S.O.S Bonheur … Retour vers le futur ?

Adolescent, la lecture de cette BD en 3 tomes de Jean Van Hamme m’avait noué l’estomac. A un point tel que dans un élan « biactol », j’avais été à deux doigts de prendre mes cliques et les claques et de me barrer dans le Larzac. Plutôt crever libre à 20 ans que de vivre jusqu’à 100 sous la perfusion obligatoire d’un Etat tout puissant « qui vous veut du bien »…

Depuis quelques jours, avec la diffusion en boucle des « mesures de prévention » contre la grippe H1N1 (genre « Toussez dans votre mouchoir, cela peut sauver des vies » … comme si avant je crachais mes poumons au visage de mes potes) une image me hante. Celle de cette  maman « déreg » – lisez « hors-système » … on dirait aujourd’hui « sans mutuelle » – qui en ultime recours cambriole une pharmacie pour se procurer un sérum anti-tétanos pour sa petite fille, une maladie mortelle dont on guérit pourtant facilement … sauf si l’on n’a plus « le droit » de se soigner, et qui se fait choper par la police avant d’avoir pu administrer le remède à son enfant …

L’affilié a pour premier devoir de protéger sa santé. […] Les agents de la Police Médicale auront les plus larges pouvoirs de surveillance et d’investigation pour sanctionner les contrevenants. » (circulaire de la Caisse Nationale d’Assurance Médicale Unifiée) (via Wikipedia)

La plancheLa plancheLa planche

Et si, à force de vouloir contrôler les risques sanitaires et de les anticiper, nos gouvernements n’étaient pas en train d’enclencher ce mécanisme liberticide qui place l’Etat au-dessus de l’Individu ? Cette sorte de cancer de la démocratie qui vérole le processus d’émancipation de l’enfant en lui confisquant ses choix sous prétexte qu’une fois adulte, « il comprendra » … Où les dirigeants ont tellement peur de perdre le pouvoir qu’ils enferment leur population dans des règles fondamentalement bonnes pour la vie en société, mais qui poussées au-delà de la raison et du bon sens en provoque lentement le déclin ….

Hasard du calendrier, c’est aujourd’hui, le 09/09/09, que le président américain Barack Obama défendra devant le Congrès sa réforme du système de santé. Un système qui jusqu’à présent a surtout bénéficié aux compagnies d’assurance dont Jean Van Hamme et Griffo se sont plus que probablement inspirés pour lancer leur S.O.S …

https://i1.wp.com/airelibre.dupuis.com/images/albums/sosbonheur/img.jpg?resize=210%2C224

SOS Bonheur, Editions Dupuis

Album cartonné – 192 pages en couleurs
ISBN 9782800142135
Code-barre: 9782800142135
Belgique: 18/06/2008 – 32.50 EUR
Suisse: 18/06/2008 – 61.10 CHF
France: 18/06/2008 – 32.50 EUR

Sergei Brin est-il un grand malade ?

Le patron de Google Sergei Brin a récemment publié sur son blog un billet où il révélait que, grâce au séquençage de son génôme réalisé par la société 23andMe (dirigée par son épouse), il aurait découvert qu’il était atteint de la maladie de Parkinson.

En fait, comme le souligne Olivier Ertzscheid:

« D’un strict point de vue scientifique (si des généticiens me lisent, qu’ils n’hésitent pas à me corriger), les arguments avancés par Sergei dans son billet, et la manière dont ils le sont, peuvent effectivement l’amener à penser qu’il a peut-être plus de chances que quelqu’un d’autre d’être un jour atteint de la maladie de Parkinson, mais les mêmes arguments pourraient également l’amener à penser qu’il a plus de chances que quelqu’un d’autre de développer un ulcère du foie, un kyste à l’orteil gauche, un annuaire de recherche francophone ou une appendicite. (effectivement, ça se confirme …)

Car voilà bien tout le danger que représentent des sociétés comme 23andMe pour des clients lambda. Elles sont l’exact pendant technologique des voyantes et mediums du moyen-âge. En travaillant sur la peur, en instrumentalisant l’ignorance, en habillant « l’a peu près » des atours de la vérité scientifique, en présentant comme des faits scientifiques avérés des suppositions dont aucune n’est à ce jour prouvée, on crée, au pire, les conditions d’émergence de ladite pathologie, et au mieux, une jolie psychose maniaco-dépressive.

Et Olivier de poser à mon sens LA toute bonne question :

Le billet de Sergei Brin, sa position à la tête de l’une des plus grandes holdings de l’information et de la conaissance que le monde ait jamais connu, les relations maritales et financières unissant le même Sergei Brin aux sociétés actuellement leader sur le (super)marché du séquençage génomique personnalisé (Google détient des parts substantielles dans 23andMe mais également dans son concurrent direct, Navigenics), tout cela pose par ailleurs une question lancinante : voulons-nous d’un monde dans lequel les progrès et les principaux financements de la médecine devront parier sur le niveau d’hypocondrie de leurs grands dirigeants ou financiers ?

La recherche est-elle suffisament financée par les autorités publiques pour éviter d’être entièrement « livrée » au secteur privé ? (à moins que ça ne soit souhaitable ?) Comment faire pour que ces technologies soient accessibles à tous et surtout que l’usage qui est fait de nos données persos soit respectueux de nos droits ? Qu’en pensez-vous ?