« Migonne allons voir si la rose, qui ce matin … »

J’ai téléchargé (.pdf), mais pas encore lu, le Petit Livre Rouge que le grand timonier wallon s’apprête à sortir de presse. Le Soir en parle. Charles aussi. Mais pas avec les mêmes mots …

(…) « En fait, c’est du Sarkozy repeint en rose. Ou de l’Obama rassembleur bipartisan, mais sans le talent qui emporte le coeur et l’esprit. Il n’y a plus de débat politique, la concurrence a disparu, elle s’est évanouie dans le consensus. Avec la lutte des classes – mais là, ce n’est pas forcément négatif ! Il n’en reste que le souvenir ou la caricature à détester : un rupin obèse et bagouzé, Armanisé, têtant son havane, en tenant le toast au foie gras dans la main gauche, la flûte de Dom Perignon dans la dextre, le verbe haut et méprisant pour la populace. Un bankster façon Hergé, dans L’Etoile Mystérieuse. » (…)

Lire l’article de Charles.

La barre à droite toute au boulevard de l’Empereur ? Voire même une bonne vieille alliance pré-électorale PS-MR pour les régionales de 2009 ? Vu les résultats du dernier sondage en date, c’est le scénario que Le Pan met en avant ce mercredi. Il est commenté sur son blog par le toujours bien vert Jacky Morael

(…)

« Di Ripo, en fin de mandat présidentiel, serait « convié » avec insistance à de hautes fonctions internationales. Genre Commissaire européen, en lieu et place de Louis Michel. Lequel ferait alors campagne à Bruxelles et s’offrirait un carton qui lui ouvrirait les portes de la place de Ministre-Président de la Région.

(…)

Le cdH évacué – sauf au fédéral- les pions se mettent place. Milquet se retire au Parlement européen et à la ville de Bruxelles, où ellle retouve sa fonction d’échevine « empêchée »et laisse la place de la présidence du cdH au fils Lutgen. Elio écarté, Rudy Demottte peut sans difficulté ambitionnner la présidence du PS. Charles Michel se voit propulsé vice-premier au fédéral.

Reste la présidence future du MR. Pierre-Yves Jeholet ?

Et le programme dans tout ça ? Qui vous a dit que ça discutait programme ? »

On n’a pas fini de rire …

Leterme ne sera jamais Premier Ministre

Lui qui se voyait devenir le héros de la Nouvelle Flandre, celle qui grâce à lui allait obtenir son indépendance sans devoir payer le prix fort, se transforme peu à peu en kamikaze illuminé de l’Holy Cause nationaliste. Oui, je sais, ce jeu de mot est borderline, mais en la matière Yves n’a de leçon à recevoir de personne.

Quand il aura fini de se faire exploser au milieu du jeu de quilles, les élections régionales de 2009 viendront parachever le démentellement du pays. Ce n’est plus un gouvernement d’union nationale qu’il nous faut, mais un ultime consensus sur le traitement paliatif à adopter. Le cancer qui ronge l’état fédéral est incurable et ce n’est pas une transfusion homogène contre nature de dernière minute qui pourra le sauver. Ramener des globules rouges dans le système nerveux central ne fera en effet qu’accroître le rejet de la greffe et accélerer la décomposition des tissus profonds.

« Allons z’enfants de la partie, jour de gloire est arrivé ! » , qu’il disait …

A lire aussi:

Méthode Leterme: futur Premier Sinistre (chez himself)
Elio ramène Joëlle dans la coalition (chez Fabrice Grosfilley, qui analyse son entretien de ce samedi avec Leterme)
Les virus ont le champ libre (chez Charles Bricman)

EDIT:

sur les mêmes sujets:

Les lauriers de l’échec (Denis Balencourt)
Yves la gaffe (chez Jean-Paul Duchâteau)

et bien sûr, le PolitiqueShow

L’orange bleue explose au sol

Yves a finalement jeté le gant, non sans une dernière tentative de faire croire qu’il n’y était pour rien dans cette foirade. Didier va maintenant prendre la main, comme il l’a toujours rêvé (sinon pourquoi avoir laissé Olivier arroser le brasier au kérosène ?) mais sera sans doute contraint et forcé de faire revenir Elio dans le onze de base. Joëlle va-t-elle payer son jusqu’au boutisme par une cure d’opposition ? Les Verts réussiront-ils à a faire craquer le cartel CD&V NV-A ? Guy va-t-il nous faire un come-back flamboyant? Vous le saurez en suivant les prochaines aventures du Belgica au pays des fous du Roi ….

Ils en parlent.

Fabrice: « Comment Leterme a coincé le CDH »
Eigen Blog Eerst: « On range ? beuh ! »
Denis: « Patatra alles is kaput »
Zoltan: « Un terme à Leterme »
Elio: « Quel gâchis »
Promethee: « Royaume triste et comique, gris et humide… »
Philochar: « Le CD&V face à ses responsabilités »
Ine: « Ego’s« 

UPDATE:
à lire aussi:

Melissa: « Titanique Belgique »

A noter aussi que Mateusz a suivi pas à pas les événements de la journée d’hier (30 updates sur le Politique Show), et 85 personnes ont déjà répondu à sa question: « Et maintenant ?« . Matin Première a également actualisé son blog avec un court billet, et ouvre la discussion en vue de l’émission spéciale qui sera diffusée ce lundi matin.

Belgique: « T’en veuuuuux ? » (ou pas ?)

Je n’ai pas assisté à la marche de ce dimanche. Je fêtais les 86 ans de ma Grand-Belle-Mère. Entre l’entrée et le plat principal (2h, environ, sans rire), j’ai eu droit à l’un de ses couplets favoris (elle en a plusieurs, ça fait dix ans que je la connais et je peux vous dire que leur nombre est particulièrement impressionnant). Ce dimanche, c’était celui « les SS qui gardaient le Broeck avec des barbelés en 40 ». (le « Broeck » étant l’espace qui englobe l’école, la maison communale et le centre sportif, à Hélécine)

Et puis ce soir, je reçois un twit de Kooolman vers cette vidéo de Thierry Van Cauberg (alias François Pirette), réalisée en 2005. On n’aime ou pas le bonhomme, mais là, je dois reconnaître que ce sqwetch reflète pile-poil mon interrogation post-électorale initiale. Laquelle demeure toujours à l’heure actuelle.

C’est-à-dire: « Comment imaginer former un gouvernement fédéral avec un parti dont le programme-même est de tout faire pour empêcher qu’il s’en forme encore un ?

On nous annonce aux JT « des ouvertures » et des « signes de bonne volonté ». Cool. Vous, quelles « ouvertures » ou « quels signes de bonne volonté » voyez-vous qui de chaque côté de la frontière linguistique vous sembleraient suffisament forts ?

Perso, je pense que si l’on commençait par obliger la NV-A et le FDF à faire « un pas de côté » en acceptant, par exemple, de ne pas avoir de ministre dans le futur gouvernement, cela calmerait un peu les discours haineux. Ils pourraient avoir des ministres dès lors que, comme tous les partis du futur gouvernement, ils auront signé La Charte d’Union, qui stipule comme chacun sait que :

1) « Ne pourra former de gouvernement à l’échellon fédéral qu’un parti ayant inclus dans son programme l’unicité du territoire de la Belgique tel que en l’état à la date du 19 novembre 2007.

et

2) « Tout qui portera atteinte à la liberté des individus de s’exprimer librement dans une des quatre langues officielles du pays (le Français, le Néerlandais, l’Allemand ET aussi désormais l’Anglais) se verra déchu de sa nationalité belge. Par ailleurs, toutes les administrations fédérales ET locales produiront désormais tous leurs documents dans les 4 langues. »

On passerait même à 150 que ça ne changerait rien. On s’en fout, tout sera sur le web ! Avec de bons serveurs, de bons softs de traduction et un système d’authentification fiable, on n’enverra même plus ces satanées « convocations » pour aller voter. Les citoyens viendront les chercher eux-mêmes, dans la langue de leur choix. Toutes les administrations belges auront désormais l’obligation de répondre dans la langue choisie par eux parmi les 4 langues officielles.

Et le jour où plus aucun parti n’acceptera de signer cette charte (or whatever the name), là, on pourra dire que la Belgique est vraiment morte. Pas avant. Et rien n’empêchera un parti de ne pas la signer et de gouverner à l’échellon régional s’il le souhaite. Mais pour accéder au Fédéral, il faudra aimer ce pays en entier et pas juste une part de sa population.

Si vous avez d’autres idées, ne vous privez pas, y’a pas de raison qu’on se gêne d’y aller d’un petit brainstorming de démocratie ludique sur le minimum minimurum que doit à l’avenir représenter l’Etat Belge … si on en veut encore.

Un « Total Stand By » pour sauver la Belgique ?

Là, ce soir, j’aurais voulu vous faire un billet sur mon incompréhension la plus totale de ce qui est en train de se dérouler au niveau politique en Belgique. Sur l’extrême complexité du bordel que nos dirigeants ont réussi à foutre dans un territoire à peine plus grand qu’une tête d’épingle à l’échellon du Globe. Sur ma tristesse de voir partir en couille un pays alors que depuis le 10 juin au soir, on sait qu’un gouvernement démocratiquement élu peut gouverner. Sur mon dégoût de cette violence verbale qui n’a pour effet que de gargariser les egos de quelques-uns et d’attiser la rancoeur monomaniaque de ceux qui n’ont pas la volonté intellectuelle de parler un tout petit peu la langue de l’autre, juste pour lui faire plaisir.

J’aurais aimé pouvoir étaler ma naïveté en suggérant aux hommes et femmes de bonne volonté de siffler la fin de la récré, de dire « vos gueules maintenant !  » aux obtus du bulbe, qu’ils soient Flawons ou Wallans. Et de viser pour une fois (c’est pourtant votre job à la base !) le bien commun. De partir des plus petits  communs dénominateurs entre nous et de les faire fructifier, plutôt que de continuer à jouer les savants fous en montant deux populations l’une contre l’autre, pour leur seul bon plaisir et la reconduction de leurS mandatS.

Bon, mais je n’aurai donc pas  à l’écrire, ce billet, parce qu’il semble que Thomas Gunzig (dans « La Semaine Infernale » du 10 novembre dernier) et François Schreuer m’ont devancé. (François qui, outre en rajouter une couche, nous offre en prime la version écrite du texte de Gunsig)

Bande de cons, bande cons !
Mais non pas vous, cher public !

Les autres, les formateurs, informateurs, explorateurs, chef de groupe, président de partis flamands, présidents de partis francophones, second couteau, troisième couteau, de gauche, de droite, les cathos, les écolos,, les libéraux…

Bande de cons de Flandre

Bande de cons de Bruxelles

Bande de cons de Wallonie.

D’abord à tous ceux qui croient avoir gagné les élections d’il y a 5 mois.

A tous ceux qui avaient un grand sourire

A tous ceux qui avaient les bras en l’air.

Le temps est venu de vous avouer quelque chose :

Les gens n’ont pas voté pour vous parce qu’ils vous aimaient.

Les gens ont voté pour vous parce qu’ils étaient obligés.

A la veille du onze juin : dans les rues, les maisons, les bureaux, les gens hochaient la tête et se demandaient vraiment qui ils allaient pouvoir choisir parmi ce catalogue de nuls,

de klets,

de nouilles,

d’opportunistes agressifs,

de carriéristes sans charisme,

de mal fringués,

de gros type à l’élocution problématique,

de petit nerveux en pleine tendinite de l’égo,

de semi-hystériques,

de semi-mafieux,

de cyniques,

de je-m’en-foutistes,

de ratés de tout le reste,

de fils à papa,

d’experts comptables en décrochage professionnel

d’entrepreneurs en faillite frauduleuse,

de sinistres,

de pas lavés,

de faux gentils

de vrais méchants…

Les Leterme, De Krem, Reynders, Milquet, Michel, De Wever, Maingain, Wathelet, Bacquelaine…

Cette morbide collection de névrosés qui nous gouvernent avec leur troubles anxieux, leur troubles dissociatifs, leurs troubles psychosexuels, leur troubles obsessionnels compulsifs.

Et en plus, ils sont tous… Si moches…

Cette élection, à tout le monde, ça a un peu fait l’impression d’un de ces mariages forcés que l’on organise dans des pays très loin d’ici.

C’est comme si on avait été une jeune fille devant choisir entre le vieux marchand qui pète au lit où l’arrière cousin qui ne se brosse pas les dents.

 

Bande de cons

Vous n’avez rien gagné du tout.

Si c’était possible, on reprendrait nos voix et on ne les donnerait qu’après les négociations, à ceux qui auraient su être un peu intelligent

un peu sobre

un peu humain

Mais non, donner c’est donner, reprendre c’est voler.

Vous aviez un chouette petit pays,

pas très grand mais bien équipé,

de voisins plutôt sympas,

bien situé

avec la mer,

avec la forêt,

avec pas trop de charges.

Vous aviez une chouette petite population,

pas parfaite parfaite.

Mais en gros, ce n’était pas des talibans non plus,

c’était pas des Contras

C’était pas des Tigres Tamouls

Une petite population de fabricant de pralines

des marchands de kayak,

des chanteurs à texte

des comiques parfois drôles

des stylistes un peu punk

des postiers plutôt polis

des sportives en minijupe

des flics à moustaches

des tas de gens prêt à travailler plus à gagner toujours moins et à ne pas dire grand chose.

Une petite population qui mélange le goût des mandarines à celui des spéculoos.

Une petite population qui n’a rien contre l’Eurovision ni les horodateurs.

Une petite population qui rend visite à ses grands-parents le dimanche pour boire un café après le chicon gratin

Une petite population de buveurs de bière et de joueurs de kiker.

Une petite population qui emmène ses enfants à Plakendael au printemps et à Paradisio en hiver….

Comme ça, sans ennuyer le monde,

en VW touran.

Une petite population prévoyante qui a quelques euros sur un compte épargne et une concession au cimetière.

Une petite population qui est plutôt toujours d’accord et en gros une petite population qui ne veut pas d’histoire.

Et vous,

bande de cons,

tout ce que vous trouvez à faire,

ce sont ces petites réunions où l’on tourne encore plus en rond que sur un circuit Marklin

ce sont ces petits comités aussi stérile qu’un champ de patates à Tchernobyl

ce sont ces petites réactions à chaud qui me rappellent les crises de mon chat quand il n’aime pas la marque de ses croquettes

ce sont ces airs de petits tribuns en solde

ce sont ces grands chevaux sur lesquels vous montez et qui seront toujours comme ces petit poneys tristes de la foire du midi.

Tout ce que vous trouvez à faire, c’est de vous tirer dans les pattes pour gagner une floche qui vous donnera droit à un tour gratuit sur ce manège sinistre que vous appelez « politique »

 

Bande de nuls

Alors moi,

J’ai eu une idée,

une grève,

une vraie grève,

une bonne grève

une grève de tout le monde tant que la politique belge ressemblera à une conserve de rollmops :

Les enfants n’iront plus à l’école

Les femmes enceintes n’accoucheront pas

les déménageurs ne déménageront pas

Navetteurs ne navettez plus

Alcooliques n’alcoolisez plus

chauffeurs ne chauffez plus

Pilote, mécanicien, traiteur, boucher, pêcheur, éboueur, esthéticienne, taxidermiste, stripteaseuse, scaphandrier, géomètre expert, fleuriste, traiteur, opticien, huissier, substitut, gourou, préfet, trésorier, banquier, infographiste, ajusteur, analyste programmeur, technicien hotline, proxénète, dealer, animateur, orthodontiste, urologue, animateur socioculturel, fossoyeur…

Et tous les autres….

Total Stand By

On arrête tous…

Et vous verrez que dans trois jours,

ils feront moins les malins.

Pour ceux que ça intéresse, Baudouin relaye sur Orange-bleue.info une invitation venant de la rédaction de Mise Au Point.