Les bons liens de la veille ( 24 octobre au 2 novembre )

Voici quelques articles dont la pertinence/l’intérêt m’ont marqué au cours des derniers jours. Faites-en bon usage ! 🙂

  • Francis Lalanne, à propos de la loi Hadopi – PC INpact – (…)C’est quand même des gens qui pendant des décennies ont vendu 20 euros quelque chose qui vaut 5 ou 6 euros, allez voire 7 ou 8 euros à tout casser, c’est ces gens-là qui sont en train de traiter le public de voleur ! C’est quand même extraordinaire que sur un disque vendu 20 euros, l’artiste touche 1 euro et qu’on est en train d’expliquer qu’on veut créer Hadopi pour défendre les artistes, il faut arrêter ! Il faut que les gens qui ont pris la responsabilité de voler les consommateurs pendant des années acceptent l’émancipation du consommateur et que celui-ci aujourd’hui ait la volonté d’acheter des choses au prix qu’elles valent et pas au prix qu’on leur a imposé(…)
  • Jennifer Preston: Social Media Editor du New York Times (interview par @sayseal ) – «Tous ces outils sociaux sont fabuleux et vous devez savoir comment les utiliser dès aujourd’hui. Pas dans un mois; pas quand vous serez diplômés; aujourd’hui. Mais bien que ces outils soient fantastiques et vont vous aider en reportage et pour mieux écrire, distribuer votre contenu et partager avec vos lecteurs, il ne faut pas perdre de vue les bases: ce qui vaut un article, comment réussir son reportage et comment raconter son histoire.
  • « L’Etat doit sortir de Belgacom » (Ministre van Quickenborne), via @cedricgodart – « J’estime que l’Etat ne doit plus être juge et partie. Pour éviter les soupçons de parti pris, les pouvoirs publics auraient intérêt à ne plus être actionnaire de Belgacom. » Telle est la prise de position du ministre de l’ICT Vincent van Quickenborne à l’occasion de la récente rencontre des CIO initiée par l’association SAI.
  • The Guardian ouvre un boutique de fringues en ligne, couplée à ses articles (via @benoitraphael) #journalisme ? – Le Guardian Fashion Store, lancé il y a à peine une semaine, propose plus de 300 marques. Une nouvelle option est ainsi mise à disposition du lecteur : il sera possible d’acheter sur le site les vêtements ou accessoires mentionnés dans les articles (comme c’était déja le cas pour les livres, par exemple).
  • Twitter CEO: OK if teens don’t tweet – Un article très intéressant et vachement bien torché, avec plusieurs réflexions sur le (non) business modèle de Twitter et sur l’état d’esprit qui guide les fondateurs et les actionnaires
  • 10 tools for presenting with Twitter : Speaking about Presenting – Presenting while people are tweeting is challenging – but also adds a new dimension to the presentation experience for your audience. Gradually tools are being developed to make it easier for you as the presenter to manage the backchannel.
  • 500 Internal Server Error – 500 Internal Server Error
  • Facebook représente 25 % des pages vues aux États-Unis – Numerama – À l’origine de cette recherche, c’est un article dédié à l’importance de Facebook au Royaume-Uni qui a convaincu Perry Drake de s’intéresser à la situation américaine. Il avait appris que dans le royaume de Sa Majesté, 15 % (c’est-à-dire une page sur sept) de toutes les pages vues sur le web étaient liées au réseau social. Curieux de connaitre l’impact de ce site communautaire aux États-Unis, il s’est appuyé sur les statistiques de Compete.
  • Alors … Kindlera ou Kindlera pas ? @rtbflabs – Serait-ce la nouvelle terreur des maisons d’éditions et des libraires? Le lecteur Kindle arrive en Belgique. Commercialisé par Amazon, il permet de lire plus de 1500 ouvrages sur un support informatique. Le tout sous fond de guerre commerciale entre géants du web…
  • 27+ Beautiful Examples of Infographics | Dzine Blog – Infographics refers to visual representations of information, data or knowledge. These graphics are used where complex information needs to be explained quickly and clearly, such as in signs, maps, journalism, technical writing, and education

Les bons liens de la veille ( 21 octobre au 23 octobre )

Voici quelques articles dont la pertinence/l’intérêt m’ont marqué au cours des derniers jours. Faites-en bon usage ! 🙂

  • Play #NHLPick15 on Twitter – NHL.com – News – La NHK organise son propre système de paris via Twitter.
  • L’internaute engagé et bavard ne fait pas forcément le leader d’opinion (via @narvic) – Sur les blogs et réseaux sociaux, la majorité des conversations est souvent tenue par des individus ayant des opinions très marquées. Une monopolisation qui leur donne l’impression – parfois fausse – d’être en majorité.
  • The Los Angeles Times has 2,300 Kindle subscribers, which means $97,200 a year in revenue (via @NiemanLab ) – The Times believes its real breakthrough will come when an e-reader is developed that will achieve iphone-like acceptance by the public. Stanton said Times publisher Eddy Hartenstein is keenly interested in this arena, and likens it to the way, in a previous job, Hartenstein shook up the cable industry with DirecTV. Stanton, by the way, said the Times has 2,700 Kindle subscribers.
  • Comment les Business Schools ratent le train de l’économie de la collaboration (@JeanYves ) – « Demandez à un diplômé de MBA de formuler une autre vision du monde économique qu’un univers concurrentiel, il vous récompensera d’un regard vitreux, lance Charles Green (…) Or, dans un environnement connecté et plat comme le nôtre, où les coûts de transaction sont faibles, il serait simplement plus économique de ’se fier à’ plutôt que de ‘concourir contre‘. »
  • Arsenal launches iPhone app – sports media beware | @guardiantech – Traditional sports media publishers: be afraid, be very afraid. In the latest example of English football clubs enhancing their own position as digital media providers, Arsenal has this week launched an iPhone app, priced £2.99. It has exclusive pictures, video, scores and news designed to keep Gunners fans happy. But what should have mainstream digital publishers worried is the sheer size of Arsenal’s new media operations…
  • “Le Net est la plus grande saloperie” – BUG BROTHER – Les ennemis de l’internet sont des trolleurs. Et il faut aussi savoir sourire aux trolleurs : à défaut de les désarmer, cela permet généralement de rehausser le débat, de rappeler qu’ils sont en train de péter un plomb, et de montrer où se trouve la voix de la raison.Rien ne sert de s’énerver : il faut juste les ignorer, se battre pour qu’ils ne changent pas trop la loi, et continuer à programmer du code comme nous le faisons depuis 20 ans maintenant : nous avons le matériel, les logiciels, la bande passante, la culture, les talents…
    Nous n’avons besoin de rien, ni de changer la loi, ni d’en faire adopter de nouvelles, ni de détruire ni de créer quoi que ce soit, ni de “venture capitalists“, ni de position monopolistique… La beauté de notre position tient au fait que de toute façon nous gagnerons, alors laissez-nous tranquille. La seule chose que nous demandons, à l’Etat, c’est d’éviter de créer des injustices au bénéfice de quelques-uns.
  • Sous le règne du buzz, malaise dans la politique et l’information | slate (par @narvic) – C’est à se demander si les médias traditionnels n’ont pas trouvé, enfin, avec internet, cette réponse de leur audience, après laquelle ils courraient tous depuis longtemps. Internet semble en effet fournir une température en temps réel des attentes de l’audience autrement plus rapide et efficace que l’observation du nombre d’invendus dans les kiosques à journaux, de l’observation quart d’heure par quart d’heure de l’audience des émissions télévisées, et des autres moyens marketing.
  • Excellent billet de @eni_kao ! « Pourquoi Internet agace Finkelkraut, Séguéla et les autres » – Cette élite en déliquescence ne pratique pas Internet et n’en comprend ni les codes, ni les habitudes, ni les pratiques, ni les enjeux. Aussi, elle ne maîtrise pas du tout sa présence sur Internet car elle n’y est pas proactive : pas de site personnel vraiment animé, pas de blog ou de profil Facebook, et sans doute pas d’expérience numérique personnelle, les on-dit et les étonnements de l’entourage leur suffisement peut-être. Pour des professionnels du personnal branding, avouons que rater le virage de la e-reputation est bien dommage…
  • Alex Payne, Twitter API : “Nous voulons être le bus des messages du web” | ReadWriteWeb France – Nous voulons que Twitter soit le bus de messagerie du web, « the message bus of the web« , et je pense que nos utilisateurs et les développeurs doivent avoir la plus haute exigence vis-à-vis de notre service. Nous avons besoin de cette pression pour nous guide
  • Comment l’audience du HuffPo a dépassé celle du Washington Post. Interview du CEO E. Hippeau. (via @lmauriac ) – The news spread quickly, aided by PR and the characteristic web glee anytime an online property appears to be leaving old media in the dust: the September numbers for comScore and Nielsen showed Arianna Huffington and The Huffington Post beating WashingtonPost.com in unique visitors for the first time.

Les bons liens de la veille ( 1 septembre au 11 septembre )

Voici quelques articles dont la pertinence/l’intérêt m’ont marqué au cours des derniers jours. Faites-en bon usage ! 🙂

  • Colt enrayé, web belge planté | @belgoit – Hier matin, Datanews disait “Colt Telecom affirme que la plupart de ses clients n’ont rien remarqué de la panne de son réseau IP. Seuls quelques sites d’actualité francophones en ont fait les frais“.Si avoir des temps de réponse de 9 secondes et une inaccessibilité de quasi 48h n’est “rien“, on se demande tout de même ce qu’il faut pour qu’une panne soit considérée comme telle.
  • Un manifeste Internet | via @enikao – Comment internet change/amliore/sublime/ les pratiques journalistiques, en 17 affirmations
  • Il est crucial de préserver la neutralité du Net ! | ReadWriteWeb France (via @epelboin) – Jusqu’à présent, lorsque les réseaux des opérateurs étaient saturés, ils investissaient dans plus de bande passante et augmentaient la puissance de l’infrastructure globale que nous appelons Internet. Avec ces nouvelles possibilités de pratiques anti-concurrentielles lucratives, les opérateurs pourraient se tourner vers un nouveau business model : investir dans le contrôle de ce qui circule sur leurs réseaux, plutôt que d’investir dans de meilleurs réseaux. Ce modèle créerait des conditions d’autojustification de ces politiques : « Internet est devenu trop lent, nous sommes par conséquent obligés de contrôler et d’attribuer des priorités sur le contenu, les services et applications dont les propriétaires sont prêt à payer plus d’argent. » De tels arguments, accompagnés du mirage de la « fin d’Internet », ont été avancés devant le Parlement européen pour justifier l’abandon de la neutralité du Net, mais ne tiennent pas devant les réalités techniques.
  • De l’importance de revoir en profondeur la formation continue des journalistes | Monday Note – @filloux ) – To sum up, in most old news organizations (I don’t want to overgeneralize, some will blast this column with eagerly awaited counter examples)
    * talent is not rewarded
    * incompetence is not penalized either
    * therefore people tend to be demotivated
    * which in turns leads to moonlighting (usually in broad daylight)…
    * …to the benefit of other news outlets gladly relying on a dynamic phalanx of non-permanent, flexible staff
    * all of the above takes place within a rapidly changing context: increased pressure from previously buried expertise such as highly knowledgeable bloggers, as well as from audience demands and challenges.
    Try to migrate toward the digital era with such deadweight.
    In such turbulent times, the bean-counter approach is staff trimming, more in an Excel kind of way, than based on the assessment of core competencies needed today and tomorrow.
  • YouTube in Talks to Stream Rental Movies – WSJ.com – Google Inc.’s YouTube is in discussions with major movie studios about allowing users to stream movies on a rental basis, according to people familiar with the company’s plans, marking one of the video giant’s first moves towards charging for content instead of making it available for free with advertising.
  • How companies are benefiting from Web 2.0 – McKinsey Quarterly (via @FredericMartin ) – The heaviest users of Web 2.0 applications are also enjoying benefits such as increased knowledge sharing and more effective marketing. These benefits often have a measurable effect on the business.Over the past three years, we have tracked the rising adoption of Web 2.0 technologies, as well as the ways organizations are using them. This year, we sought to get a clear idea of whether companies are deriving measurable business benefits from their investments in the Web. Our findings indicate that they are.
  • Interdiction d’utiliser Twitter pour les joueurs, coachs et même les médias qui couvrent la NHL – The NFL said that it will let players, coaches, and other team personnel engage in social networking during the season. However, they will be prohibited from using Twitter and from updating profiles on Facebook and other social-networking sites during games.
    In addition, they will not be allowed to tweet or update social-networking profiles 90 minutes before a game and until post-game interviews are completed.
    The rules even extend to people « representing » a player or coach on their personal accounts.
    The NFL didn’t just stop with the league itself, though. The organization also said that media attending games will be prohibited from providing game updates through social networks.
  • Kindle Friendlier to Environment Than Print Books – Amazon.com Inc.’s Kindle and rival electronic reading devices will do more to curb pollution from the production of printed books than publishing industry efforts such as recycling, according to Cleantech Group LLC. More than 14 million e-readers will be sold by 2012, up from 1 million now, Cleantech said, basing its statistics on its own analysis as well as on outside studies. A year after purchasing a Kindle, the annual net carbon savings are equal to the publishing and distribution of 22.5 printed books, the group said.
  • Sony to throw its weight behind 3D TV – 3D technology looks set to hit the home consumer market next year, with Sony on Wednesday announcing plans to sell 3D televisions globally by the end of 2010. There are several types of 3D technology. Sony has opted for “active shutter” technology, using electronic glasses containing tiny shutters that open and close rapidly in synch with the television image to create a 3D impression. Cinema 3D uses “polarisation” technology with simpler glasses. However, this only works when viewers are at a certain angle to the screen, making it less suited to home viewing.
    It has given no indication of prices, but analysts expect early 3D TVs to cost several thousand dollars. Hyundai’s 3D TVs cost more than €3,400
  • Teaching Twitter at J-school – Editors Weblog – A new course offering from DePaul University in Chicago will teach journalism students how Twitter can be used in the newsroom. The class’s objective will be to instruct future journalists how to sift through all the information that is available through social media sites like Twitter, specifically as it relates to uncovering breaking news and verifying the authenticity of amateur sources.

Amazon joue à Big Brother. Et pendant ce temps-là, à la Sabam …

La semaine dernière, Amazon a purement et simplement éliminé de ses « livres électroniques » Kindle toutes les copies de plusieurs ouvrages (dont, ô ironie, La ferme des animaux et 1984 de George Orwell ainsi que plusieurs titres de J.K Rowling et Ayn Rand), sans prévenir leurs propriétaires et sans leur laisser la possibilité de réagir.

Plus que la raison invoquée par Amazon pour justifier de cette suppression (des ayants droit ont prouvé que ces titres ne pouvaient pas être rendus disponibles), c’est surtout la méthode et les conséquences de ce contrôle à distance des contenus qui inquiète. Comme le souligne Jerry L. Roger sur un forum (via Libération) :« La chose la plus terrifiante est qu’Amazon a la possibilité d’effacer ma propriété privée – un livre que je pensais avoir acheté, pas une licence – sur un lecteur que je pensais posséder, et pas louer. Il semble que la seule chose que nous pouvons faire pour prévenir de tels comportements orwelliens est d’acheter un livre papier. Au moins, un mandat de perquisition serait requis. »

Francis Pisani reprend quant à lui une citation de  Farhad Manjoo (Slate): « le pire n’est pas la conduite de la boîte mais ses capacités techniques d’effacer tout contenu sur des appareils dont nous croyons qu’ils nous appartiennent parce que nous les avons achetés. Apple se réserve tous les droits sur les apps que nous téléchargeons. “Si Apple ou Amazon peuvent décider de détruire des choses que nous avons achetées,” écrit Manjoo, “il est clair qu’un tribunal – ou, pour continuer dans la ligne d’Orwell, peut-être même un régime totalitaire – pourrait les forcer à le faire.”

La censure existe dans le monde du papier mais elle est généralement plus facile à détourner. Que penser d’un monde entièrement digital dans lequel Candide ou Ulysses pourraient être détruits d’un clic et pour toujours ? »

Et Francis de nous encourager à réviser notre jugement non pas par rapport au Kindle, dont il reste convaincu de l’utilité, mais bien par rapport à Amazon et surtout vis-à-vis des lois qui régissent les droits numériques qui, inspirées par les grandes boîtes, sont « aberrantes et dangereuses ».

« Nous devons multiplier les mouvements de rébellion contre les actions de ce genre (les clients d’Amazon ne sont pas contents ) et tenir compte de leurs positions sur les problèmes de droits numériques au moment de voter pour ou contre les élus qui approuvent des lois qui conduisent à de telles menaces contre la démocratie. On ne pouvait rêver de meilleur exemple pour nous réveiller. »

Que ce soit aux USA, en France ou en Belgique, il y a effectivement de quoi s’inquiéter. Surtout quand ceux qui s’autoproclament garants de la juste rétribution des ayants droit se prennent eux-mêmes à répétition les pieds dans le tapis judiciaire.  (« 22 juillet 2009: Le parquet suspecte la Sabam de ne pas restituer correctement les droits d’auteur qu’elle collecte« , d’où le titre de ce billet, et  « 26 octobre 2007: Les dirigeants de la Sabam inculpés de falsification des comptes annuels, d’abus de confiance et de blanchiment d’argent« )

Avec un palmarès pareil, on ne s’étonne donc pas des monstruosités technologiques fantasmagoriques qu’ils voudraient nous  imposer pour justifier  de leur aliénation aux lobbys industriels de la musique et du film (cfr: « La technique pour filtrer les contenus P2P existe ! »)
On vous le disait, y’a du boulot ….