’a été, m’aura finalement coûté un petit paquet de fric. Entre les bouffes hors protocole, les coups de fils, les taxi, les chopes au bar et le wi-fi payant à l’hôtel …. J’ai dépensé environ 500 euros. Dont 5X15 euros d’abonnement pour un wi-fi famélique à l’hôtel parce que la carte 3G de Proximus pour mon laptop n’a jamais fonctionné (j’y reviendrai parce que en dehors de ça, quand je suis en Belgique, ce service est vraiment nickel chrome et pile poil dans mes besoins pour un prix qui se défend). Heureusement, j’ai pu à plusieurs reprises me connecter sur des hotspots gratuits, à condition de s’enregistrer (sur le même principe que Wallfi), ou tout simplement non-protégés.

Il faut donc absolument que je réussisse dans ces cas-là à prévendre quelque chose soit en tranche, soit, à l’idéal, dans un package all-inclusive. (A un/des médias ? A vous, ô fidèles abonnés de mon blog ? … un mix des deux ? …) avant de partir pour que le déplacement se justifie économiquement. Je n’ai pas du tout su tirer parti financièrement du fait d’avoir été le seul journaliste du voyage … par contre, humainement et culturellement, il est évident que je suis bien plus riche qu’en partant mardi dernier. J’espère que vous de votre coté vous avez pris plaisir à suivre mes pérégrinations overthere.

Pour retrouver tout ce que j’ai produit jusqu’ici, suivez le tag. (ou ce flux RSS)

A venir:

– L’inteview audio de la ministre des Relations Internationales Monique Gagnon-Tremblay

The image “https://i0.wp.com/www.assnat.qc.ca/FRA/Membres/img/g-i/gagm1.jpg?w=640” cannot be displayed, because it contains errors.

– Le podcast vidéo avec la directrice du Bureau International de la Jeunesse qui fait le bilan de l’année écoulée et des perspectives pour celle à venir dans le cadre de l’office Québec Wallonie Bruxelles.
– Le podcast vidéo avec Philippe Schnobb, de Radio-Canada, qui m’a montré comment il arrivait à faire grimper du contenu web à l’antenne.
– Un petit podcast « medley » avec de chouettes moments saisis à la volée.
– Une bordée de liens à propos de toutes les activités organisées autour du 400ème anniversaire de Québec l’an prochain, question de vous donner envie de tirer une pointe jusque là, et quelques autres en rapport avec les différentes organisations de jeunesse dont j’ai pu rencontrer les responsables.

J’espère que j’aurai le temps de mettre tout cela en ligne avant mercredi, date à laquelle je serai au salon ACF au Heysel, jusqu’au samedi 17, pour produire et réaliser des interviews netcastées pour le compte de la RTBF (plus d’infos bientôt). J’ai en effet pris pas mal de retard avec mes chroniques pour Victoire et pour celles de Matin Première et d’Au Quotidien …

Pour l’heure, je lâche l’engin et prend la soirée pour retrouver les miens.

Fin du conseil d’administration et retour sur Montréal

Retour à Montréal ce vendredi soir (rebelote 3h en car) après avoir assisté aux différentes cérémonies protocolaires organisées autour du Conseil d’administration de l’Office Québec Wallonie Bruxelles, en présence de tous les administrateurs belges et québecois. C’est en fait l’aboutissement d’une année entière de travail pour tous ceux qui ont bossé d’arrache-pied pour permettre aux jeunes de traverser l’Atlantique afin de mener à bien leurs projets. Et le début d’une nouvelle aussi. La boucle est bouclée et je sens un certain soulagement parmi les membres de  la délégation. A juste titre d’allieurs vu l’énergie qu’ils ont déployé cces derniers jours.

La soirée de ce vendredi va leur permettre de souffler un coup avant le retour en Belgique. Au programme, le concert d’un groupe de jeunes québecois qui ont remporté un concours récemment et qui se produira bientôt chez nous. De mon coté, je vais en profiter pour dérusher les vidéos enregistrées avec la directrice du BIJ (comme ça je pourrai les monter pendant le vol du retour de demain) et tirer une pointe vers la salle ou Sttellla est en concert ce soir à Montréal. J’essayerai aussi de mettre en ligne l’interview que la ministre Gagnon-Tremblay a eu la gentillesse de m’accorder ce matin et les autres photos prises cette après-midi sous le soleil frigorifique de Québec.

Bienvenue à Québec-sur-Meuse

Arrivé ce mercredi matin à Québec après 3 heures de route en car, un peu dans le genre Greyhound aux USA (oups, faut faire gaffe à ce qu’on dit ici …  va-t’en pas demander si y a pas du wi-fi quelque part, on te répondras que « non, il n’y a pas de réseau sans fil » et que par contre, tu ferais bien d’aller remettre des sous dans ton parcomètre sinon ton char risque bien de se faire emmener par la p’lice) 🙂

Je les charie mais les Québecois sont vraiment des gens adorables. En arrivant à la délégation Wallonie-Bruxelles (notre ambassade en quelque sorte), plusieurs étudiants qui ont bénéficié de bourses étaient présents (ils ont été plus de 18.000 au cours des dernières 25 années) et nous ont raconté leurs expériences ici et là-bas (chez nous quoi). Un petit gars de Jodoigne (à 10 bornes à tout casser de mon bled) est ici depuis deux ans pour faire une maitrise et se pose franchement la question de savoir si il reviendra un jour au Plateland. Et je le comprends.

Québec est vraiment une très jolie ville, c’est d’ailleurs une des seules (si pas la seule) à être fortifiée, ça lui donne un cachet fou. Des petites bicoques tout en couleurs, du bois, des colines où trônent des petits châteaux et en contre-bas le Saint-Laurent qui file vers l’Atlantique, des boutiques d’arts à chaque coin de rue, des bouquinistes, des antiquaires …. un petit coté vieille France qui sous la neige doit en mettre plein les mirettes. En gros, si les Québecois sont si attachés à la langue française, c’est notamment parce que c’est ici qu’ont débarqué tous les migrants venus de l’ancien continent en 1608… c’est un peu leur base arrière, leur QG et le centre historique de la colonisation du Canada. D’ailleurs (admire la transition, ô lecteur), il est prévut qu’on me mette au jus demain/jeudi des activités qui sont prévues dans le cadre des festivités du 400ème anniversaire qui se dérouleront l’an prochain … (joli hein !)

Juste après ça, la délégation a réussi à convaincre le protocole de m’accorder 4 minutes 36 sec. pour interviewer la ministre des Relations Internationales, Madame Gagnon-Trembley. C’est bien la première fois que je donne l’adresse de mon blog en guise de carte de visite et encore plus pour interviewer une personnalité de ce calibre (joy deep inside. En bon français: j’suis tout binauche). Avec un peu de chance, je pourrai extraire le son de cette discussion en faire quelque chose pour la radio… à condition que je ne berdèle pas et que j’évite la grande claque dans le dos ou la bètche (en triple exemplaire de rigueur ici) en guise d’introduction 🙂

Pour l’heure, j’assiste (de loin, au fond, à gauche, près du bar) à un récital de musique classique donné à l’occasion de la cérémonie officielle marquant les 25 ans de coopération entre la Belle Province toujours pas indépendante et la Région peut-être un jour indépendante de Wallonie-Bruxelles. Une motion spéciale du Parlement québecois a même été adoptée cette après-midi pour acter la longévité de cette coopération. J’ai pu y assister et les parlementaires québecois ne diffèrent pas tellement des nôtres quand il s’agit de se chambrer les uns les autres. L’heure et demie qui a précédé la lecture de ladite motion (1min.12 montre en main) était consacrée à des questions d’actualité, notamment sur l’éducation. Et ça volait pas mal 🙂

Que dire d’autre, si non que ça commence à cailler bigremment (j’ai eu droit à quelques flocons mais c’est surtout le vent qui est glacial), que la chambre 107 de l’hôtel Dominion est à tomber raide (et je ne parle pas que de son prix), que j’ai enfin trouvé une prise pour convertir mon 240v et recharger mon laptop autrement qu’à la sauvette, que j’accumule des vidéos mais n’ai pas une seconde pour les monter (ça rassurera Philippe Coulée) et que mes petites femmes commencent à me manquer.

En vrac, voici quelques photos prises ces deux derniers jours et la discussion enregistrée avec les deux gaillards dont je vous parlais dans le billet précédent.