De la nécéssité d’arrêter de prendre les internautes pour des vaches à lait (voire pire …)

On a l’a déjà dit, redit et reredit, le marché belge de l’internet s’apparente à une véritable sodomie à sec, avec un peu de sable et même quelques cailloux.

Selon les derniers chiffres de l’IBPT, la majorité des Belges est d’ailleurs convaincue que le Triple-Play est une position sexuelle interdite par Benoît XVI et que All Bran est la seule marque de fibre disponible en Wallonie * … c’est vous dire.

Force est en effet de constater que malgré les injonctions de la Banque Nationale ou les bonnes intentions (fugaces) d’une ministre depuis lors débarquée, les opérateurs historiques continuent de s’engraisser, et nos anus de se tuméfier.

C’est donc sans réserve et avec la plus grande vigueur que je vous invite à signer la pétition lancée par Test-Achats pour mettre fin à ce monopole de l’entubage royal, dont voici le détail.

EDIT 26/10 20h48: L’actuel ministre en charge du dossier, le libéral Vincent Van Quickenborne, a répondu aux consommateurs. En substance, ça donne « Tirez votre plan« . Business as usual …

Aujourd’hui, le consommateur belge ne peut plus se passer d’une connexion internet. Chercher de l’information, acheter et vendre des produits et même consulter le solde de son compte en banque deviennent des activités régulières sur le web.

Depuis des années, Test-Achats tape du poing sur la table et met en lumière les problèmes récurrents sur le marché de l’internet. Absence de concurrence saine, mainmise de l’Etat sur Belgacom, manque de poids de l’organisme chargé de veiller à la régulation du marché sont des exemples de problèmes qui empêchent la population belge de bénéficier de tarifs internet abordables.

Tout d’abord, le marché de l’internet haut débit n’est absolument pas libre en Belgique. D’une part, l’ex-opérateur historique Belgacom détient plus de 80 % du marché de l’ADSL. L’opérateur dominant n’éprouve donc aucune difficulté à garder le secteur sous sa coupe, tout en se permettant des prix prohibitifs. D’autre part, les câblo-opérateurs, où les pouvoirs publics dominent, se trouvent en situation monopolistique où chacun occupe une position écrasante sur sa partie de réseau. Cette situation a mené à un duopole où Belgacom et Telenet détiennent ensemble plus de 80 % des connexions internet en Belgique. Inacceptable dans un marché censé être concurrentiel !

Ensuite, avec 53,5 % d’actions dans Belgacom, l’Etat lui-même a une lourde responsabilité dans l’absence de concurrence. En effet, cette participation lui rapporte, bon an mal an, quelque 300 millions d’euros. On peut donc regretter ici le double jeu de l’Etat n’ayant aucune vraie volonté de faire baisser les tarifs au vu des dividendes récoltés.

Aujourd’hui, au vu de ces problèmes, le consommateur belge paie près de 2 fois plus cher sa connexion internet par rapport à ses voisins européens. Cette situation doit cesser ! C’est pourquoi Test-Achats vous lance un appel afin de mobiliser l’opinion publique et le monde politique pour que les consommateurs belges bénéficient enfin de tarifs internet plus avantageux.

Les réseaux câblés doivent être ouverts à la concurrence. Belgacom doit être séparé entre un gestionnaire de réseau indépendant et les activités commerciales afin que tous les opérateurs soient considérés sur un même pied.

Via Cédric
*Dédicasse à David Carzon